Nouvelles / Communiqués de presse

La communauté internationale s'est mise d'accord sur un plan d'action visant à améliorer la prévision du temps, du climat et de l'état des glaces dans les régions polaires. Il s'agit en effet de limiter les risques liés aux bouleversements auxquels nous assistons dans l'Arctique et l'Antarctique, tout en tirant le meilleur parti des opportunités qui pourraient s'offrir.

Les participants à une conférence qui s'est tenue du 13 au 15 juillet et qui a réuni des chercheurs, des spécialistes de l'environnement et des représentants de centres de prévision opérationnelle du temps et du climat, d'organismes de financement et des secteurs du tourisme et de la navigation maritime, ont mis la dernière main aux préparatifs d'une Année de la prévision polaire. Celle-ci se déroulera du début du deuxième semestre 2017 à la fin du premier semestre 2019 (de façon à couvrir une année entière dans l'Arctique et dans l'Antarctique), l'objectif étant d'accélérer et de renforcer les activités de recherche et d'enseignement ainsi que les activités d'observation, de modélisation et de vérification en les inscrivant dans le contexte plus large d'un projet de prévision polaire.

L’OMM se félicite de l’arrivée d’une nouvelle génération de satellites météorologiques géostationnaires, qui faciliteront grandement la prévision du temps ainsi que la prévention des catastrophes d’origine météorologique et l’atténuation de leurs effets.

Le satellite météorologique géostationnaire Himawari-8, dont la gestion est assurée par le Service météorologique japonais (JMA) et qui remplace le précédent satellite opérationnel MTSAT-2, est entré en service à 02 UTC le 7 juillet 2015. Les images composites en couleur naturelle qu’il a alors transmises montrent très clairement trois typhons dans le Pacifique.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont publié ensemble de nouvelles directives sur les moyens de faire face aux menaces que les vagues de chaleur font peser sur la santé. Celles-ci sont en effet de plus en plus fréquentes et intenses en raison du changement climatique.

 «Les vagues de chaleur sont des phénomènes naturels dangereux, qui requièrent une attention accrue. Sans être aussi spectaculaires et brutales que les cyclones tropicaux ou les crues éclair par exemple, elles peuvent avoir de graves conséquences», ont déclaré Maxx Dilley et Maria Neira, qui dirigent respectivement le Bureau de la prévision du climat et de l'adaptation aux changements climatiques, à l’OMM, et le Département Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé, à l’OMS.

Les indicateurs atmosphériques et océaniques du Pacifique tropical correspondent actuellement à un phénomène El Niño d’intensité modérée. D’après la majorité des modèles climatiques ENSO (El Niño/Oscillation australe) internationaux, le réchauffement du Pacifique tropical devrait se poursuivre dans les mois à venir et pourrait atteindre des niveaux correspondant à un épisode El Niño marqué. Cependant, à cette époque de l'année, les modèles ne donnent pas des résultats aussi fiables que pendant le second semestre. Ainsi, l’intensité de cet épisode pourra être estimée plus correctement en deuxième partie d’année. Les Services météorologiques et hydrologiques nationaux ainsi que d'autres organismes continueront d’observer la situation dans le Pacifique tropical en vue de suivre l’évolution de l’épisode El Niño et d'en déterminer les manifestations les plus probables au plan local.

Genève, le 12 juin 2015 (OMM) – La session quadriennale du Congrès météorologique mondial, qui prend fin ce jour, a donné lieu à l’adoption d’un nouveau plan stratégique et du budget correspondant ainsi qu’à la nomination d’un nouveau Secrétaire général.

Le plan stratégique énonce les priorités pour le programme mondial pour l’après-2015, parmi lesquelles figurent la réduction des risques de catastrophes, la prestation de services climatologiques destinés à faciliter l’adaptation aux changements climatiques et le développement durable, le développement des capacités, l’étude et la surveillance des régions polaires et de haute montagne et le renforcement des systèmes d’observation et d’information. Il envisage également une approche transsectorielle plus marquée du volet urbain et une plus grande attention portée aux activités de météorologie maritime. 

GENÈVE, le 4 juin 2015 (OMM) Petteri Taalas, Directeur général de l'Institut météorologique finlandais, a été nommé Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) pour un mandat de quatre ans à compter du 1er janvier 2016. Il succèdera au Français Michel Jarraud.

M. Taalas a obtenu la majorité des deux tiers requise, lors de la session du Congrès météorologique mondial, organe décisionnel suprême de l’OMM.

«Du fait de la multiplication des catastrophes dans toutes les régions du monde, l’OMM et les Services météorologiques et hydrologiques nationaux ne cessent de gagner en importance», a déclaré M. Taalas. «Il est essentiel, pour protéger les personnes et les biens, de pouvoir compter sur des services d’alerte précoce performants. En outre, dans bien des pays, les connaissances scientifiques font cruellement défaut dans les domaines de l’adaptation au climat et de la gestion des ressources en eau. J’ai à cœur de servir une Organisation efficace axée sur les services».

La première phase du projet CLIMANDES (Services climatologiques andins à l’appui du processus décisionnel), qui avait pour objectif d’améliorer les services climatologiques au Pérou, a été menée à bonne fin, mettant en relief les avantages socio-économiques considérables que peut apporter le projet, ainsi que sa capacité à renforcer la résilience face à la variabilité du climat et aux changements climatiques.

Outre l’amélioration des services climatologiques, le projet vise également la formation d’étudiants et de professionnels dans les domaines de la météorologie et de la climatologie.

Le Congrès souligne la nécessité urgente de tenir compte du changement climatique dans le processus de décision

L’Organisation météorologique mondiale adopte une nouvelle approche à deux niveaux des périodes de référence de 30 ans pour les données climatologiques, afin de tenir compte de l’accélération du rythme du changement climatique ainsi que du besoin de disposer, à des fins opérationnelles, d’informations climatiques actualisées.

Le climat variant naturellement d'une année à l'autre, les climatologues se servent de moyennes standard sur 30 ans de la température, de la hauteur de précipitation et d'autres variables, par exemple pour mettre dans une perspective historique l'ampleur d'une vague de chaleur ou d'une tempête récente. Ces moyennes historiques sur 30 ans sont appelées «normales climatologiques» et peuvent être établies à l'échelle locale, nationale ou mondiale.

GENÈVE, le 21 mai 2015 (OMM) – Le Congrès météorologique mondial se réunira du 25 mai au 12 juin pour étudier les moyens de renforcer les services météorologiques et climatologiques, compte tenu des besoins d’une population mondiale en constante augmentation et de la nécessité de faire face à la variabilité et à l’évolution du climat, aux phénomènes météorologiques extrêmes, et aux préjudices qui en résultent dans tous les secteurs de la société et de l’économie.

Organisé tous les quatre ans, le Congrès définit les orientations stratégiques et politiques, fixe les priorités, adopte le budget et élit la haute direction de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), forte de 191 Membres.

Le Comité des ouragans de l'OMM s'est réuni pour passer en revue la saison des ouragans 2014 dans les bassins de l'Atlantique et du Pacifique Nord-Est, pour préparer la saison prochaine, ainsi que pour renforcer les alertes de phénomènes dangereux, tels que les ondes de tempêtes et les inondations côtières.

Accueillie par la République du Costa Rica, la 37e session du Comité s'est tenue du 13 au 17 avril 2015. Près de 50 participants de 27 Membres y participaient. Le Comité des ouragans couvre l'Amérique du Nord, l'Amérique centrale et les Caraïbes. Il s'agit de l'un des cinq organes régionaux pour les cyclones tropicaux relevant du Programme de l'OMM concernant les cyclones tropicaux. Le Centre météorologique régional spécialisé de Miami est le centre de l'OMM dédié à la diffusion des alertes d'ouragans aux Membres de la région.

Pages