Nouvelles world map
Presse & médias
 

Nouvelles

Mis à jour le 25 novembre 2014


Des températures records pour la période janvier-octobre
Etat au 21 novembre 2014

L'Administration américaine pour les océans et l'atmosphère (NOAA) a indiqué que, pour la période janvier – octobre 2014, la température moyenne mondiale à la surface des terres et des océans avait été la plus élevée jamais enregistrée, et que le mois d'octobre avait été le plus chaud jamais observé depuis le début des relevés, en 1880.

Selon elle, pour la période janvier – octobre, la température moyenne, à la surface des terres comme à la surface des océans, a dépassé de 0,68°C (1,22°F) la moyenne du
XXe siècle, à savoir 14,1°C (57,4°F). Quant à celle du mois d'octobre, elle a été supérieure de 0,74°C (1,33°F) à la moyenne des mois d'octobre du XXe siècle, à savoir 14,0°C (57,1°F).

Les températures élevées d'octobre ont concerné tant les terres émergées que la surface des océans, avec une répartition assez homogène entre les deux hémisphères. L'hémisphère Sud a ainsi connu son mois d'octobre le plus chaud et l'hémisphère Nord son troisième octobre le plus chaud. >> suite

 

Le Projet de prévision des conditions météorologiques extrêmes gagne du terrain
Etat au 21 novembre 2014

Le succès du projet visant à aider les services météorologiques des pays en développement à livrer des prévisions et des alertes de phénomènes violents fait tache d’huile en Afrique.

Le Projet de prévision des conditions météorologiques extrêmes a permis d'améliorer les délais d'anticipation et la fiabilité des alertes concernant les phénomènes à fort impact, tels que les fortes pluies, les vents violents et les hautes vagues,  contribuant ainsi à préserver les vies et les biens et à soutenir des secteurs essentiels, comme l'agriculture, la pêche et les transports.

Dans le cadre de ses efforts permanents en vue de renforcer les capacités des Services météorologiques et hydrologiques nationaux et d'accroître la résilience aux catastrophes, l'OMM a patronné un Stage de formation régional pour l’Afrique de l’Est sur les services d’alerte et de prévision des conditions météorologiques extrêmes à Kigali, Rwanda, du 10 au 21 novembre 2014. Une trentaine de participants y assistait, en particulier des prévisionnistes et des experts de services météorologiques publics et de départements de météorologie agricole, venus de sept pays (Burundi, Ethiopie, Kenya, Ouganda, Rwanda, Sud-Soudan, et Tanzanie). Cette formation, qui se déroulait pour la première fois au Rwanda, est la cinquième à avoir lieu dans des pays d'Afrique de l'Est depuis la création du Projet de démonstration concernant la prévision des conditions météorologiques extrêmes dans cette région, en 2010. >> suite

 

Un plan d'action pour émanciper et protéger les femmes
Etat au 18 novembre 2014

Des services météorologiques et climatologiques qui font place aux femmes

À l'issue d'une conférence tenue par l'Organisation météorologique mondiale, différents partenaires sont convenus d'un plan d'action pour que les femmes participent davantage au développement et à l'utilisation des services météorologiques et climatologiques, au profit de la communauté toute entière.

La Conférence sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans le contexte des services météorologiques et climatologiques (5-7 novembre) a porté sur la prise en compte des vulnérabilités et forces spécifiques aux femmes dans le cadre d'une adaptation accélérée aux changements climatiques et d'une meilleure résilience face aux catastrophes, et ce pour l'ensemble de la société.

«Les phénomènes météorologiques extrêmes s'intensifient. Les inondations, les sécheresses et les cyclones confrontent des centaines de millions de personnes dans le monde à des dangers croissants. L'élévation du niveau de la mer menace l'existence même de pays entiers, voire de régions. Les femmes et les filles sont particulièrement vulnérables à ces risques, mais elles sont aussi les plus susceptibles de devenir des exemples de résilience dans leurs communautés» a déclaré Ban Ki-moon, le Secrétaire général de l'ONU, dans un message à l'intention des délégués.

«Cette conférence témoigne de votre engagement collectif de placer les femmes au cœur des mesures d'adaptation au changement climatique et d'atténuation de ses effets – et d'adapter davantage les informations climatologiques» a-t-il poursuivi, en se félicitant des «indications précieuses en vue de la mise en place d'actions concrètes au niveau international, national et local». >> Suite

 

Des services climatologiques transsectoriels pour faire face aux enjeux climatiques
Etat au 10 novembre 2014

Les incidences du changement climatique prennent de l'ampleur. Les éléments de preuve les plus récents confirment qu'il faut agir sans délai: les partenariats et les services climatologiques doivent faire intervenir davantage de secteurs pour faciliter l'adaptation des populations aux phénomènes météorologiques extrêmes et renforcer leur résilience face aux catastrophes.

Les participants à la session du Conseil intergouvernemental des services climatologiques (Genève, 10-14 novembre) feront le bilan des progrès accomplis et des problèmes rencontrés en ce qui concerne la fourniture et l'utilisation de ces services – y compris les prévisions saisonnières et les outils de gestion des sécheresses et des crues.

Cette session fait suite à la publication du cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), selon lequel «si on ne les maîtrise pas, les changements climatiques vont accroître le risque de conséquences graves, généralisées et irréversibles pour l’être humain et les écosystèmes». >> Suite

 

La Conférence sur l’égalité entre les femmes et les hommes donne aux femmes les moyens de participer activement à la prestation et à l’utilisation des services météorologiques et climatologiques
Etat au 4 novembre 2014

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) est à la tête d’un mouvement visant à assurer que les services météorologiques et climatologiques tiennent compte des besoins et des atouts spécifiques des femmes afin de réduire la vulnérabilité de ces dernières aux catastrophes et aux changements climatiques et de leur permettre de valoriser leur potentiel en tant que chevilles ouvrières de la résilience des communautés.

La Conférence sur l'égalité entre les femmes et les hommes dans le contexte des services météorologiques et climatologiques sera notamment axée sur l’adaptation au changement climatique, la prévention des catastrophes, la santé, l’eau et la sécurité alimentaire. Les débats porteront également sur les façons d’attirer un plus grand nombre de femmes vers des carrières scientifiques et de promouvoir leur rôle au sein de la communauté scientifique.

Selon Michel Jarraud, Secrétaire général de l’OMM, les prévisions météorologiques et les services climatologiques ont fait beaucoup de progrès, en particulier les prévisions saisonnières, ce qui permet de mieux protéger les vies humaines et les moyens de subsistance. «Mais si nous voulons aider les communautés à faire face aux changements climatiques à long terme et à la multiplication prévue des phénomènes dangereux tels que les inondations et les vagues de chaleur, nous devons redoubler d’efforts et permettre aux femmes de bénéficier de services prenant réellement leurs besoins en compte» a-t-il souligné. >> Suite


Changement climatique: le GIEC résume les risques et les solutions
Etat au 2 novembre 2014

Un nouveau rapport pour prendre des mesures d'atténuation
et d'adaptation fondées sur la science

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publie aujourd'hui son Rapport de synthèse, condensé explicite d'années de recherche effectuées par des milliers de scientifiques et d'experts de premier plan sur les défis que pose le changement climatique et les solutions possibles.

Le Rapport de synthèse et le Résumé à l'intention des décideurs qui en fait partie récapitulent les conclusions des trois premiers volumes du cinquième Rapport d’évaluation et de deux rapports spéciaux sur les connaissances actuelles en matière de climatologie ainsi que les possibilités d'adaptation et d'atténuation. >> Suite

 


Une Europe du Sud-Est résistante face aux risques naturels
Etat au 27 octobre 2014

Un système d'alerte précoce multidanger et transfrontalier va être instauré dans les Balkans occidentaux et en Turquie pour accroître la résilience face aux inondations, aux glissements de terrain, aux épisodes de sécheresse et aux vagues de chaleur qui accablent fréquemment la région; il s'agit notamment de tirer les enseignements des inondations dévastatrices de mai 2014.

À la conclusion d'un projet biennal mené par l'ONU avec le soutien de l'Union européenne et la collaboration des autorités nationales concernées, ces dernières sont convenues d'établir une stratégie à l'échelle régionale pour renforcer la résistance face aux catastrophes et l'adaptation au changement climatique en Albanie, en Bosnie-Herzégovine, en Croatie, au Monténégro, en Serbie, dans l'ex-République yougoslave de Macédoine, en Turquie et au Kosovo. >> Suite

 

Les températures de janvier à septembre battent des records
Etat au 21 octobre 2014

Selon l'Administration américaine pour les océans et l'atmosphère (NOAA), la température moyenne à la surface des terres et des océans pour le mois de septembre 2014 est la plus élevée jamais enregistrée pour un mois de septembre. Comme en 1998, la période de janvier à septembre 2014 a été la plus chaude jamais enregistrée.

La NOAA a indiqué que la température moyenne à la surface du globe – terres émergées et océans confondus – avait atteint 15,72 °C au mois de septembre dernier, soit une anomalie de 0,72 °C au-dessus de la normale calculée pour le XXe siècle (15,0 °C). Les températures ont été plus élevées que la moyenne dans la plupart des régions du globe. >> Suite

 

Indonésie: de meilleures récoltes grâce aux formations de climatologie de terrain
Etat au 21 octobre 2014

Les agriculteurs d'un village indonésien ayant pris part au programme de formations de climatologie de terrain organisé par le Service indonésien de météorologie, climatologie et géophysique (BMKG) ont enregistré un accroissement de près de 25% de leurs récoltes de maïs de cette année, ce qui contribue à renforcer la sécurité alimentaire.

Le BMKG avait organisé ces formations dans le village de Gempolsari du 14 juillet au 3 octobre 2014, en coopération avec l'organisme chargé de l'agriculture dans la province de Banten. Pendant trois mois, le personnel du BMKG et des agents de vulgarisation ont rencontré les agriculteurs tous les 10 jours afin d’étudier comment appliquer les informations météorologiques et climatologiques pendant la saison de semis et de végétation. Les 25 agriculteurs ont été initiés à l'information climatologique par des techniques expérimentales avec des explications simples et des discussions actives sur des sujets, tels que les processus de formation des nuages et de la pluie, l'introduction d'instruments météorologiques simples, le savoir ancestral en agriculture et les calendriers de cultures. >> Suite

 

Une nouvelle ère de satellites s'ouvre avec Himawari-8
Etat au 16 octobre 2014

L'OMM salue le lancement du satellite Himawari-8 par le Service météorologique japonais comme le début d'une nouvelle ère de satellites géostationnaires.

Himawari-8 a été lancé le 7 octobre 2014 depuis le centre spatial de Tanegashima, à Kagoshima, Japon, à bord du véhicule de lancement H-IIA F25. Le satellite s'est séparé avec succès de son lanceur au bout de 28 minutes environ après le décollage et volera en autonomie pendant près de 10 jours, avant de se placer en orbite géostationnaire. >> suite


Journée mondiale de l'alimentation - Agriculture familiale
Etat au 16 octobre 2014

Le thème de la Journée mondiale de l'alimentation 2014 - Agriculture familiale: «Nourrir le monde, préserver la planète» - a été choisi pour accroître la visibilité de l’agriculture familiale et des petits exploitants. Il rappelle le rôle crucial que joue l'agriculture familiale dans l'éradication de la faim et de la pauvreté, le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l'amélioration des moyens de subsistance, la gestion des ressources naturelles, la protection de l'environnement et la réalisation du développement durable, notamment dans les zones rurales.

Le dernier rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) révèle que tous les aspects de la sécurité alimentaire sont potentiellement touchés par le changement climatique, y compris la production alimentaire, l'accès à la nourriture, l'utilisation des ressources et la stabilité des prix. >> suite

 

LE SYMPOSIUM INTERNATIONAL SUR LE CLIMAT 2014 RÉUNIT LES MEILLEURS EXPERTS MONDIAUX SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET LES OBSERVATIONS DEPUIS L’ESPACE
Etat au 14 octobre 2014

Cette semaine, près de 500 climatologues, décideurs et représentants d’agences spatiales et de l’industrie discuteront de la façon dont les satellites d’observation de la Terre actuels et futurs contribueront à relever les grands défis scientifiques définis par le Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC).

Alain Ratier, Directeur général d’EUMETSAT, a déclaré : « Après la publication du Cinquième rapport d’évaluation du GIEC, et à un an de la prochaine Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, notre objectif est de réunir scientifiques et agences spatiales pour réfléchir au rôle des observations satellitaires face aux défis climatiques actuels. Il s’agit non seulement de mieux comprendre le changement climatique, mais aussi de créer, sur les meilleurs fondements scientifiques, les services d’information climatologiques qu’attendent les décideurs ».

Le symposium apportera de nouvelles contributions à la conception de l’Architecture mondiale pour la surveillance du climat depuis l’espace que le Comité sur les satellites d’observation de la Terre (CEOS) et le Groupe de coordination pour les satellites météorologiques sont en train d’établir pour répondre aux besoins de l’Organisation météorologique mondiale, du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC) et du Système mondial d’observation du climat (SMOC).

Le symposium sera ouvert par plusieurs intervenants de haut niveau, dont Mme Brigitte Zypries, Secrétaire d’État allemande aux Affaires économiques et à l’Énergie, M. Klaus-Peter Willsch, Président du groupe Aviation et Espace au Parlement allemand, M. Michel Jarraud, Secrétaire général de l’OMM et Mme Barbara Ryan, Directrice du Groupe sur l’observation de la Terre (GEO). Des discours seront également prononcés par David Carlson, Directeur du PMRC et Julia Slingo, Directrice scientifique au Met Office britannique.

Le Symposium sur le climat 2014 est co-organisé par le PMRC et EUMETSAT, avec le soutien de l’Union européenne, de l’Agence spatiale européenne et de la ville de Darmstadt. Les autres parrains de l’événement sont le CMSC, le GEO, la JAXA, le DLR, la NOAA, le CNES et la NASA.

 

Atelier international OMM/Oman sur la prévision des cyclones tropicaux
Etat au 7 octobre 2014

Le Sultanat d'Oman et l'OMM ont copatronné un atelier visant à améliorer la prévision et les alertes de cyclones tropicaux en formant les prévisionnistes aux techniques de pointe.

Représenté par la direction générale de l'aviation civile et de la météorologie, le sultanat d'Oman a accueilli l'atelier international OMM/Oman sur la technique de Dvorak et la prévision des cyclones tropicaux du 28 septembre au 2 octobre 2014, à l'Université Sultan Qaboos de Mascate.

L'atelier portait sur des sujets majeurs relevant de l'utilisation de technologies de pointe dans la prévision des cyclones tropicaux, avec une attention particulière à la technique de Dvorak. Cette technique employée pour estimer l'intensité d'un cyclone est basée sur une corrélation statistique entre les caractéristiques nuageuses et l'intensité d'un cyclone tropical. Considérée comme la meilleure technique actuellement disponible, elle reste cependant complexe et, dans une certaine mesure, subjective.

Cet atelier a réuni 13 participants venus de sept des huit membres de l'OMM/Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) et du Groupe d'experts des cyclones tropicaux, et 25 participants locaux. Deux participants des Émirats Arabes Unis et du Qatar étaient également invités à assister à la manifestation.

Celle-ci s'adressait notamment aux météorologistes possédant une expérience pratique de la prévision opérationnelle des cyclones tropicaux. Trois experts de renommée internationale et un haut fonctionnaire de l'OMM étaient en outre invités à présenter un exposé à l'atelier.

Oman, qui accueillait la manifestation, est souvent touché par des cyclones tropicaux. Le cyclone tropical Gonu, par exemple, avait provoqué de graves inondations et d'importants dommages au pays en 2007.

 

Session thématique sur les sciences du climat
Etat au 25 septembre 2014

Le Sommet de l'ONU sur le climat a réuni une centaine de chefs de gouvernements aux côtés de représentants du monde de la finance, des entreprises et de la société civile pour donner un nouvel élan aux négociations sur le changement climatique.

Durant le sommet du 23 septembre, l'Organisation météorologique mondiale a copatronné une session thématique sur les sciences du climat afin de démontrer  comment des informations scientifiques de haute qualité peuvent soutenir les décisions en matière d'atténuation des effets du changement climatique et d'adaptation à ce changement. L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR) coparrainaient également cette session. >> suite

 

L'étendue des glaces de mer dans l'Arctique est l'une des plus faibles jamais observées
Etat au 25 septembre 2014

La banquise de l'Arctique a atteint son minimum saisonnier, soit quelque 5 millions de km2 cette année. Elle se place ainsi au sixième rang des moins étendues depuis le début des observations par satellite et poursuit par conséquent son long déclin, d'après les principaux organismes scientifiques et instituts de recherche internationaux.

Ces chiffres ont été diffusés par le Centre national de données sur la neige et la glace (NSIDC) des États-Unis d'Amérique et l'Institut Alfred Wegener, centre Helmholtz pour la recherche marine et polaire.

Le 17 septembre 2014, l'étendue de la banquise était de 5,02 millions de km2, d'après le NSIDC, ce qui semble être le minimum estival de cette année. Avec la disparition du soleil et la chute des températures, la banquise va à nouveau s'étendre, et ce tout au long de l'automne et de l'hiver. Sa superficie pourrait toutefois diminuer encore sous l'effet d'une modification des régimes de vent ou d'une fonte tardive des glaces. Le minimum saisonnier de cette année dépasse de 1,61 million de km2 le minimum record (de l'ère satellitaire) observé le 16 septembre 2012, tout en étant inférieur de 1,2 million de km2 à la moyenne des minima calculée pour la période 1981-2010. >> Suite

 

Bilan carbone mondial: des émissions record
Etat au 22 septembre 2014

Le Bilan carbone mondial 2014 a été publié en perspective du Sommet de l'ONU sur le climat. Il révèle que les émissions de dioxyde de carbone issus de la combustion de matières fossiles et de la production de ciment ont augmenté de 2,3% en 2013, pour s'établir à des niveaux record. Il précise également que les émissions sont de 61% supérieures aux niveaux de 1990 (année de référence du Protocole de Kyoto).

Le rapport du Projet mondial sur le carbone, qui est copatronné par le Programme mondial de recherche sur le climat, affirme que les émissions devraient encore progresser de 2,5% en 2014.>> suite

 

Records de chaleur en août et pour la période juin-août
Etat au 19 septembre 2014

D'après l'Administration nationale des États-Unis pour les océans et l'atmosphère (NOAA), la température moyenne mesurée en août 2014 à la surface des terres et des océans était la plus élevée pour un mois d'août depuis le début des relevés, et ce, principalement sous l'effet de la hausse record des températures de la mer en surface. La période juin-août 2014 a également été la plus chaude jamais enregistrée.

La NOAA a indiqué que la température moyenne à la surface du globe – terres émergées et océans confondus – de juin à août avait été la plus élevée jamais enregistrée pour cette période, avec une anomalie de 0.71°C (1.28°F) au-dessus de la normale calculée pour le XXe siècle 16.4°C (61.5°F). >> suite

Conseil régional de l'OMM pour l'Amérique du Sud: pleins feux sur l'amélioration des services météorologiques et climatologiques
Etat au 19 septembre 2014

Le Conseil régional de l'OMM pour l'Amérique du Sud est convenu à titre prioritaire d'améliorer les infrastructures et de renforcer les capacités des Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) en vue de fournir des services météorologiques, hydrologiques et climatologiques sur les conditions à fort impact. Ces derniers sont nécessaires pour favoriser la résistance aux catastrophes et l'adaptation au changement climatique dans une région qui a subi plusieurs graves épisodes de sécheresse et des inondations catastrophiques ces derniers mois.

Le Président de la République du Paraguay, Horacio Cartes, s'est entretenu avec le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud, et le président du Conseil régional, Julian Baez Benitez, de l'importance des services météorologiques et hydrologiques pour protéger la vie et les biens et pour soutenir le développement durable dans un pays dépendant de l'énergie hydroélectrique et d'autres ressources naturelles. Le Paraguay a accueilli la session du Conseil régional à Asunción du 15 au 20 septembre. >> suite

 

OMM: Changement climatique: il est encore temps d'agir
Etat au 19 septembre 2014

Des preuves scientifiques confirment qu'il faut lutter contre les gaz à effet de serre

Il reste encore une chance d'éviter les changements climatiques dangereux et de préserver la planète pour les générations à venir, mais nous devons nous dépêcher de la saisir. Des preuves scientifiques indéniables confirment qu'il faut réduire de toute urgence les émissions de gaz à effet de serre.

L'OMM soutient diverses initiatives pour apporter son concours au Sommet sur le climat qu'organise le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, à New York le 23 septembre. Ces initiatives illustrent la nécessité d'une action internationale concertée, tant pour maîtriser les changements climatiques rapides, qui pourraient occasionner dans les décennies à venir une hausse potentiellement mortelle des températures et du niveau des mers, que pour ralentir l'acidification des océans, qui menace la vie marine.>> suite

Atelier sur les services météorologiques et climatologiques dans les PMA d'Asie
Etat au 17 septembre 2014

Du 9 au 11 septembre, le Royaume du Bhoutan a accueilli un Atelier régional de l'OMM sur la prestation de services liés au temps et au climat dans les Pays les moins avancés (PMA) à Thimphu. Cet atelier a réuni des participants des Services météorologiques et hydrologiques de huit PMa d'Asie: l'Afghanistan, le Bangladesh,  le Bhoutan, le Cambodge, Myanmar, le Népal, la République démocratique populaire lao et le Yémen. Ces pays font partie du Conseil régional II (Asie) et présentent des conditions climatiques variées, des hautes régions montagneuses du nord aux régions côtières du Sud, en passant par plusieurs États enclavés.

«Une caractéristique commune des PMA d'Asie est leur dépendance par rapport aux ressources naturelles et une forte vulnérabilité aux risques hydrométéorologiques», a déclaré Dasho Sonam Tshering, Secrétaire du Ministre des Affaires économiques du Bhoutan dans son allocution d'ouverture.>> suite

La couche d’ozone en voie de reconstitution
Etat au 10 septembre 2014

Cette avancée exemplaire devrait inciter à agir pour le climat

La reconstitution d’ici à quelques décennies de la couche d'ozone protégeant la Terre est en bonne voie, grâce à l’action internationale concertée engagée contre les substances appauvrissant l'ozone, selon un nouveau bilan de 300scientifiques.

L'Évaluation à l’intention des décideurs, qui résume l'Évaluation scientifique de l'appauvrissement de la couche d'ozone 2014, est publiée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Il s’agit de la première mise à jour complète de la situation réalisée depuis quatre ans.

La couche d'ozone stratosphérique, fragile bouclier de gaz, protège la Terre des rayons ultraviolets nocifs émis par le soleil. Sans le Protocole de Montréal et les accords connexes, les niveaux atmosphériques de substances appauvrissant l'ozone auraient pu décupler d'ici à 2050. Selon des modèles mondiaux, le Protocole aura permis d'empêcher 2millions de cas de cancer de la peau chaque année d'ici à 2030, d’éviter des dommages aux yeux et aux systèmes immunitaires humains et de protéger les espèces sauvages et l'agriculture, selon le PNUE. >> suite

Les gaz à effet de serre atteignent des concentrations records
qui se répercutent sur l'atmosphère et les océans

Etat au 9 septembre 2014

La progression du dioxyde de carbone s'accélère

La teneur de l'atmosphère en gaz à effet de serre a atteint un nouveau pic en 2013, en raison de la hausse accélérée des concentrations de dioxyde de carbone, d'après le bulletin annuel de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) sur les gaz à effet de serre. La nécessité d'une action internationale concertée face à l'accélération des changements climatiques dont les effets pourraient s'avérer dévastateurs n'en est que plus urgente.

Il ressort de ce bulletin que le forçage radiatif, qui a pour effet de réchauffer le climat, s'est accru de 34% entre 1990 et 2013 à cause des gaz à effet de serre persistants comme le dioxyde de carbone (CO2), le méthane et le protoxyde d'azote.

En 2013, la concentration de CO2 dans l'atmosphère représentait 142% de ce qu'elle était à l'époque préindustrielle (1750), et celles du méthane et du protoxyde d'azote respectivement 253% et 121%. >> suite

 

Les climatologues s'attaquent aux priorités urgentes de la recherche
Etat au 8 septembre 2014

D'éminents climatologues venus du monde entier se réunissent à Berne cette semaine afin d'affiner leurs priorités concernant la recherche à venir à la lumière du cinquième Rapport d'évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) en se concentrant sur des domaines de la science à l'origine de la plupart des changements climatiques les plus rapides ou sur des domaines dans lesquels une meilleure compréhension est essentielle pour améliorer les projections des changements climatiques à venir.

Deux partenaires de longue date - le Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC) et le  Groupe de travail I du GIEC sont les organisateurs de cette réunion qui aura lieu du 8 au 10 septembre, moins d'un an après la parution de l'évaluation du Groupe de travail I du GIEC sur le Changement climatique 2013: Les éléments scientifiques. >> suite

 

Brésil - un bulletin météorologique pour 2050 fait apparaître les effets du changement climatique
Etat au 3 septembre 2014

Afin de sensibiliser les populations aux incidences du changement climatique au niveau local, l'Organisation météorologique mondiale a diffusé le premier d'une série de bulletins météorologiques imaginaires - mais réalistes - pour 2050 présentés par des journalistes télévisés connus.

Le premier bulletin du Brésil est établi en juin 2050. Les pluies sur le sud du Brésil et l'ouest du bassin amazonien devraient dépasser les niveaux mensuels en l'espace de quelques jours seulement, augmentant le risque de crues et de glissements de terrains alors que la sécheresse perdure dans le nord du pays et à l'est du bassin amazonien. Encore une journée très chaude aujourd'hui.

Des bulletins météo du Japon, du Danemark, de Zambie, du Burkina Faso, des États-Unis d'Amérique, de Bulgarie, des Philippines, de Belgique, d'Afrique du Sud, d'Islande, d'Allemagne et de Tanzanie suivront dans les prochains jours. >> suite

 

Quelles seront les incidences des changements climatiques sur la météo en 2050? Regardez les «bulletins météo de l’avenir»
Etat au 1er septembre 2014

Si les quantités de gaz à effet de serre émises par les êtres humains continuent d’augmenter, la température moyenne de la basse atmosphère pourrait s’élever de plus de 4°C (7,2°F) vers la fin du XXIesiècle. Mais qu’entraînerait exactement une hausse de la température moyenne à l’échelle du globe? Quel impact aurait-elle sur notre vie quotidienne?

Pour savoir ce que pourrait nous réserver l’avenir, l’Organisation météorologique mondiale a invité des présentateurs météo du monde entier à imaginer un «bulletin météo de l’année 2050». Bien entendu, les bulletins présentés par ces derniers sont des scénarios envisageables et non de véritables prévisions.  Mais ils sont fondés sur les éléments scientifiques les plus récents et brossent un tableau très convaincant de ce que notre quotidien pourrait être si la température était plus élevée à l’échelle du globe. >> Suite

Indonésie: formation sur le terrain dans le domaine du climat au service de la sécurité alimentaire
Etat au 1er septembre 2014

Indonesie

Du 26 au 29 août, le Service indonésien de météorologie, climatologie et géophysique (BMKG) a accueilli une formation aux instructeurs des écoles de climatologie de terrain (Climate Field Schools, CFS) des pays de la région Asie-Pacifique. Des participants venus de huit pays de la région y assistaient, avec le soutien de l'OMM.

L'objectif de cette session d'apprentissage par la pratique était de partager l'expérience de l'Indonésie dans la mise en œuvre du programme de formation sur le terrain dans le domaine du climat avec d'autres pays de la région Asie-Pacifique afin de soutenir les programmes de sécurité alimentaire dans ces pays. >> suite

 

Forum régional sur l'évolution probable du climat en Afrique australe
Etat au 1er septembre 2014

Le Forum régional sur l'évolution probable du climat en Afrique australe a publié ses prévisions pour la saison des pluies d'octobre 2014 à mars 2015.

Selon le Forum régional sur l’évolution probable du climat en Afrique australe, la plupart des pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) vont probablement enregistrer des précipitations normales à supérieures à la normale pour la période d’octobre à décembre 2014. Néanmoins, sur l’extrême nord de la République démocratique du Congo (RDC), le nord de Madagascar et l'île Maurice, la pluviosité devrait être normale à inférieure à la normale.

Au cours de la période de novembre-décembre 2014 à janvier 2015, la plupart des pays de la SADC devraient enregistrer des précipitations normales à supérieures à la normale, alors que sur la majeure partie de la République démocratique du Congo et l’extrémité nord de l’Angola, la pluviosité devrait être normale à inférieure à la normale. >> Suite

 

Forum sur l'évolution probable du climat dans la corne de l'Afrique
Etat au 27 août 2014

Africa

Le Forum sur l'évolution probable du climat dans la région de la corne de l'Afrique a publié ses prévisions saisonnières régionales pour la période allant de septembre à décembre, qui constitue une saison des pluies importante pour la zone équatoriale.

La prévision consensuelle fait état d'une probabilité accrue de précipitations proches de la normale sur la majeure partie de la corne de l'Afrique, avec une forte probabilité de précipitations supérieures à la normale sur l'ouest et l'est de la frange équatoriale. Pour le reste de la corne de l'Afrique, la prévision indique une probabilité accrue de pluviosité proche de la normale à inférieure à la normale. >> suite


Appel au renforcement de l'action pour la santé et le climat
Etat au 27 août 2014

Une conférence de haut niveau organisée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné la nécessité d'engager une action plus ferme concernant les risques sanitaires d'origine climatique, susceptibles de s'aggraver sous l'effet du changement climatique.

D’après les données les plus récentes de l’OMS, le changement climatique entraîne d’ores et déjà des dizaines de milliers de décès chaque année en raison de la modification des tableaux de morbidité, de phénomènes climatiques extrêmes, tels que les canicules et les inondations, et de la dégradation des approvisionnements en eau et de l’assainissement, ainsi que des effets sur l’agriculture. >> Suite

Plein succès pour la Conférence scientifique publique mondiale sur la météorologie
Etat au 25 août 2014

La Conférence scientifique publique mondiale sur la météorologie à laquelle ont participé plus de 1000 météorologistes, prévisionnistes, spécialistes en sciences sociales et développeurs d'applications venus de plus de 50 pays, a posé de solides fondations pour relever les défis du futur. Organisé à Montréal du 16 au 21 août, cet événement très réussi a passé en revue les progrès rapides accomplis dans les sciences de la météorologie et de la prévision au cours des dix dernières années et a exploré comment continuer à faire avancer ces sciences dans les années à venir.

«La recherche scientifique liée aux applications météorologiques et climatologiques est plus prisée que jamais», a déclaré Michel Jarraud, Secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale. «La sécurité alimentaire, l'eau, la santé et la prévention des catastrophes figurent parmi les conditions les plus élémentaires du développement social durable», a-t-il poursuivi. >> Suite


L'OMM appelle à renforcer les services météorologiques et climatologiques dans les petits États insulaires en développement
Etat au 25 août 2014

Faisant valoir que les petits États insulaires en développement (PEID) sont particulièrement vulnérables face aux conséquences des phénomènes climatiques telles que la hausse du niveau de la mer, la baisse des stocks de poissons, les sécheresses, les inondations, les ondes de tempête et les typhons (également appelés ouragans ou cyclones), l'Organisation météorologique mondiale exhorte les PEID et leurs partenaires à collaborer pour consolider les services météorologiques et climatologiques.

À la faveur de la Conférence des Nations Unies sur les petits États insulaires en développement, l'OMM lance le volet PEID du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC) afin d'encourager cette collaboration et d'associer les partenaires mondiaux et régionaux à un ensemble d'activités et de projets qui serviront à mobiliser des ressources humaines, matérielles et financières pour ce type de services.

«Perdues pour la plupart dans le vaste océan, les petites îles sont très démunies face aux incidences du climat, d'autant plus qu'elles peinent souvent à rassembler, de par leur faible démographie, une "masse critique" de compétences techniques», a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud. >> Suite


Les météorologues multiplient leurs efforts pour faire des prévisions plus précises, utiles et à long terme au fil de la prochaine décennie
Etat au 12 août 2014

Les avancées scientifiques sur le changement climatique ont fait la une cette année. En même temps, une révolution silencieuse fait son chemin en météorologie, un domaine scientifique très proche.

Désireux de faire progresser la performance des prévisions météorologiques rapidement au cours des prochaines années, quelque 1000 scientifiques et experts se réuniront à Montréal du 16 au 21 août 2014 pour la première Conférence scientifique publique mondiale sur la météorologie afin de définir les priorités de la recherche scientifique future et son potentiel à générer de meilleurs services novateurs en matière de météorologie.

«Grâce à d’importants investissements dans la recherche et les observations, les prévisions d’aujourd’hui à cinq jours sont aujourd’hui aussi fiables que les prévisions à deux jours d’il y a 20 ans», a déclaré Michel Jarraud, Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale. >> Suite

 

Lancement d'une campagne mondiale pour améliorer les services météorologiques et climatologiques des petits États insulaires en développement
Etat au 4 août 2014

Une campagne mondiale est lancée aujourd'hui pour améliorer les services météorologiques et climatologiques de tous les petits États insulaires en développement (PEID). Elle bénéficie du soutien de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), du Secrétariat du Programme régional océanien de l'environnement (PROE) et de Digicel Pacific.

La campagne «Small Islands, Weather Together» (Petits îles, la météo main dans la main) est destinée à montrer comment les petits États insulaires en développement peuvent collaborer pour améliorer les services météorologiques et climatologiques, qui sont primordiaux pour eux.

Rien que dans le Pacifique, les phénomènes météorologiques extrêmes représentent déjà 76% de l'ensemble des catastrophes et 50% sont en lien direct avec les cyclones. L'augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes fait par ailleurs obstacle au développement durable de nombreux petits États insulaires en développement. Par exemple, le cyclone Evan, qui a touché le Samoa en décembre 2012, y a occasionné des pertes équivalant à un tiers de la production économique annuelle. >> Suite

 

Record de chaleur pour le mois de juin 2014
Etat au 31 juillet 2014

Centiles de la température des terres émergées et des océans en juin 2014.- Centre national de données climatologiques de la NOAA

L'Administration américaine pour les océans et l'atmosphère (NOAA) et le Centre climatique de Tokyo relevant du Service météorologique japonais (JMA) révèlent que, sous l'effet de la hausse record des températures de la mer en surface, la température moyenne à la surface des terres et des océans pour le mois de juin 2014 est la plus élevée jamais enregistrée pour un mois de juin. Le mois de mai 2014 se classe au premier rang des plus chauds jamais observés pour un mois de mai depuis le début des relevés.

La NOAA a indiqué que la température moyenne à la surface du globe – terres émergées et océans confondus – avait atteint 16,22 °C (marge d'erreur: 0,09 °C) au mois de juin dernier, soit une anomalie de 0,72 °C au-dessus de la normale calculée pour le XXe siècle (15,5 °C). Le mois de juin 2014 dépasse ainsi de 0,03 °C le précédent record qui datait de 2010. Neuf des dix mois de juin les plus chauds ont été enregistrés au cours du XXIe siècle, dont cinq au cours des cinq dernières années. >> suite


Conférence scientifique publique mondiale sur la météorologie 2014 (WWOSC2014) «La météo: quel avenir?»
Etat au 30 juillet 2014

«La météo, quel avenir?» est le thème de la Conférence scientifique publique mondiale sur la météorologie qui, pour la première fois, rassemblera du 16 au 21août l'ensemble des scientifiques et des utilisateurs de ce domaine.

On attend à Montréal plus de 1000personnes représentant les services météorologiques, les pouvoirs publics, l’industrie, les utilisateurs et le monde universitaire. La Conférence se tiendra sous les auspices de l'Organisation météorologique mondiale, du Conseil international pour la science, d’Environnement Canada et du Conseil national de recherches Canada.

«La Conférence scientifique publique mondiale se penchera sur les dernières avancées de la météorologie et sur leurs applications; il y sera question des orientations qu’il convient de donner aux travaux scientifiques afin que la société puisse faire face aux conditions extrêmes et à ses impacts», a déclaré Alan Thorpe, coprésident du Comité international d’organisation de la Conférence et directeur du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT). >> suite


Atelier sur les services climatologiques en Amérique latine
Etat au 28 juillet 2014

Un atelier régional consacré au renforcement des prestations de services climatologiques, tels que les perspectives d'évolution saisonnières et les prévisions d'El Niño, et à leur adaptation aux besoins des utilisateurs en Amérique latine, se tient à San José, Costa Rica, du 28 au 30 juillet.

Organisée sous les auspices du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC), cette manifestation vise à adopter un plan d'action régional pour l'avenir. Elle est organisée conjointement par le CMSC, l'Instituto Meteorológico Nacional of Costa Rica, la Comisión Nacional del Agua du Mexique (CONAGUA), le Service météorologique espagnol (AEMET) et le Centre international de recherche sur le phénomène El Niño – CIIFEN. >> suite


Des services de météorologie aéronautique parés pour l'avenir: Une réunion dédiée à l'efficacité et à la sécurité face à une montée en flèche du nombre de passagers
Etat au 25 juillet 2014

Lors d'une réunion majeure, qui s'est tenue à Montréal (Canada), il a été question de l'avenir des services météorologiques, dont l'importance est capitale pour la sécurité et la régularité des vols dans un espace aérien où l'intensification des échanges revêt un caractère planétaire. Les cendres volcaniques et la météorologie de l'espace ont également figuré en bonne place sur l'ordre du jour.

La réunion météorologie à l'échelon division de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a lieu tous les dix ans. Du 9 au 18 juillet, elle a réuni, au siège de l'OACI, des représentants de compagnies aériennes, de services de navigation aérienne et de groupements de pilotes. Elle s'est déroulée conjointement avec la session de la Commission de météorologie aéronautique (CMAé) relevant de l'OMM, et a été précédée par une conférence technique de deux jours (7-8 juillet), destinée à étayer les débats, qui a porté sur l'avenir de la météorologie aéronautique. >> suite


Adoption d'une politique d'échange de données et d'informations hydrologiques et météorologiques dans le bassin de la Save
Etat au 22 juillet 2014

Dans le cadre de la 35e session de la Commission internationale du bassin de la Save (ISRBC), les représentants des services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) des pays du bassin de la Save (Slovénie, Croatie, Bosnie Herzégovine, Monténégro et Serbie) se se rencontrés à Ljubljana (Slovénie) pour signer un accord portant sur la Politique d'échange de données et d'informations hydrologiques et météorologiques dans le bassin de la Save (Policy on the Exchange of Hydrological and Meteorological Data and Information in the Sava River Basin).

La conclusion de cet accord constitue la dernière étape du processus engagé par les SMHN et lancé en 2013 dans le cadre du projet IPA/2012/290552 «Renforcement de la capacité de résistance aux catastrophes dans les Balkans occidentaux et en Turquie» (mis en œuvre par l'OMM et l'UNISDR avec un financement de l'UE). Ce projet identifie l'amélioration de la collecte et de l'échange de données entre les pays du bassin de la Save comme la cible principale et préconise de l’atteindre par l'examen des pratiques existantes et le développement de procédures optimisées. >> suite


Colloque 2014 sur le climat: comment passer des observations
et de la recherche à une action en faveur du climat

Etat au 18 juillet 2014

Le Colloque sur le climat, qui se tiendra du 13 au 17 octobre 2014, aura pour thème la recherche climatologique et les observations de la Terre depuis l’espace: des informations climatologiques pour la prise de décisions. Il réunira à Darmstadt, en Allemagne, plus de 500 experts internationaux du climat, décideurs et représentants de l’industrie et des agences spatiales internationales. Organisé tout de suite après la publication d’informations clefs issues du cinquième Rapport d’évaluation du Groupe intergouvernemental d’experts sur l‘évolution du climat (GIEC), le Colloque et les activités qui s’ensuivront devraient être profitables à la gestion des risques climatologiques et permettre d’étayer la mise en place d’options en vue de l’atténuation des changements climatiques et de l’adaptation à ces changements.

L’évolution du climat touche les systèmes naturels et humains de tous les continents et de tous les océans: élévation du niveau de la mer, stress thermique, maladies à transmission hydrique et multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes. Le Colloque va bénéficier de la recherche, de la modélisation et de la prévision climatologiques en lançant la mise au point d’un système international d’observation du climat depuis l’espace pour répondre aux besoins du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC) et du Système mondial d’observation du climat (SMOC).>> suite

 

Atlas de la mortalité et des pertes économiques dues aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes
Etat au 11 juillet 2014

Des décisions plus rationnelles grâce à des données sur les catastrophes de meilleure qualité

Les catastrophes liées au temps, au climat et à l’eau, qui font des victimes et retardent le développement économique et social de plusieurs années, voire de plusieurs décennies, sont en hausse dans le monde entier. Selon un rapport qui vient de paraître, de 1970 à 2012, 8835catastrophes, 1,94 million de victimes et 2,4 billions de dollars é.-u. de pertes économiques ont été attribuées, à l’échelle mondiale, à des phénomènes tels que la sécheresse, les températures extrêmes, les crues, les cyclones tropicaux et leur cortège d’épidémies.

Dans l’Atlas de la mortalité et des pertes économiques dues aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes (1970–2012), publié conjointement par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Centre de recherche sur l’épidémiologie des désastres (CRED) de l’Université catholique de Louvain (UCL), en Belgique, les auteurs décrivent la répartition géographique et les conséquences des catastrophes liées au temps, au climat et à l’eau, en soulignant les mesures susceptibles d’être prises pour renforcer notre résilience. >> suite

 

Évolution rapide du changement climatique: les scientifiques plaident pour une actualisation plus fréquente des périodes de référence de 30 ans
Etat au 9 juillet 2014

La Commission de climatologie de l'OMM a recommandé aux gouvernements d’adopter une double approche pour ce qui concerne l'actualisation des périodes de référence de 30 ans, dont se servent les scientifiques et les services météorologiques pour surveiller le temps et le climat et effectuer des comparaisons avec les périodes passées.                          

Le climat variant naturellement d'une année sur l'autre, les climatologues se servent de moyennes standard sur 30 ans des températures, des précipitations et d'autres variables, par exemple pour placer dans une perspective historique l'ampleur d'une vague de chaleur ou d'une tempête récente. Ces périodes historiques, de 30 ans chacune, sont appelées «normales climatiques» et peuvent être établies à l'échelle locale, nationale ou mondiale. >> suite

 

L'OMM et l'OMS établissent un bureau commun pour le climat et la santé
Etat au 8 juillet 2014

L'Organisation mondiale de la Santé et l'Organisation météorologique mondiale s'allient pour parer aux risques accrus que font courir à la santé humaine les aléas météorologiques et climatiques, tels que les températures extrêmes, les inondations, les sécheresses et les cyclones tropicaux.

L'OMM et l'OMS ont établi un bureau commun sur le climat et la santé, sous les auspices du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC), afin de coordonner le développement et l'utilisation des services climatologiques dans une optique d'amélioration de la santé publique. Ce bureau sera investi de missions de sensibilisation, de renforcement des capacités et de mise en contact des services météorologiques et des experts du secteur de la santé, aux fins de l'adaptation climatique et de la gestion des risques. >> Suite

 

Objectif du Conseil exécutif: renforcer les services météorologiques
Etat au 3 juillet 2014

Le Conseil exécutif de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a approuvé des mesures visant à renforcer la prestation et la qualité des services météorologiques, hydrologiques et climatologiques, qui sont essentiels à la sécurité du public, à l’efficience économique et à la durabilité de l’environnement.

Lors d’une session de dix jours (18–27 juin), les membres du Conseil exécutif ont également étudié ensemble comment renforcer les capacités des Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) et faire en sorte que leur rôle soit apprécié à sa juste valeur, et comment mobiliser les fonds nécessaires pour faire face aux problèmes toujours plus aigus posés par le changement climatique, les phénomènes météorologiques extrêmes, la pollution et l’urbanisation. >> suite

 

Hommage de l’OMM à des scientifiques exceptionnels
Etat au 27 juin 2014

Le Conseil exécutif de l’Organisation météorologique mondiale a décerné le prix le plus prestigieux de l’Organisation à Alexander Bedritskiy, de la Fédération de Russie, Président émérite de l’OMM depuis 2011, pour ses travaux exceptionnels dans les domaines de la météorologie, de la climatologie, de l’hydrologie et des sciences connexes.

M. Bedritskiy devient ainsi lauréat du Prix de l’OMI, du nom de l’Organisation météorologique internationale, qui a précédé l’OMM, pour son apport exceptionnel à la météorologie tout au long de sa carrière. >> Suite

 

Bulletin de l'OMM: Préparons-nous à El Niño
Etat au 26 juin 2014

Selon un bulletin Info-Niño/Niña publié par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), la probabilité que survienne un véritable épisode El Niño atteint 60% entre juin et août et passe à 75-80% pour la période octobre-décembre. En se fondant sur les avis des Services météorologiques et hydrologiques nationaux, de nombreux gouvernements ont déjà commencé à se préparer pour l'arrivée d'El Niño, qui est associé à des sécheresses et des inondations régionales dans diverses parties du monde et tend à faire monter la moyenne mondiale des températures en surface.

El Niño se caractérise par des températures de surface de la mer anormalement élevées dans la partie centre-est du Pacifique tropical, accompagnées de configurations spécifiques de la circulation atmosphérique. Ce phénomène naturel se produit tous les 2 à 7 ans et a une incidence majeure sur le climat mondial. Le dernier épisode remonte à 2009-2010. >> suite

 

Modernisation du Service d'information météorologique mondiale
Etat au 23 juin 2014

Des prévisions officielles et faciles d'utilisation en 10 langues

Le très populaire site Web du Service d'information météorologique mondiale de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a été remanié et actualisé pour être plus moderne et facile à utiliser.

Créé et géré par l'Observatoire de Hong Kong pour le compte de l'OMM, ce site Web présente les prévisions météorologiques officielles de 133 Membres de l'OMM pour 1719 villes du monde entier. Il est disponible dans 10 langues: allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, français, italien, polonais, portugais et russe.

M. Jarraud, Secrétaire général de l'OMM, explique que le Service d'information météorologique mondiale est la référence officielle en matière de prévisions météorologiques dans le monde et qu'il représente un excellent exemple de collaboration internationale entre services météorologiques au profit du public dans le monde entier. Les services météorologiques nationaux exploitent des réseaux d'observation météorologique normalisés et suivent les procédures de prévision les plus rigoureuses. >> Suite

 

Journée mondiale de l'environnement
Etat au 3 juin 2014

Elevez votre voix, pas le niveau de la mer est le thème de la Journée mondiale de l'environnement du 5 juin, consacrée aux Petits Etats insulaires en développement dans le contexte du changement climatique.

La Journée mondiale de l'environnement vise à encourager la sensibilisation et l'action mondiales en faveur de l'environnement. Elle est organisée sous les auspices du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). Le thème choisi cette année vient soutenir la désignation par les Nations Unies de 2014 en tant qu'Année internationale des Petits Etats insulaires en développement (PEID) et vise à créer une dynamique propice à la Troisième Conférence internationale sur les PEID qui se tiendra au mois de septembre. >> suite

L'OMM se mobilise pour renforcer le Service météorologique en Haïti
Etat au 30 mai 2014

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a entrepris d'améliorer les conditions de travail du Service météorologique haïtien dans le cadre d’une initiative plus vaste visant à étendre les capacités de prévision et d’alerte précoce de cette nation caribéenne et à accroître sa résilience face aux cyclones tropicaux, aux inondations, aux sécheresses et autres aléas climatiques.

Deux espaces de bureaux préfabriqués ont été livrés à ce Service pour remplacer les conteneurs temporaires vieillissants et permettre au personnel de travailler plus efficacement à l'approche de la saison des ouragans 2014 dans l'Atlantique Nord. À plus long terme, l'OMM a accepté de construire un nouveau bâtiment permanent pour ce Service, à l’épreuve des tremblements de terre et des ouragans.

Ces activités sont entreprises sous les auspices du programme intitulé «Systèmes météorologiques en Haïti: des services climatologiques pour réduire la vulnérabilité du pays», qui vise à remettre en état et moderniser l'infrastructure de prévision météorologique, climatique et hydrologique qui a été détruite par le séisme de 2010.
>> suite


Les concentrations de CO2 dépassent 400 parties par million
dans tout l'hémisphère Nord

Etat au 26 mai 2014

En avril, pour la première fois, les concentrations mensuelles de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère ont dépassé 400 parties par million (ppm) dans tout l'hémisphère Nord. Ce seuil est hautement symbolique sur le plan scientifique, et le fait qu'il ait été franchi démontre une fois de plus que l'exploitation de combustibles fossiles est responsable, ainsi que d'autres activités humaines, de l'augmentation continue des concentrations de gaz à effet de serre qui réchauffent notre planète.

Toutes les stations de surveillance de l'hémisphère Nord qui constituent le réseau de la Veille de l'atmosphère globale de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) ont signalé des concentrations records de CO2 dans l'atmosphère durant le pic saisonnier, qui intervient au début du printemps boréal, avant que ce gaz ne soit absorbé par la croissance végétale.

Alors que les valeurs maximales relevées au printemps dans l'hémisphère Nord ont déjà passé la barre des 400 ppm, la concentration de CO2 à l'échelle du globe, en moyenne annuelle, devrait franchir ce seuil en 2015 ou 2016. >> suite

 

Ondes de tempête: l'OMM prend des mesures
Etat au 26 mai 2014

Les ondes de tempêtes sont plus meurtrières que les vents qui accompagnent les cyclones tropicaux et que les tsunamis déclenchés par des séismes. Pourtant, elles font partie des dangers naturels les plus sous-estimés et les moins bien compris.

Lors du passage de l'ouragan Sandy (2013) et du typhon Haiyan (2013), ce ne sont pas les vents mais l'eau et les vagues qui ont été à l'origine de presque toutes les pertes humaines et matérielles. Ces cas sont loin d'être uniques – au cours des 200dernières années, au moins 2,6 millions de personnes ont perdu la vie lors d'inondations côtières, principalement causées par des ondes de tempête. L’élévation du niveau de la mer à cause du changement climatique ainsi que l'expansion urbaine dans les régions côtières ne feront sans doute qu'aggraver le problème.

Pour ces motifs, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) participe à une série d'initiatives visant à mieux faire connaître les ondes de tempête et à perfectionner les outils de prévision et d'alerte, afin de protéger les populations et de renforcer la résilience dans les zones côtières de faible altitude. Elle s'est donné pour objectif d'améliorer la prévision et la gestion des crues et de mettre en place des systèmes intégrés d’alerte précoce multidanger et d'intervention en cas de catastrophe. >> suite

 

Des ministres africains responsables de la météorologie cherchent à accroître la résilience communautaire
Etat au 23 mai 2014

Le changement climatique exacerbent l’insécurité alimentaire et la propagation des maladies en Afrique.

Le changement climatique occasionné par le mauvais temps et les événements météorologiques extrêmes exacerbent certaines difficultés en Afrique, telles que l’insécurité alimentaire et la propagation des maladies. Pour la seule année 2012, on estime que 37,3 millions d’Africains ont été négativement affectés par les risques hydrométéorologiques, ce qui représente une augmentation de 43,3 % de la moyenne annuelle au cours de la dernière décennie.

Par conséquent, le sommet African Ministerial Conference on Meteorology (AMCOMET) intensifie ses efforts d’intégration de services météorologiques et climatologiques aux cadres de développement nationaux et sous-régionaux, dans le but de sauver des vies et d’améliorer l’existence des communautés. Une approche novatrice est nécessaire à l’introduction de nouvelles mesures adaptatives visant à renforcer la résilience des communautés face aux effets néfastes du changement climatique. >> suite

 

Conférence scientifique publique mondiale sur la météorologie intitulée «La météo, quel avenir?» (Montréal, 16-21 août 2014)
Etat au 20 mai 2014

«La météo, quel avenir?», tel est le thème de la Conférence scientifique publique mondiale sur la météorologie, qui rassemblera pour la première fois l'ensemble de la communauté météorologique et des groupes d'usagers.

La conférence portera sur les derniers progrès de la science et les moyens de les mettre au service de la société. Elle se déroulera à Montréal, du 16 au 21 août 2014, sous les auspices de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), du Conseil international pour la science (CIUS), d'Environnement Canada et du Conseil national de recherches Canada (CNRC).

Des séances spéciales seront consacrées aux phénomènes météorologiques à fort impact tels que les vagues de chaleur ou de froid, les sécheresses, les précipitations extrêmes, les inondations, les tornades et les ouragans, qui font bien trop souvent la une de l'actualité. >> Suite

 

Réunion du Conseil régional du Pacifique Sud-Ouest
Etat au 9 mai 2014

Les météorologistes du Pacifique Sud-Ouest se réunissent pour examiner comment renforcer les services météorologiques et climatologiques dans une région exposée aux vagues de chaleur, aux sécheresses, aux cyclones tropicaux et aux crues éclair, et qui est particulièrement vulnérable à l'élévation du niveau de la mer induite par le changement climatique.

La promotion du développement durable, notamment dans les Petits États insulaires en développement, tient une place importante dans l'ordre du jour de la session du Conseil régional du Pacifique Sud-Ouest de l'Organisation météorologique mondiale, qui se tient à Djakarta (Indonésie) du 2 au 8 mai 2014. >> Suite

 

Les gouvernements de la région de l'océan Indien collaborent à la préservation des données sur le climat
Etat au 29 avril 2014

Map

Reconnaissant le besoin d'accélérer la récupération du volume considérable de données historiques sur le climat, les gouvernements réunis cette semaine à Maputo, Mozambique, ont décidé de lancer l'initiative INDARE pour la sauvegarde des données climatologiques des nations de la région de l'océan Indien.

L'atelier international sur la récupération et la numérisation du patrimoine climatologique des pays et des archipels riverains de l'océan Indien a également adopté une déclaration et convenu de mettre au point un plan de mise en œuvre du projet INDARE.

La compréhension de la variabilité du climat et du changement climatique dans le bassin de l'océan Indien est entravée par le manque de données climatologiques possédant la qualité et la couverture spatio-temporelle requises. Cette lacune restreint la production de meilleures prévisions du temps et du climat, au service de la détection précoce des phénomènes météorologiques et climatiques violents. Les données sur le climat et les informations météorologiques et climatologiques sont également essentielles pour soutenir l'adaptation au changement climatique et à la variabilité du climat. >> Suite

Le Forum sur l'évolution probable du climat en Asie méridionale publie une prévision consensuelle sur la saison de la mousson d'été 2014
Etat au 29 avril 2014

Prévision des pluies de mousson du sud-ouest 2014 en Asie méridionale

Prévision des pluies de mousson du sud-ouest 2014 en Asie méridionale

Le Forum sur l'évolution probable du climat en Asie méridionale a publié sa prévision du climat pour la saison de la mousson d'été 2014. Parmi les experts, il existe un fort consensus sur la possibilité d'évolution d'un épisode El Niño pendant la saison de la mousson d'été. L'intensité d'un tel épisode est toutefois incertaine. Les experts sont également d'accord sur le fait qu'El Niño pourrait avoir des effets néfastes sur les pluies de mousson dans la région. D'autres facteurs régionaux et mondiaux peuvent cependant aussi influer sur les régimes de pluies de mousson dans la région.

Les participants au forum ont examiné différentes caractéristiques, observées et nouvellement apparues, réputées avoir des incidences sur l'intensité de la mousson, comme le phénomène El Niño / Oscillation australe (ENSO) sur le Pacifique équatorial, le dipôle de l'océan Indien (IOD) au-dessus de l'océan Indien, la couverture neigeuse en hiver et au printemps dans l'hémisphère Nord et les anomalies de température à la surface de la Terre. >> Suite



Les informations météorologiques et climatologiques au service de la sécurité alimentaire
Etat au 24 avril 2014

Agriculteurs posant avec des pluviomètres lors d'un séminaire itinérant au Nigéria

Agriculteurs posant avec des pluviomètres lors d'un séminaire itinérant au Nigéria

La session quadriennale de la Commission de météorologie agricole de l'OMM a porté essentiellement sur la nécessité d'optimiser les services météorologiques et climatologiques afin d'améliorer la sécurité alimentaire d'une population mondiale croissante et de relever les défis posés par le changement climatique et les phénomènes extrêmes, tels que les sécheresses et les inondations, qui peuvent ravager les cultures et les moyens de subsistance et faire flamber le prix des produits de base.

Lors de la session de la Commission à Antalya (Turquie), du 10 au 15 avril, son président réélu pour un second mandat, Byong-Lyol Lee, a déclaré que la Commission s'était notamment fixée comme priorité fondamentale pour les quatre ans à venir d'obtenir davantage de ressources humaines et financières et d'intensifier le renforcement des capacités et la coopération entre les météorologues, les agriculteurs et les autres acteurs du secteur agricole. >> Suite


Une mission post-Haiyan est déployée aux Philippines
Etat au 16 avril 2014

Une équipe internationale d'experts s'est rendue aux Philippines pour synthétiser les enseignements tirés du typhon Haiyan (également appelé Yolanda aux Philippines) en matière de suivi des catastrophes et d'alerte précoce et pour formuler des recommandations pour l'avenir.

Cette mission, constituée d'experts de l'OMM, de la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique des Nations Unies et du Comité des typhons conjoint, s'est déroulée du 7 au 11 avril à la demande de l'Administration des services atmosphériques, géophysiques et astronomiques des Philippines (PAGASA). >> Suite


Apparition possible d’une anomalie El Niño vers le milieu de l'année selon l'OMM
Etat au 15 avril 2014

Dans son dernier bulletin Info-Niño/Niña, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) signale que, les températures sous la surface atteignent, dans le Pacifique tropical, des niveaux de chaleur similaires à ceux qui annoncent un épisode El Niño et que les modèles climatiques considérés par les experts de l'OMM y prévoient un réchauffement constant dans les mois à venir. Selon la majorité des modèles, une anomalie El Niño pourrait survenir vers le milieu de l'année, mais il est encore trop tôt pour en établir l'intensité.

El Niño, qui se caractérise par des températures de surface de la mer anormalement élevées dans la partie centre-est du Pacifique tropical, a une incidence marquée sur le climat de nombreuses régions du monde et tend à faire monter la moyenne mondiale des températures. La Niña est le phénomène inverse, elle est associée à un refroidissement.

Depuis le deuxième trimestre de 2012, les indicateurs El Niño/Oscillation australe (ENSO) dans le Pacifique tropical (températures de surface de la mer, pression au niveau de la mer, nébulosité, alizés, etc.) ont en général conservé des valeurs neutres. D'après le bulletin Info-Niño/Niña, cette situation devrait se poursuivre jusqu'au début du deuxième trimestre de 2014. >> Suite

 

Un nouveau rapport du GIEC met en avant les mesures susceptibles de réduire les émissions de gaz à effet de serre et les risques liés au changement climatique planétaire
Etat au 14 avril 2014

Un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) rendu public aujourd'hui confirme qu'il est encore possible d'éviter les conséquences les plus catastrophiques du changement climatique, mais seulement si la communauté internationale prend d'urgence des mesures ambitieuses pour abaisser le niveau des émissions de gaz à effet de serre.

«L'année dernière, le GIEC avait souligné que pour limiter à 2°C le réchauffement causé par les émissions de gaz à effet de serre, il fallait que nos émissions futures de dioxyde de carbone soient bien inférieures au total cumulé de nos émissions passées», a déclaré Michel Jarraud, Secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), qui parraine le GIEC avec le Programme des Nations Unies pour l'environnement. «Le rapport sur L'atténuation du changement climatique qui est diffusé aujourd'hui expose l'action à engager pour relever ce formidable défi.» >> Suite

 

ATELIER CONSACRÉ AUX SERVICES CLIMATOLOGIQUES POUR LES ÉTATS INSULAIRES DU PACIFIQUE
Etat au 7 avril 2014

ATELIER CONSACRÉ AUX SERVICES CLIMATOLOGIQUES POUR LES ÉTATS INSULAIRES DU PACIFIQUE Une consultation régionale visant à améliorer les services météorologiques et climatologiques se tient actuellement aux Îles Cook. Elle s'inscrit dans le cadre de la volonté commune de promouvoir le développement socioéconomique et la résilience aux catastrophes des Petits États insulaires en développement, notamment sur le plan du changement climatique et des phénomènes extrêmes.

La réunion qui se déroule à Rarotongo du 31 mars au 4 avril est parrainée par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), le Secrétariat du Programme régional océanien de l'environnement (PROE) et par d'autres partenaires importants. Elle réunit des experts des Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN), d'organisations régionales et d'instituts de recherche, ainsi que des décideurs et des experts en matière d'agriculture et de sécurité alimentaire, d'hydrologie, de santé et de réduction des risques de catastrophe. >> Suite

Un nouveau record de pluie en 48 heures pour Cherrapunji en Inde
Etat au 4 avril 2014

Un groupe d’experts de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a conclu que Cherrapunji (Inde) détenait à présent le record mondial de pluie sur deux jours (48 heures), soit une hauteur de 2 493 millimètres (98,15 pouces) enregistrée les 15 et 16 juin 1995.

Le groupe international d’experts relevant de la Commission de climatologie de l’OMM est parvenu à cette décision après une enquête approfondie au sujet de l’épisode de pluie en question survenu à Cherrapunji. L’enquête a été menée pour le compte des Archives mondiales de données concernant les extrêmes météorologiques et climatiques, lesquelles constituent les relevés mondiaux officiels de l’OMM pour ce qui concerne ces extrêmes.

La hauteur totale de pluie enregistrée dépasse le record mondial précédent sur 48 heures, soit 2 467 mm (97,1 pouces), associé au passage d’un cyclone tropical sur l’île de la Réunion (France), dans l’océan Indien, en avril 1958. La Réunion, fréquemment frappée par des cyclones tropicaux et dont les régions montagneuses reçoivent de grosses quantités de pluie, continue de détenir les records de pluviométrie sur des périodes de 12 heures et 24 heures (1966), ainsi que de 72 heures et 96 heures (2007).>> Suite


L'OMM et L'UNITAR coopèrent sur les services climatologiques
Etat au 2 avril 2014

OMM et UNITAR

le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud et la Directrice exécutive d’UNITAR, Sally Fegan-Wyles

L’Organisation météorologique mondiale et l’Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche (UNITAR) ont convenu de renforcer leur coopération dans le cadre d’une initiative internationale plus large visant à consolider les liens entre prestataires et utilisateurs de services climatologiques ainsi qu’avec la communauté des chercheurs.

Le 7 mars, les deux organisations ont signé un protocole d’accord renforçant leur collaboration sur des projets d’intérêt commun à l’appui de la mise en œuvre et du fonctionnement efficace du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC). >> Suite



Le rapport du GIEC sur les conséquences, la vulnérabilité et l'adaptation confirme le coût humain élevé du changement climatique - L'OMM invite les gouvernements à traduire les résultats de la recherche en informations pertinentes diffusées dans le cadre de services climatologiques
Etat au 31 mars 2014

Yokohama, le 31 mars 2014 – Le rapport du GIEC qui s'intitule Changements climatiques 2014: conséquences, adaptation et vulnérabilité, rapport détaillé rédigé par d'éminents scientifiques et rendu public aujourd'hui à Yokohama, constitue pour les décideurs et le grand public une mine d'informations sur la manière dont les changements climatiques se répercuteront sur les générations actuelles et futures, et sur les mesures que peuvent prendre les gouvernements pour favoriser l'adaptation et réduire la vulnérabilité à ces changements.

«Dans les décennies à venir, le changement climatique aura surtout des conséquences néfastes pour les villes et les infrastructures, les migrations et la sécurité, les écosystèmes et les espèces animales et végétales, la santé publique et l'approvisionnement en eau, pour ne citer que quelques exemples. Nous assisterons à une acidification accélérée des océans ainsi qu'à des sécheresses, des crues et des vagues de chaleur extrêmes. Les populations démunies et vulnérables seront les plus touchées», a déclaré Michel Jarraud, Secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), qui est avec le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) à l'origine de la création du GIEC, en 1988. >> Suite

Accord entre l'OMM et le Service italien de la protection civile
Etat au 27 mars 2014

L'Organisation météorologique mondiale a signé un accord de coopération avec le Service italien de la protection civile. Cet accord ouvre la voie vers le libre accès à d'autres pays de la plateforme italienne pour la gestion et la prévention des risques de catastrophes naturelles.

Signé par le responsable du service de la Protection civile, Franco Gabrielli, et le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud, il officialise la collaboration existante dans le domaine de la réduction des risques naturels. Le Service italien de la protection civile s'engage à mettre son expérience de longue date dans les situations d'urgence au service des besoins identifiés à l'échelle internationale.>> suite

 

Le compte rendu annuel de l’OMM sur l’état du climat met l'accent sur les phénomènes extrêmes
Etat au 24 mars 2014

L'année 2013 a illustré une fois de plus l'impact considérable des sécheresses, vagues de chaleur, inondations et cyclones tropicaux sur les personnes et les biens dans toutes les régions du monde, d'après le compte rendu annuel de l'Organisation météorologique mondiale sur l'état du climat. Ce rapport confirme que 2013 se classe au sixième rang, ex aequo avec 2007, des années les plus chaudes jamais enregistrées, confirmant la tendance au réchauffement observée sur le long terme. Il donne un aperçu des températures régionales et nationales et des phénomènes extrêmes survenus pendant l'année et contient des précisions sur l'étendue de la banquise, la hausse du niveau de la mer et les concentrations de gaz à effet de serre, qui sont tous des indicateurs cohérents et interdépendants de l'évolution du climat.

Le XXIème siècle compte déjà treize des 14 années les plus chaudes jamais observées, et chacune des trois dernières décennies s'est révélée plus chaude que la précédente, la décennie 2001-2010 battant tous les records. La température moyenne à la surface du globe, terres émergées et océans confondus, était de 14,5°C (58,1 °F) en 2013, soit 0,50°C (0,90°F) de plus que la normale calculée pour la période 1961-1990 et 0,03°C (0,05°F) de plus que la moyenne de la décennie 2001-2010. Les températures ont été particulièrement chaudes dans maintes régions de l'hémisphère Sud, où l'Australie a connu l'année la plus chaude de son histoire depuis qu'il existe des relevés et l'Argentine sa deuxième année la plus chaude. >> Suite

 

Une Journée météorologique mondiale consacrée aux jeunes
Etat au 20 mars 2014

«Temps et climat: mobilisons les jeunes» tel est le thème choisi pour la Journée météorologique mondiale 2014 dans l'objectif de sensibiliser les jeunes au changement climatique et de leur donner envie de s'engager.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) met à profit cette occasion pour inciter davantage de jeunes – et notamment de jeunes femmes – à devenir météorologues et apporter ainsi une précieuse contribution à la sécurité et au bien-être de la société.

Les jeunes d'aujourd'hui bénéficieront des progrès considérables de nos capacités d'analyse et de prévision des phénomènes météorologiques et climatiques. La plupart d'entre eux connaîtront la seconde moitié de ce siècle et subiront les effets de plus en plus marqués du changement climatique. >> suite

 

L’OMM officialise la coopération avec EUMETNET
Etat au 13 mars 2014

WMO formalizes cooperation with EUMETNET

Steve Noyes, Directeur exécutif d’EUMETNET et        Michel Jarraud, Secrétaire général de l’OMM

L’OMM et le Réseau des services météorologiques européens, EUMETNET, ont signé un protocole d’accord afin d’officialiser leur coopération dans des domaines tels que l’observation, les services climatologiques, la prévision et la formation, les systèmes d’alerte précoce, la réduction des risques de catastrophes, la météorologie aéronautique et la protection des fréquences radio à des fins météorologiques.

L’une des priorités immédiates est une collaboration sur le service opérationnel EUMETNET-AMDAR (retransmission des données météorologiques d’aéronefs) à l’appui de mesures des variables météorologiques de haute qualité en altitude à partir d’aéronefs. La coopération sera également renforcée pour mettre en œuvre le Système mondial intégré des systèmes d’observation de l’OMM (WIGOS).

EUMETNET compte 31 membres en Europe et vise à renforcer leurs capacités individuelles et communes par l’amélioration du réseautage et de la compatibilité, ainsi que l’optimisation et l’intégration. Il coordonne le système d’alerte Meteoalarm (www.meteoalarm.eu) et fournit les informations nécessaires à la préparation des phénomènes météorologiques violents en Europe.

 

Forum sur l'évolution probable du climat dans la corne de l'Afrique
Etat au 13 mars 2014

Journée internationale de la femme 2014 Le Forum sur l’évolution probable du climat dans la corne de l’Afrique a publié ses prévisions saisonnières pour la saison de mars à mai. Celles-ci sont d’une importance cruciale pour l’agriculture et la sécurité alimentaire dans une région exposée à la fois aux sécheresses et aux inondations.

Les perspectives d’évolution font état d’une probabilité accrue de précipitations proches de la normale à supérieures à la normale sur le nord, l’ouest et le sud de la Tanzanie, le Burundi, le Rwanda, la majeure partie de l’Ouganda, l’ouest du Kenya, l’ouest de l’Ethiopie et une grand partie du sud du Soudan. Plus précisément, il existe une probabilité de 40% que les précipitations soient proches de la normale, de 35% qu’elles soient supérieures à la normale et de 25% qu’elles soient déficitaires dans ces régions.

La prévision indique une probabilité accrue de pluviosité proche de la normale (40%) à inférieure à la normale (35%) sur la majeure partie des régions du nord, de l'est et côtières et relève une probabilité de 20% de précipitations supérieures à la normale dans ces régions. >> Suite

 

Forum national sur l'évolution probable du climat au Mozambique
Etat au 13 mars 2014

Un forum national pilote sur l'évolution probable du climat se tient au Mozambique dans le cadre de l'initiative dirigée par l'OMM et visant à mettre en place des services axés sur les besoins des utilisateurs et à accroître la résilience aux phénomènes extrêmes et au changement climatique.


La réunion qui aura lieu à Maputo du 3 au 6 mars réunit des fournisseurs d'informations sur le climat et des usagers: responsables de la gestion des ressources en eau, conseils municipaux, représentants du secteur énergétique, autorités sanitaires, représentants des instituts de recherches et des milieux universitaires, exploitants, pêcheurs, entreprises du secteur de la canne à sucre et de la banane et agences internationales de développement. Il comportera un segment spécial consacré à l'agrométéorologie. >> Suite

 

Journée internationale de la femme 2014
Etat au 12 mars 2014

Journée internationale de la femme 2014 À l'occasion de la Journée internationale de la femme, l'OMM encourage davantage de femmes à embrasser la carrière de météorologue ou d'hydrologue et à mettre leurs connaissances dans les domaines du temps, du climat et de l'eau au service des réponses à apporter aux enjeux actuels et futurs pour contribuer à construire des sociétés plus résilientes face aux aléas météorologiques et climatiques.

Pour Elena Manaenkova, Sous-Secrétaire générale de l'OMM, «Cette Journée nous donne l'occasion de réfléchir aux progrès enregistrés dans le cadre de la Stratégie de l'OMM pour l'égalité entre les femmes et les hommes; de passer en revue les enjeux qui s'y rattachent, d'appeler au changement et de rendre hommage au courage et à la détermination de météorologues et d'hydrologues talentueuses qui ont joué un rôle de premier plan à l'OMM ainsi que dans des Services météorologiques et hydrologiques nationaux, des universités et d'autres organismes. Malheureusement, encore trop peu de femmes occupent des postes clés dans les organes constituants de l'OMM et dans la communauté météorologique en général. Les femmes peuvent et doivent avoir davantage de poids, tant parmi les fournisseurs que parmi les utilisateurs de services météorologiques de pointe».

Cette année, le thème de la Journée internationale de la femme (8 mars) est «l'égalité pour les femmes, c'est le progrès pour tous et toutes.» >> Suite

 

Lancement de l'Observatoire central de mesure des précipitations globales
Etat au 11 mars 2014

L'OMM se félicite de la réussite du lancement de l'Observatoire central de mesure des précipitations globales (GPM), une mission conjointe d'observation de la Terre entre la NASA et l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA).

«L'Observatoire central GPM, complété par une flotte d'observations par satellites, aériennes et au sol, dressera la toute première cartographie globale intégrée des précipitations couvrant les cercles de l'Antarctique et de l'Arctique», a déclaré Wenjian Zhang, directeur du Département des systèmes d'observation et d'information de l'OMM. «Il fera progresser notre compréhension du cycle global de l'eau et de l'énergie, et améliorera notre connaissance du système climatique. Il s'agit d'une avancée scientifique majeure qui va vraiment profiter à l'humanité». >> Suite

 

Les métiers de la météorologie
Etat au 10 mars 2014

Dans le cadre de la Journée météorologique mondiale, consacrée cette année à la mobilisation des jeunes, l'OMM a révisé et actualisé sa brochure à succès sur les métiers de la météorologie.

Depuis la première édition, publiée en 2006, la météorologie et les problématiques liées au climat et à l'eau retiennent de plus en plus l'attention et sont considérées comme déterminantes dans le contexte du développement durable. La présente édition tient compte des changements intervenus dans notre environnement physique, socio-économique et professionnel. Elle met en relief ces nouveaux défis et s'adresse directement aux jeunes en leur montrant la précieuse contribution qu'ils pourraient apporter à la sécurité et au bien-être des populations de leur région et de leur pays. >> Suite

 

Impulsion pour le Centre international de recherche sur le phénomène El Niño
Etat au 28 février 2014

Le Conseil d'administration du Centre international de recherche sur le phénomène El Niño (en espagnol Centro Internacional para la Investigación del Fenómeno de El Niño, ou CIIFEN) a avalisé la contribution croissante du Centre basé en Équateur en faveur des prévisions climatiques régionales et des services climatologiques en Amérique du Sud. Le Conseil d'administration du CIIFEN est composé du Gouvernement de l'Équateur, du Service météorologique espagnol - Agencia Estatal de Meteorología (AEMET) - et de la Stratégie internationale des Nations Unies pour la prévention des catastrophes (SIPC), l'OMM et la Commission permanente du Pacifique Sud sont observateurs. >> suite

 

Le Comité des typhons statue sur Haiyan
Etat au 27 février 2014

L'OMM organise une mission d'experts aux Philippines pour évaluer les répercussions du typhon Haiyan. Il s'agira notamment d'étudier comment contribuer à la reconstruction des infrastructures météorologiques détruites par le cyclone tropical et d'explorer des moyens de renforcer la résilience aux catastrophes naturelles à l'avenir.

Programmée à titre provisoire pour avril 2014, cette mission vient d'être approuvée lors de la dernière session du Comité des typhons - un organe conjoint de la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique des Nations Unies (CESAP) et de l'OMM.

Réuni à Bangkok, Thaïlande, du 10 au 13 février, le Comité des typhons a discuté des incidences de Haiyan (connue sous le nom de Yolanda aux Philippines). Le typhon qui s'est abattu sur les Philippines en novembre 2013 était l'un des cyclones tropicaux les plus violents jamais enregistrés. Il a fait plus de 7000 victimes, dont la plupart ont succombé aux effets des ondes de tempêtes comparables à un tsunami. >> Suite


Roshydromet soutient les Jeux olympiques d’hiver «Sotchi-2014»
Etat au 3 février 2014

Les XXIIe Jeux olympiques / XIe Jeux paralympiques «Sotchi-2014» se dérouleront à Sotchi, Russe, respectivement du 8 au 23 février et du 7 au 16 mars 2014. Roshydromet (le Service fédéral russe d'hydrométéorologie et de surveillance de l'environnement) est chargé de fournir des services de soutien hydrologiques et météorologiques afin de garantir la sécurité des invités et des participants ainsi que le bon déroulement des Jeux. >> Suite

 

Info El Niño / La Niña
Etat au 30 janvier 2014

Des conditions neutres (ne correspondant ni à une anomalie El Niño, ni à une anomalie La Niña) persistent dans le Pacifique tropical. D'après les prévisions des modèles et les interprétations des experts, elles devraient se maintenir jusqu'au deuxième trimestre de 2014. Il existerait par ailleurs une possibilité accrue, d'après les résultats des modèles, qu'apparaisse un épisode El Niño de faible intensité vers le milieu de l'année, les deuxscénarios – persistance de conditions neutres ou développement d'un épisode E lNiño de faible intensité – étant à peu près aussi plausibles l'un que l'autre. Il faut toutefois préciser que les modèles ont tendance à être moins performants lorsque l'échéance de prévision englobe la période mars-mai. Les Services météorologiques et hydrologiques nationaux ainsi que d'autres organismes continueront de suivre de près la situation dans le Pacifique afin de déterminer le scénario climatique le plus probable pour le premier semestre de 2014. >> Suite

 

Initiatives visant à accroître la résilience côtière
Etat au 23 janvier 2014

L’Organisation météorologique mondiale est partie prenante de deux consortia multidisciplinaires de projets de recherche visant à accroître la résilience côtière: Preparing for Extreme And Rare events in coastal regions (PEARL), et Resilience-Increasing Strategies for Coasts – toolKIT (RISC-KIT).

L’Union européenne a lancé les deux projets de recherche dans le cadre du 7e Programme-cadre pour la recherche (FP7), visant à développer les stratégies de gestion des risques et des instruments pour les phénomènes extrêmes d'origine météorologique ou hydrologique et à accroître la résilience des communautés côtières.

Les inondations côtières sont l’un des fléaux naturels les plus dangereux et les plus destructeurs - comme l'a prouvé l'onde de tempête comparable à un tsunami du typhon Haiyan aux Philippines en novembre 2013. L’urbanisation rapide des littoraux associée au changement climatique et à des politiques de gestion des crues inadaptées ne font qu’aggraver les risques. >> Suite

 

Lancement du nouvel espace jeunes de l’OMM
Etat au 20 janvier 2014

L’OMM a relooké son espace jeunes sous une forme plus dynamique et plus conviviale, qui reflète le thème de la Journée météorologique mondiale de cette année: Temps et climat: mobilisons les jeunes. 

L’espace jeunes de l’OMM décrit le rôle de l’OMM dans un langage accessible et explique les sujets majeurs ayant trait au temps, au climat et à l’eau. >> Suite


Phénomènes extrêmes en plusieurs endroits du monde
Etat au 14 janvier 2014

Les États-Unis ont été frappés par une vague de froid les 7 et 8 janvier, alors que la plupart des régions d’Europe connaissaient un temps inhabituellement doux et que l'Australie était en proie à une vague de chaleur. Ces conditions étaient prévues avec précision à l’avance (dans certains cas, plus d’une semaine à l’avance) par les services météorologiques. >> Suite

 

L’OMM à la conférence des étudiants de l’ONU mise en scène
Etat au 8 janvier 2014

L’OMM a participé à une conférence de «l’ONU mise en scène» (Model UN): «Climat mondial: mobilisons les jeunes», organisée par le Lycée International de Ferney (France), l’Union internationale des télécommunications et accueillie dans les locaux de l’ONU à Genève le 8 janvier. 

L’«ONU mise en scène» est un programme mondial des Nations Unies pour les lycéens, qui offre aux jeunes l’occasion d’organiser et de participer à une simulation de conférence des Nations Unies. Les étudiants choisissent un sujet, effectuent des recherches, élisent leurs représentants officiels à la conférence, organisent un programme de 3 jours et formulent des résolutions majeures. Le titre de l’événement reflète le sujet de la Journée météorologique mondiale de cette année «Mobiliser les jeunes pour répondre aux défis du temps et du climat».>> Suite

 

Sommet du Groupe sur l’observation de la Terre
Etat au 8 janvier 2014

La session plénière du Groupe sur l’observation de la Terre (GEO) et le Sommet ministériel genevois auront lieu du 12 au 17 janvier 2014 à Genève, Suisse. L’OMM, qui est membre du GEO et abrite son secrétariat, participera à l’événement qui comprendra plusieurs forums et groupes de discussions.

Le 13 janvier, des forums ouverts seront consacrés à l’atténuation des risques de catastrophes, à l’observation des gaz à effet de serre de l’espace, ainsi qu’aux «régions froides» de la planète. Le 14 janvier, les thèmes abordés comprendront notamment la sécurité alimentaire, la surveillance des cultures et une nouvelle approche pour rendre les marchés plus stables, ainsi qu’un système d’alerte précoce au choléra. D’autres forums porteront sur les stratégies de gestion de l’eau, la biodiversité et les écosystèmes, et les liens entre la qualité de l’air et la santé. Parmi les événements majeurs du 15 janvier, on peut noter les observatoires citoyens et les récentes réalisations passionnantes de la technologie chinoise en matière d’observation de la Terre.

Le 16 janvier sera consacré à l’exploration du phénomène de l’acidification des océans («ostéoporose de la mer») – un sujet de plus en plus préoccupant, tant du point de vue environnemental qu’économique. Il est urgent de lutter contre cette «tempête silencieuse» qui induit un changement radical de la mer et met en péril l’équilibre fondamental des océans et des eaux côtières d’un pôle à l’autre.  

Le Groupe sur l’observation de la Terre nous offre l’occasion unique et remarquable d’avoir une image plus complète et plus intégrée de notre planète.

Avec 89 pays membres et la Commission européenne, le GEO a pour mission de fournir une image globale et intégrée de la Terre. Il est co-présidé par la Chine, la Commission européenne, la République d’Afrique du Sud et les États-Unis d’Amérique.

Tous les détails

 

Le mois de novembre le plus chaud jamais observé
Etat au 7 janvier 2014

D’après le Centre national de données climatologiques de l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère (NOAA), la température moyenne mesurée en novembre 2013 à la surface des terres et des océans était la plus élevée pour un mois de novembre depuis le début des relevés, en 1880.

Selon Roshydromet, la Russie a connu son mois de novembre le plus chaud jamais observé. L’anomalie mensuelle moyenne était de presque 5ºC dans certaines régions de l’Oural, au sud de la Sibérie et dans le territoire de Khabarovsk. Sur les îles arctiques de la mer de Kara, la température mensuelle moyenne était de 8 à 9°C supérieure à la moyenne à long terme.

Selon la NOAA, la plupart des régions du globe ont connu des températures mensuelles plus chaudes que la moyenne: la majeure partie de l’Eurasie, le littoral africain, l’Amérique centrale, le centre de l’Amérique du Sud, certaines parties de l’océan Atlantique Nord, le sud-ouest de l’océan Pacifique et l’océan Indien.

Parallèlement, le nord de l’Australie, certaines régions d’Amérique du Nord, le sud-ouest du Groënland et les zones de l’océan Austral bordant l’Amérique du Sud ont été plus froids que la moyenne. Aucune région du globe n’a enregistré de record de froid.

Le résumé de la NOAA affirme qu’il s’agit du 37e mois de novembre consécutif et du 345e mois consécutif (soit plus de 28 ans) ayant enregistré une température globale supérieure à la moyenne du XXe siècle. Le dernier mois de novembre avec une température inférieure à la moyenne était le mois de novembre 1976 et la dernière température globale inférieure à la moyenne, tous mois confondus, a été mesurée au mois de février 1985.

L’OMM publiera début 2014 sa Déclaration annuelle sur l’état du climat mondial en 2013. Celle-ci se fonde principalement sur trois jeux de données complémentaires gérés par la NOAA, le Centre Hadley du Service météorologique national et le Service de recherche sur le climat de l'Université d'East Anglia, Royaume-Uni, et le Goddard Institute for Space Studies (GISS) de l'Administration américaine pour l'aéronautique et l'espace (NASA). Dans sa Déclaration provisoire publiée le 13 novembre, l’OMM a déclaré que 2013 était en voie de se classer parmi les dix années les plus chaudes jamais enregistrées.

 

L’OMM signe un protocole d’accord avec l’UICN
Etat au 7 janvier 2014

L’Organisation météorologique mondiale et l’Union internationale pour la conservation de la nature ont convenu de renforcer leur coopération en vue de développer et d’améliorer les services et les informations climatologiques à l’intention de la communauté pour la conservation de la nature.

Par ce nouveau Protocole d’accord, les deux organisations s’engagent à encourager la collaboration sur des projets d’intérêt mutuel relevant du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC) – une initiative internationale dirigée par l’OMM visant à améliorer la fourniture et l’exploitation de services climatologiques axés sur les utilisateurs afin de contribuer à la gestion des risques et à l’adaptation au changement climatique.

La mise en œuvre d’un service climatologique intégré nécessite une collaboration transsectorielle sans précédent et une mobilisation mondiale des efforts. Aucun gouvernement à lui seul - ni aucune agence à elle seule - n’a les ressources nécessaires pour appréhender tous les défis. La philosophie qui sous-tend le Cadre mondial pour les services climatologiques – qui réunit de nombreuses organisations – est que toutes les parties prenantes doivent compléter leurs ressources techniques, scientifiques et financières limitées en les associant à celles d’autres organisations et communautés.

L’OMM reconnaît en particulier que les experts et les collaborateurs de l’UICN ont besoin de meilleurs services et produits climatologiques pour expliquer le climat actuel et futur à l’appui de leur travail de planification, de conception et d'exploitation des activités liées à la conservation de la nature.

Le protocole d’accord constate que l’OMM et l’UICN partagent des objectifs communs, tels que la réduction des risques de catastrophes, l’atténuation de la pauvreté, l’amélioration de la santé, l’adaptation efficace au changement climatique et le développement durable. Il a été signé par le Secrétaire général de l’OMM, Monsieur Michel Jarraud et la Directrice générale de l’UICN, Madame Julia Marton-Lefèvre.

 

Archives

top
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité