Fiches d'information world map
Presse & médias > Fiches d'information

Noms attribués aux tempêtes dans la région de l’océan Atlantique

Depuis de nombreuses années déjà, on baptise les tempêtes pour en faciliter l’identification dans les bulletins d’alerte. On mémorise en effet plus aisément les noms que les chiffres et les termes techniques. En outre, il est généralement reconnu que le fait de dénommer ces phénomènes aide les médias à en faire état, incite les populations concernées à mieux s’y préparer et suscite un plus large intérêt pour les avis de tempête.
La pratique montre que l’emploi, à l’écrit comme à l’oral, de noms courts et distincts permet de raccourcir le temps de réaction et de réduire le risque d’erreur associé aux anciennes méthodes d’identification par les coordonnées géographiques, d’un usage plus problématique. Ces avantages revêtent une importance particulière pour l’échange d’informations détaillées entre des centaines de stations, de bases côtières et de navires en mer, tous largement dispersés.
À l’origine, les noms étaient attribués de façon arbitraire; par exemple, la tempête qui avait arraché le mât de l’Antje, un navire croisant dans l’océan Atlantique, fut baptisée “ouragan d’Antje”. Puis, vers 1950, on commença à donner des prénoms féminins aux tempêtes.
Par la suite, afin d’instaurer un système de dénomination mieux organisé et plus efficace, les météorologues décidèrent d’identifier les tempêtes à l’aide de noms choisis dans une liste alphabétique. On donna ainsi un nom commençant par la lettre A, comme Anne, à la première tempête de l’année. Avant la fin du XXe siècle, les prévisionnistes commencèrent à baptiser de prénoms masculins les tempêtes qui se formaient dans l’hémisphère Sud.
Depuis 1953, les tempêtes tropicales de l’Atlantique portent des prénoms tirés de listes établies par le Centre national des ouragans des États-Unis d’Amérique et qui sont désormais gérées et actualisées par un comité international relevant de l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Les premières listes ne comportaient que des prénoms féminins, entre lesquels sont venus s’intercaler des prénoms masculins en 1979. Il existe aujourd’hui six listes de noms que l’on emploie tour à tour – par exemple, la liste de 2008 sera reprise en 2014.
On ne modifie une liste que lorsqu’une tempête est trop dévastatrice ou meurtrière pour que l’on puisse ensuite redonner son nom à une autre tempête; l’OMM coordonne alors le retrait de ce nom de la liste correspondante et son remplacement par un nouveau nom. Les autres régions océaniques touchées par des cyclones tropicaux appliquent des méthodes similaires pour baptiser les phénomènes qui les frappent. On peut citer, à titre d’exemple, les ouragans tristement célèbres Katrina (États-Unis, 2005) et Mitch (Honduras, 1998).

Noms des tempêtes dans l’océan Atlantique

2008 2009 2010 2011 2012 2013

Arthur
Bertha
Cristobal
Dolly
Edouard
Fay
Gustav
Hanna
Ike
Josephine
Kyle
Laura
Marco
Nana
Omar
Paloma
Rene
Sally
Teddy
Vicky
Wilfred

Ana
Bill
Claudette
Danny
Erika
Fred
Grace
Henri
Ida
Joaquin
Kate
Larry
Mindy
Nicholas
Odette
Peter
Rose
Sam
Teresa
Victor
Wanda

Alex
Bonnie
Colin
Danielle
Earl
Fiona
Gaston
Hermine
Igor
Julia
Karl
Lisa
Matthew
Nicole
Otto
Paula
Richard
Shary
Tomas
Virginie
Walter

Arlene
Bret
Cindy
Don
Emily
Franklin
Gert
Harvey
Irene
Jose
Katia
Lee
Maria
Nate
Ophelia
Philippe
Rina
Sean
Tammy
Vince
Whitney

Alberto
Beryl
Chris
Debby
Ernesto
Florence
Gordon
Helene
Isaac
Joyce
Kirk
Leslie
Michael
Nadine
Oscar
Patty
Rafael
Sandy
Tony
Valerie
William

Andrea
Barry
Chantal
Dorian
Erin
Fernand
Gabrielle
Humberto
Ingrid
Jerry
Karen
Lorenzo
Melissa
Nestor
Olga
Pablo
Rebekah
Sebastien
Tanya
Van
Wendy

Les média, les institutions et les particuliers baptisent parfois des tempêtes que les centres autorisés de l'OMM ne classent pas comme des cyclones ou des typhons, notamment les tempêtes qui traversent l'Atlantique Nord et touchent terre en Europe. Cette pratique n'étant pas reconnue par l'OMM, il est recommandé de se référer à la source qui convient pour employer des noms (par exemple l'Université de Berlin pour l'Europe).

Pour plus d’informations sur les ouragans, veuillez consulter les sites Web de l’OMM :
http://www.wmo.int/pages/prog/www/tcp/index_en.html
http://severe.worldweather.wmo.int/

Pour obtenir des renseignements concernant une région particulière:
Centre des ouragans de Miami (Centre météorologique régional spécialisé désigné par l’OMM et fonctionnant dans le cadre de son Programme concernant les cyclones tropicaux)
http://www.nhc.noaa.gov/

 

L'Organisation météorologique mondiale est l'organisme des Nations Unies qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l'eau
Pour de plus amples renseignements, veuillez vous adresser à:
Mme Carine Richard-Van Maele, Chef du Bureau de la communication et des relations publiques, OMM. Tél.: +41 (0)22 730 83 15; cpa[at]wmo.int
Ms Gaëlle Sévenier, Press Officer, Tel. +41 (0) 22 730 8417.

 

 

 

top

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité