Nouvelles world map
Presse & médias > Nouvelles
 

Nouvelles

Mis à jour le 30 mars 2010
 

El Niño faiblit mais ses effets pourraient se faire encore sentir jusqu'à mi-2010
(état au 30 mars)

Selon le dernier Info Niño/Niña de l’OMM paru le 30 mars, l'actuel épisode El Niño continue d'avoir des répercussions considérables à grande échelle. Ce sont les conditions observées dans l'ensemble du bassin de l'océan Pacifique qui trahissent la présence de ce phénomène: apparu en juin 2009, celui-ci se répercute également sur nombre de régimes climatiques dans le monde qui subissent généralement l'influence des épisodes El Niño. Le scénario le plus probable est que l'épisode actuel prenne fin d'ici le milieu de l'année 2010 pour céder la place à des conditions quasiment neutres dans tout le Pacifique tropical. Il est cependant difficile, à cette époque de l'année (mars-juin), de prévoir l'évolution de la situation dans le Pacifique tropical, et les prévisionnistes ne sauraient exclure la persistance du phénomène El Niño ou même l'apparition des prémices d'un épisode La Niña d'ici le milieu de l'année. Même si l'on s'attend à ce qu'il perde progressivement de son intensité ces prochains mois, l'épisode actuel continuera d'influer sur les régimes climatiques au moins durant le second trimestre, comme il en sera fait état dans les prévisions saisonnières du climat diffusées à l'échelle nationale et régionale.

Davantage d’informations

Vidéo

 

Le Brésil salue les initiatives de l’OMM consacrées à l’amélioration des services météorologiques et climatologiques pour les agriculteurs
(état au 23 mars)

Le 18 mars, une cérémonie s’est tenue au Brésil, dans l’État du Minas Gerais, pour marquer la venue de deux manifestations de l’OMM en juillet 2010: le «Colloque international sur les services météorologiques et climatologiques dans le contexte de la crise que connaissent les agriculteurs» et la quinzième session de la Commission de météorologie agricole auront lieu à Belo Horizonte, respectivement du 12 au 14 juillet et du 15 au 21 juillet 2010. Antonio Augusto Anastasia, Vice Gouverneur de l’État de Minas Gerais, s’est félicité des initiatives de l’OMM qui profiteront aux communautés agricoles du monde entier. M. Gilman Viana Rodrigues, Secrétaire d’État à l’Agriculture, à l’élevage et à l’alimentation et le Prof. Luiz Claudio Costa, Recteur de l’Université fédérale de Viçosa participaient à l’événement. Mannava Sivakumar, Directeur du Bureau de la prévision du climat et de l’adaptation aux changements climatiques de l’OMM, a tracé les objectifs de l’atelier de juillet. Des experts de plus de 80 pays sont attendus à l’atelier international et à la quinzième session de la CMAg.

Davantage d’informations

Réduire les risques de catastrophes naturelles en Amérique centrale et aux Caraïbes
(état au 23 mars)

C’est la première fois que l’OMM réunit tous les acteurs impliqués dans la réduction des incidences des événements météorologiques et hydrologiques extrêmes en Amérique centrale et aux Caraïbes. L’atelier sur les systèmes d’alerte précoce multidangers qui se tiendra à San José, Costa Rica du 22 au 25 mars réunit des cadres supérieurs des agences nationales de gestion des risques de catastrophes, des Services météorologiques et hydrologiques nationaux et de toutes les institutions soutenant des systèmes d’alerte précoce dans la région. Il a pour objectif de renforcer les capacités des systèmes d’alerte précoce dans le but de sauver des vies en encourageant la coopération entre tous les acteurs concernés et en y associant les derniers développements en matière de prévision.

Davantage d’informations

 

La Journée météorologique mondiale 2010 célèbre les 60 ans de l’OMM au service de l’humanité
(état au 22 mars)

  logo
   

Lors d’une conférence de presse donnée à Genève le 16 mars, Michel Jarraud, Secrétaire général de l’OMM, a annoncé que les ministres africains responsables de la météorologie allaient se réunir à Nairobi, Kenya, afin d’examiner les moyens de renforcer la fourniture des informations relatives au temps, au climat et à l'eau dont ont besoin les décideurs pour parvenir à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement formulés par les Nations Unies. Reconnaissant qu'il est nécessaire d'accroître la contribution des Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) des pays d'Afrique aux politiques et aux initiatives gouvernementales visant à atténuer le changement climatique et à s'y adapter, l’Ambassadeur Philip Richard Owade, Représentant permanent du Kenya, a souligné combien cette conférence ministérielle arrivait à point nommé. L’Ambassadeur Khadija Rachida Masri, Observateur permanent de l’Union africaine (UA), a mentionné que l’UA ressentait la nécessité d’accueillir une conférence ministérielle en Afrique sur des domaines très spécifiques, tels que la météorologie. «Notre objectif, en collaboration avec l’OMM, est de renforcer les capacités météorologiques dans les pays d’Afrique afin de prévenir les effets néfastes du changement climatique». L’OMM, en partenariat avec l'Union africaine, organise la première Conférence des ministres responsables de la météorologie en Afrique du 12 au 16 avril 2010, à Nairobi, avec le soutien du Gouvernement kényan.

Davantage d’informations


Première Conférence des ministres responsables de la météorologie en Afrique (12-16 avril 2010)
(état au 16 mars)

  podium
   
  De gauche à droite: V. Mungur, K.R. Masri, M. Jarraud, P.R. Owade, J. Lengoasa and C. Van Maele

Lors d’une conférence de presse donnée à Genève le 16 mars, Michel Jarraud, Secrétaire général de l’OMM, a annoncé que les ministres africains responsables de la météorologie allaient se réunir à Nairobi, Kenya, afin d’examiner les moyens de renforcer la fourniture des informations relatives au temps, au climat et à l'eau dont ont besoin les décideurs pour parvenir à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement formulés par les Nations Unies. Reconnaissant qu'il est nécessaire d'accroître la contribution des Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) des pays d'Afrique aux politiques et aux initiatives gouvernementales visant à atténuer le changement climatique et à s'y adapter, l’Ambassadeur Philip Richard Owade, Représentant permanent du Kenya, a souligné combien cette conférence ministérielle arrivait à point nommé. L’Ambassadeur Khadija Rachida Masri, Observateur permanent de l’Union africaine (UA), a mentionné que l’UA ressentait la nécessité d’accueillir une conférence ministérielle en Afrique sur des domaines très spécifiques, tels que la météorologie. «Notre objectif, en collaboration avec l’OMM, est de renforcer les capacités météorologiques dans les pays d’Afrique afin de prévenir les effets néfastes du changement climatique». L’OMM, en partenariat avec l'Union africaine, organise la première Conférence des ministres responsables de la météorologie en Afrique du 12 au 16 avril 2010, à Nairobi, avec le soutien du Gouvernement kényan.

Davantage d’informations

Des procédures plus rigoureuses vont renforcer le consensus scientifique
(état au 15 mars)

Le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud, a affirmé que l’OMM accorderait tout son soutien à la demande d’examen indépendant des processus et procédures du GIEC. En visite officielle à Mexico (11 mars), M. Jarraud a déclaré aux journalistes que, bien qu’ils soient critiqués dans certains milieux et sur différents aspects, les rapports du GIEC constituent aujourd’hui la meilleure source d’informations sur la science et les incidences du changement climatique.  L’intégrité de la science du changement climatique et le rôle de chef de file du GIEC reposent sur des fondements solides et sa mission en tant que mécanisme intergouvernemental réunissant d’éminents scientifiques pour porter les derniers résultats de la recherche à la connaissance du monde est capitale. Il a ajouté que les progrès des processus et des outils de recherche appliqués à des procédures de travail peuvent contribuer à produire une science encore plus rigoureuse. Un principe auquel s’est récemment ralliée la Commission de climatologie de l’OMM en décidant de tirer parti des récentes avancées en matière technologique et scientifique pour produire une information affinée sur la température à la surface du globe.

Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat



PMRC: conférence scientifique publique pour mieux prévoir le climat de la Terre
(état au 15 mars)

Le Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC), copatronné par l’OMM, le Conseil international pour la science et la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO, va organiser une Conférence scientifique publique internationale du 24 au 28 octobre 2011, à Denver, Colorado, États-Unis d’Amérique. Cette manifestation vise à attirer des experts du monde entier afin de fournir une synthèse unique des découvertes de la recherche sur la variabilité du climat et le changement climatique. Elle permettra de mettre en évidence les questions scientifiques les plus urgentes et les défis posés à la recherche et de déterminer comment le PMRC peut encourager la recherche et développer les partenariats indispensables au progrès à l’avenir.

Programme mondial de recherche sur le climat



Journée africaine de l’environnement consacrée à la résilience face au changement climatique et à la conservation de la biodiversité  
(état au 3 mars)

Le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud, a participé aux célébrations de la Journée africaine de l’environnement, le 3 mars 2010 à Arusha, Tanzanie. Cette année, celle-ci est consacrée à la résilience de l’Afrique face au changement climatique et à la conservation de sa biodiversité unique.

Dans sa déclaration, M. Jarraud a réitéré le ferme engagement de l’OMM pour soutenir les efforts de l’Afrique. «S’il n’est guère possible d’éviter les catastrophes naturelles, le renforcement des capacités peut aider les sociétés à réduire sensiblement l’ampleur des victimes et des dommages». Évoquant le développement du Cadre mondial pour les services climatologiques, il affirma que, s’agissant de l’Afrique, celui-ci contribuerait à relever des enjeux vitaux dans le domaine de la prévention des catastrophes, de la sécurité alimentaire et de la gestion des ressources en eau, d’une manière entièrement compatible avec la protection de l’environnement.

Déclaration (en anglais)

 

 

top
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité