Nouvelles world map
Presse & Médias > Nouvelles
 

Archives nouvelles

octobre 2011
 
 

Fortes pluies sur la péninsule indochinoise de juin à septembre 2011
état au 31 octobre

  graphic
  Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Le Centre climatologique de Tokyo (TCC)/JMA a publié un rapport sur les fortes précipitations enregistrées sur la péninsule indochinoise de juin à septembre 2011.

Durant cette période, les précipitations sur quatre mois ont totalisé 120% à 180% des valeurs normales dans la plupart des stations d’observation météorologique de la péninsule indochinoise. Le total sur quatre mois des précipitations pour cette période s’élève à 921 mm (134% des normales) à Chiang Mai, nord de la Thaïlande, à 1251 mm (140%) à Bangkok (capitale de la Thaïland), à 1641 mm (144%) à Vientiane (capitale du Laos) et à 835 mm (10%) à Phnom-Penh (capitale du Cambodge). Il est inhabituel que des précipitations plus fortes que la normale aient persisté durant toute la saison des pluies sur l’ensemble des basins.

Davantage d’informations

 

Inondations en Thaïlande
état au 28 octobre

  Bangkok flood 24 October 2011
  Cliquez ici pour d’autres images satellite UNITAR/UNOSAT

Trois mois de fortes moussons ont inondé un tiers de la Thaïlande depuis fin juillet, les bassins fluviaux du Chao Phraya et du Mekong sont les plus touchés. Les régions au nord et au centre du pays étaient les plus gravement touchées au début mais l’écoulement entraîne les eaux vers le sud, menaçant la capitale Bangkok, d’autant que le phénomène coïncide avec la saison des grandes marées.
Le service météorologique thaïlandais diffuse régulièrement des avis détaillés et actualisés. Selon le plus récent, entre le 28 et le 30 octobre, la zone de haute pression modérée venue de Chine va s’étendre et recouvrir le nord-est de la Thaïlande et le sud de la mer de Chine. Le creux barométrique d’ouest va se déplacer à travers le nord du pays. Du 31 octobre au 3 novembre, une autre zone de haute pression venue de Chine viendra recouvrir le nord de la Thaïlande, engendrant un refroidissement des températures.
La mousson modérée de nord-est prédomine sur le sud du pays et le golfe de Thaïlande. D’abondantes précipitations sont attendues sur le sud du littoral oriental. Entre le 28 et le 30 octobre notamment, des pluies éparses fortes à très fortes sont attendues vers le sud, à partir de Chumphon. La vague de vent sur le golfe de Thaïlande faisait près de 2 mètres de haut au cours de cette période. Du 28 au 30 octobre, les populations au sud de la côte est de la Thaïlande, à partir de Chumphon, doivent se préparer à de fortes pluies et inondations et tous les navires doivent naviguer avec prudence dans le golfe de Thaïlande.


Article intégral

 

Les scientifiques discutent des causes et des incidences du changement climatique et des phénomènes extrêmes
état au 19 octobre

Un ordre du jour axé sur les priorités en matière d’observation du climat, de recherche et de prévision

La semaine prochaine, une conférence réunissant plus de 1 700 éminents scientifiques venus de 84 pays sera consacrée aux derniers aboutissements du rapport entre changement climatique et phénomènes extrêmes, tels que les vagues de chaleur, des sécheresses, les crues et leurs incidences sur les populations et les écosystèmes de la planète. D’autre sujets seront également abordés, tels que les progrès et les perspectives en matière de prévision du temps et du climat à des échelles mensuelles, saisonnières, voire décennales ainsi que les défis auxquels sont confrontés les réseaux d’observation à la surface de la Terre et dans l’espace.

La Conférence scientifique publique du Programme mondial de recherche sur le climat se tient à Denver, Colorado, du 24 au 28 octobre. Elle vise à améliorer notre compréhension de la variation climatique naturelle et du changement anthropique à l’échelle temporelle (des saisons aux siècles) et spatiale (de régions délimitées à l’ensemble du globe) et à accroître nos capacités à y faire face.

Les débats porteront notamment sur les effets de la hausse globale des températures dans les régions polaires, le recul des glaciers et de la calotte glaciaire ainsi que la fonte du permafrost, risquant de devenir une importante source de gaz à effet de serre.
La Conférence réunit des experts issus d’un large éventail de disciplines des sciences physiques (de l’atmosphère, des océans, des régions polaires ou des écosystèmes) ainsi que des sciences sociales et de l’information. Elle vise également à soutenir la future génération de scientifiques par des ateliers pour professionnels en début de carrière et étudiants.

Les résultats de la conférence seront publiés et profiteront au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et serviront de référence aux autres évaluations relatives aux ressources en eau douce, aux écosystèmes, à la biodiversité et à l’ozone.

Communiqué de presse

 

OMM: la gestion des sécheresses aurait tout à gagner de l’optimisation des services climatologiques
état au 18 octobre

  UNCCD logo
   

Les progrès de la science devraient rendre plus efficaces les politiques mises en œuvre pour combattre la sécheresse et la désertification et en gérer les conséquences. Il est impératif de les traduire par des mesures concrètes si l'on veut relever les défis posés par le changement climatique, selon une présentation de l'Organisation météorologique mondiale lors du segment de haut niveau de la dixième session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CCD), qui se déroule à Changwon (République de Corée).

Lors d’une table ronde, le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud, a affirmé que l'eau et la sécurité alimentaire font partie des grands domaines prioritaires définis pour le nouveau Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC) que l'OMM et ses partenaires du système des Nations Unies et du secteur humanitaire ont entrepris de mettre en place. Il s'agit d'aider tous les pays et toutes les populations, en particulier les plus vulnérables d'entre elles, à accéder en temps opportun à des informations climatologiques adaptées à leurs besoins. Si la qualité des prévisions saisonnières s'est beaucoup améliorée, tant à l'échelle nationale qu'à l'échelle régionale, trop souvent ce type d'information ne parvient pas à ceux qui en ont le plus besoin, par exemple les petits exploitants qui pratiquent une agriculture de subsistance et qui doivent prendre des décisions concernant les semailles et l'élevage. Cadre mondial est conçu pour remédier à cette situation en assurant notamment un contact permanent entre les fournisseurs et les bénéficiaires des services climatologiques.

«Le nouveau Cadre mondial pour les services climatologiques constituera un important moyen de lutte contre la sécheresse et la dégradation des terres», a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud. «Il permettra de rationaliser les politiques de gestion de la sécheresse en donnant la priorité à la réduction des risques de catastrophe, alors qu'aujourd'hui l'accent est mis sur les interventions en situation de crise. Nous sommes convaincus que la société en retirera des bénéfices à tous les niveaux.»

Communiqué de presse

 

Colloque portant sur l’utilisation des applications satellitaires pour améliorer les interventions d’urgence
état au 18 octobre

  thai flood map
  © UNOSAT

Un colloque de deux jours organisé par l’Organisation météorologique mondiale et UNOSAT, le Programme opérationnel d'applications satellitaires relevant de l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche s’est penché sur le rôle des satellites dans un large éventail d’actions humanitaires et d’interventions d’urgence, telles que la surveillance des cyclones tropicaux, la prévention des crues et l’organisation des secours, la reconstruction post-crise, l’abolition des maladies et la protection des droits de l’homme.

Le colloque “Leveraging satellite applications for global challenges” (Les applications satellite pour relever les enjeux planétaires) faisait intervenir des orateurs du système des Nations Unies, d’organisations non-gouvernementales, d’Etats membres et du secteur privé pour débattre des dernières avancées de la technologie satellitaire et des solutions pratiques novatrices mises en œuvre aujourd’hui à des fins humanitaires.

Le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud, a rappelé qu’en 1960, le premier satellite météorologique TIROS-1 (Television InfraRed Observation Satellite) a commencé à fournir des images inédites de la nébulosité et le potentiel d’un système d’observation perfectionné a alors été immédiatement reconnu.

Au cours du demi-siècle qui a suivi TIROS-1, l’information par satellite a évolué et les images qualitatives se sont transformées en données numériques quantitatives de haute résolution sur l’atmosphère et l’interface terre-mer. De plus, les satellites environnementaux sont employés aujourd’hui pour une large gamme d’applications allant de la prévision immédiate à la prévision du climat et il serait vraiment difficile de mentionner un domaine de la météorologie opérationnelle qui puisse fonctionner de la même manière sans information satellite», a déclaré Michel Jarraud dans son discours de clôture le 12 octobre.

Il a affirmé que le Congrès météorologique mondial avait donné le coup d’envoi à l’étape décisive de la mise en place du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC), visant notamment à fournir des informations climatologiques à tous les secteurs socio-économiques. «Le CMSC sera une entreprise commune du système «Unis dans l’action» de l’ONU et je suis convaincu que l’UNITAR, à travers UNOSAT, apportera une contribution significative à ce nouvel enjeu », a-t-il poursuivi.

Francesco Pisano, directeur d’UNOSAT, a souligné l’importance d’aboutir à des solutions concrètes et praticables, grâce aux technologies en perpétuelle évolution offertes par l’industrie satellitaire et les agences spatiales. Barbara Ryan, Directrice du Programme spatial de l’OMM a, quant à elle, rappelé l’importance de maintenir le dialogue entre utilisateurs et fournisseurs de manière à combler les lacunes et à concevoir des solutions pratiques.

Texte intégral

 

L’OMM et l’AEMET renforcent leur coopération
état au 18 octobre

  Mr Jarraud and Mr Herrera
   
  Ricardo Garcia Herrera (à gauche) et Michel Jarraud (à droite)

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Service météorologique espagnol (AEMET) ont signé un Mémorandum d’accord visant à renouveler et à renforcer un accord de coopération conclu en 2007.

Le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud, et le Président de l’AEMET, Ricardo Garcia Herrera, ont signé le Mémorandum au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée le 14 octobre.
AEMET promet de poursuivre son soutien financier à divers fonds d’affectation spéciale administrés par l’OMM dans le but de soutenir le Programme de coopération pour les SMHN des pays ibéro-américains, le Centre international de recherche sur le phénomène El Niño (CIIFEN) et le Programme de coopération pour le développement des SMHN d’Afrique occidentale.

Selon les termes de cet accord, l'AEMET s'engage également à favoriser le développement d'un centre régional de coordination des activités de prévision des tempêtes de sable et de poussière dans la zone méditerranéenne.

L’Espagne est Membre de l’OMM depuis 1951. AEMET a toujours encouragé le développement des Services météorologiques et hydrologiques nationaux et est l’un des principaux contributeurs du Programme de coopération volontaire.

Agustin Santos Maraver, Ambassadeur d’Espagne auprès de l’Office des Nations Unies à Genève et des autres organisations internationales en Suisse, était présent à la cérémonie de signature au siège de l’OMM.

 

Cinq mille sept cents agriculteurs de l'afrique de l'ouest participent à des séminaires sur le temps et le climat
état au 13 octobre

Davantage d'autosuffisance grâce à une sensibilisation accrue à la gestion des risques

  classroom
   

Dans le cadre d'un projet pilote de quatre ans portant sur 15 pays ouest-africains, cinq mille sept cents cultivateurs pratiquant l'agriculture de subsistance – y compris 1 000 femmes rurales – ont reçu une formation aux modalités de l'accès à l'information météorologique et climatologique et de son utilisation afin d'optimiser les rendements et de minimiser les risques.

Au titre de ce projet, désigné METAGRI, ont été organisés 146 séminaires itinérants dont l'objectif était d'intensifier l'interaction entre les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) et les agriculteurs dont les moyens d'existence dépendent des conditions météorologiques.

Ces séminaires ont permis d'accroître l'autosuffisance des agriculteurs ruraux en les sensibilisant à une gestion efficace des risques météorologiques et climatologiques et à une utilisation rationnelle de l'information et des services météorologiques et climatologiques pour la production agricole. Ils ont également favorisé un important retour d'information de la communauté agricole rurale jusqu'aux SMHN.

Communiqué de presse

Extrait sonore (Radio des Nations Unies): Kaliba Konaré, Directeur du programme pour les pays les moins avancés et la coordination régional à l’OMM

 

La conférence de l’OMM sur la modification du temps se penche sur la recherche et l’environnement
état au 11 octobre

  weather modification logo
   

Du 4 au 7 octobre 2011, près de 100 scientifiques venus de 29 pays ont assisté à la dixième Conférence scientifique de l’OMM sur la modification artificielle du temps, à l'aimable invitation de l’Agence indonésienne pour l'évaluation et l'application des technologies.

La Conférence était axée sur les grands thèmes suivants:

  • Recherche sur la modification artificielle du temps et étude des processus nuageux et des mécanismes de précipitation: Etudes par l'observation et études en laboratoire;
  • Etudes de modélisation;
  • Progrès réalisés en ce qui concerne les agents d'ensemencement et les méthodes connexes;
  • Analyse des données et méthodes statistiques appliquées aux expériences et projets antérieurs ou en cours;

Modification artificielle du temps et environnement physique et socio-économique:

  • Questions environnementales, besoins des utilisateurs et analyses coûts-avantages
  • Modification involontaire des conditions météorologiques, changements climatiques et géo-ingénierie

La conférence a de nouveau mis en évidence le désir croissant de l’homme de modifier le temps, notamment pour accroître les ressources en eau, pour réduire les dommages de la grêle et d’autres phénomènes météorologiques dévastateurs. Néanmoins, en dépit de progrès prometteurs, plusieurs questions scientifiques demeurent sans réponse. Heureusement, les technologies pour observer, modéliser et analyser les interventions volontaires réalisées pour la modification du temps existent maintenant et peuvent permettre à la science d’avancer. On réalise également que nombre des questions en suspens sont précisément cruciales pour l’amélioration des prévisions météorologiques et climatologiques et qu’une coopération plus efficace entre les scientifiques aux échelles régionale et mondiale profitera à tous.

 

Lancement de «MyWeather» – La météo officielle dans le monde à portée de main
état au 10 octobre

  screenshot
   

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) et l'Observatoire de Hong Kong ont annoncé aujourd'hui le lancement de «MyWeather», une application mobile pour iPhone permettant un accès au Service d'information météorologique mondiale (WWIS). Il s'agit du premier service de prévisions du temps à fournir des informations météorologiques officielles localisées pour les personnes en déplacement à travers le monde.

«MyWeather» a été mis au point par l'Observatoire de Hong Kong pour le compte de l'OMM. Équipée d'un système de géo-localisation permettant de déterminer l'emplacement de l'utilisateur, l'application affiche automatiquement les dernières prévisions météorologiques et climatiques officielles de la ville la plus proche. Elle dispose d'une fonction de recherche rapide permettant à l'utilisateur d'obtenir les bulletins météorologiques officiels les plus récents pour plus de 1400 villes dans le monde. L'application permet aussi à l'utilisateur de créer des signets afin d'accéder plus facilement aux prévisions météo des villes de son choix lors d'une utilisation ultérieure.

Communiqué de presse

 

L’OMM accueille un atelier sur les conditions océaniques extrêmes
état au 5 octobre

  ship in wave
  © Commander Richard Behn, NOAA Corps

L’OMM accueille un atelier réunissant des représentants de l’Organisation maritime internationale, des sociétés de classification, des chantiers navals, du design naval et des armateurs ayant pour thème: Conditions océaniques extrêmes: comment améliorer l’observation des vagues, la sécurité maritime et l’architecture navale.

Le but de cet atelier est d'améliorer la sécurité des flottes marchandes en cas de conditions extrêmes et de faire face aux défis de l'avenir – d’autant que la fonte prévue des glaces arctiques conduira notamment à un accroissement de la navigation et de l’exploration pétrolière et gazière dans les eaux arctiques incertaines autrefois fermées à la navigation.

«L’OMM peut se prévaloir d’une longue culture de coopération avec la flotte marchande. A ce jour, près de 4000 cargos fournissent une plateforme pour différentes observations autour du globe. Il va sans dire que ces observations contribuent à la sécurité et à l’optimisation de toutes les activités maritimes,» a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud, dans son message adressé à l’atelier.

«La sécurité de la navigation débute sur la planche à dessin du designer naval qui étudie les structures capables de rendre les nouveaux bateaux plus résistants aux effets de l’environnement. Les observations du temps et de l’état de la mer réalisées en pleine mer font partie des fondements nécessaire à l’amélioration du design naval», a-t-il poursuivi.

La Conférence du 4 au 6 octobre vise à promouvoir l'harmonisation des pratiques d'observation des océans avec les besoins des applications modernes de ces données dans le design naval et la gestion fondée sur l’évaluation des risques des modes d’exploitation.

>> Version intégrale

 

Archives

top
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité