Communiqués de presse world map
Media centre > Communiqués de presse

 

INFORMATION - EL NIÑO/LA NIÑA


À ne pas publier avant 15h00 GMT le 20 juillet 2007

 

Situation actuelle et perspectives d'évolution

Il est assez probable qu'un épisode La Niña survienne avant la fin de l'année. Le dernier info-Niño/Niña (mars 2007) envisageait déjà cette éventualité, qui semblait de plus en plus probable jusqu'à ce que la situation s'inverse dans le courant du mois de mai et ce jusqu'au début juin. Il est encore très difficile de savoir quand et dans quelle mesure un nouveau refroidissement pourrait intervenir dans le centre et l'est du Pacifique équatorial, et il est en effet possible qu'à l'échelle du bassin, les conditions restent dans l'ensemble neutres jusqu'à la fin de l'année malgré un certain refroidissement. L'apparition d'un épisode El Niño durant cette période est jugée très improbable.

Les températures de surface la mer sont actuellement proches de la normale dans tout le bassin du Pacifique tropical bien qu'un certain refroidissement des eaux de surface soit constaté le long de la côte occidentale de l'Amérique du Sud. En début d'année, on relevait les premiers signes précurseurs d'un épisode La Niña, et dès la fin avril, on semblait s'acheminer assez rapidement vers cette situation. Le net refroidissement déjà constaté tout à l'est du Pacifique équatorial s'est ensuite généralisé à une grande partie du Pacifique central et oriental, dans la zone équatoriale, où les températures de surface de la mer, au mois d'avril, étaient inférieures de près de 0,5° C à la normale. Toutefois, comme cela peut arriver surtout à cette période de l'année, une fluctuation des vents de surface survenue dans les semaines qui ont suivi a perturbé le système océan-atmosphère dans le Pacifique tropical au point d'inverser la tendance et de rendre par conséquent plus incertaine l'arrivée d'un épisode La Niña à l'échelle du bassin.

Durant la période qui s'étend grosso modo de mai à début juin, c'est-à-dire lorsque l'évolution vers des conditions caractéristiques du phénomène La Niña s'est interrompue, des anomalies de vent d'ouest ont été constatées sur une grande partie du Pacifique central et oriental, dans la zone équatoriale. Quant aux températures de surface de la mer, elles sont redevenues proches de la normale, voire légèrement supérieures, dans la région centrale du Pacifique équatorial, tandis qu'elles étaient inférieures à la normale dans la partie orientale.

Entre le milieu et la fin du mois de juin, les vents de surface au-dessus du Pacifique tropical sont devenus à nouveau propices à l'apparition d'un épisode La Niña. Ce scénario semble en outre très probable d'après la quasi-totalité des modèles de prévision dynamique, ce qui laisse supposer que les conditions océaniques et atmosphériques observées actuellement à grande échelle dans le Pacifique tropical concourent à ce résultat. La présence d'anomalies négatives de la température de la mer sous la surface dans le centre et l'est du Pacifique équatorial, conjuguée aux résultats de modèles de prévision dynamique laisse entrevoir un certain refroidissement de cette région océanique dans les prochains mois. Toutefois, étant donné le rythme accéléré (échelle de temps de quelques semaines) des fluctuations du vent, qui ont été capables d'infléchir l'évolution des conditions ces derniers mois, la situation actuelle pourrait mener tout aussi bien à un épisode La Niña ou être marquée par la persistance de conditions neutres jusqu'à la fin de l'année, la balance penchant légèrement en faveur du premier scénario. Cela étant, rien ne laisse présager à l'heure actuelle un phénomène La Niña anormalement intense pour ce qui est des anomalies de températures de surface de la mer.

Il ne faut pas oublier que le phénomène El Niño/La Niña n'est qu'un des nombreux éléments qui déterminent les régimes climatiques auxquels il faut s'attendre dans les mois à venir. Les conditions ci-après observées dans divers océans du monde font également partie des facteurs déterminants:

- Dans l'Atlantique Nord, en particulier dans la région tropicale, les températures de surface de la mer sont dans l'ensemble supérieures à la normale, ce qui peut influer sur les régimes climatiques régionaux et, partant, exacerber les conditions engendrées par un épisode La Niña;

- Dans l'Atlantique Sud, au large de la côte ouest de l'Afrique australe, le courant de Benguela est le siège d'un réchauffement localisé des eaux de surface, dont la température est supérieure de plus de 1,5° C à la normale; si cette situation persiste, elle devrait se répercuter dans les mois à venir sur les conditions météorologiques régnant dans les régions continentales adjacentes;

- Dans la partie occidentale de l'océan Indien, les températures de surface de la mer sont supérieures à la normale, alors que le phénomène La Niña a généralement un effet inverse. Ainsi, outre le fait qu'elle pourrait influer sur les conditions météorologiques régnant actuellement dans les régions continentales voisines, cette situation, si elle devait persister et s'accompagner d'un épisode La Niña, pourrait engendrer des régimes climatiques régionaux atypiques; il sera en tous cas nécessaire de procéder à une évaluation plus poussée des deux types d'influence qui se disputent la suprématie.

Il résulte des constatations ci-dessus qu'il importe de disposer de comptes rendus détaillés des situations régionales actuelles et de prendre en considération les effets combinés du phénomène El Niño/La Niña et des conditions qui règnent ailleurs dans le monde pour pouvoir déterminer au plus juste les situations météorologiques régionales et locales auxquelles il faut s'attendre dans les mois à venir. À cet égard, les prévisions climatiques saisonnières élaborées par les Services météorologiques et hydrologiques nationaux concernés donnent des informations plus complètes et plus spécifiques à chaque région.


En résumé:

- D'une manière générale, des conditions neutres ou dénotant un épisode La Niña de faible ampleur ont prévalu dans le Pacifique tropical durant le premier semestre de 2007;

- L'évolution des conditions vers un épisode La Niña type a été très inégale entre mars et juin. Elle a même marqué un temps d'arrêt brutal durant le mois de mai et ce jusqu'au début juin, au point qu'il est devenu encore plus incertain qu'un épisode La Niña survienne en 2007;

- Malgré cela, des températures océaniques plus basses que la normale continuent d'être observées dans la région centrale du Pacifique équatorial, et les modèles de prévision persistent à annoncer au moins un certain refroidissement des eaux de surface dans le centre et l'est du Pacifique équatorial, la plupart des modèles dynamiques continuant de privilégier fortement l'éventualité d'un épisode La Niña;

- Bien que les fluctuations observées ces derniers mois dans le Pacifique équatorial donnent à penser que des conditions neutres pourraient persister jusqu'à la fin de 2007, un épisode La Niña est jugé légèrement plus probable. En revanche, il semble très improbable qu'un épisode El Niño survienne en 2007;

- S'il est possible qu'une situation caractéristique d'un épisode La Niña se mette en place dans les trois mois à venir, il est toujours difficile de savoir quand le phénomène surviendra et quelle sera son ampleur, d'autant plus que rien ne laisse présager à l'heure actuelle une Niña de forte intensité pour ce qui est des anomalies de températures de surface de la mer;

- Compte tenu de ce qui précède, les régions généralement exposées aux effets de La Niña sont invitées à noter que le risque qu'un tel phénomène survienne dans le courant de l'année demeure bien réel.

L’évolution de la situation dans le Pacifique tropical continuera de faire l’objet d'une surveillance attentive. Dans les mois qui viennent, les spécialistes de la prévision climatique produiront régulièrement des interprétations plus détaillées des fluctuations du climat à l’échelle régionale, dont la diffusion sera assurée par les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN). Les sites Web des SMHN sont indiqués à l'adresse http://www.wmo.int/pages/members/members_en.html.

Rappel des faits concernant les phénomènes El Niño et La Niña

Caractéristiques du climat dans le Pacifique

Les travaux de recherche menés ces dernières décennies ont grandement contribué à mettre en lumière l’importance de l’influence qu’exercent les interactions de l’atmosphère et de l’océan dans la zone intertropicale de l’océan Pacifique sur les caractéristiques du temps et du climat à l’échelle planétaire. Pendant les épisodes El Niño par exemple, les températures de surface de la mer sont bien supérieures à la normale dans les secteurs central et oriental du Pacifique tropical, alors que, dans ces mêmes régions, elles deviennent inférieures à la normale pendant les épisodes La Niña. Ces variations de température sont étroitement corrélées avec d’importantes fluctuations du climat observées dans le monde entier. Une fois amorcées, ces anomalies peuvent durer une année entière, voire davantage. Ainsi, l’intense épisode El Niño de 1997/98 a été suivi d’une anomalie La Niña de longue durée, qui a commencé vers le milieu de 1998 pour se terminer au début de 2001. Si les épisodes El Niño influent sur la probabilité d’occurrence de certains régimes climatiques dans le monde entier, leurs conséquences ne sont jamais exactement les mêmes. De plus, bien qu’il y ait en général une corrélation entre l’intensité des épisodes El Niño et leurs effets à l’échelle du globe, il est toujours possible qu’un épisode ait de graves incidences dans certaines régions, indépendamment de son intensité.


Prévision et surveillance des phénomènes El Niño et La Niña

Il existe plusieurs moyens de prévoir l’évolution des conditions propres à l’océan Pacifique. Des modèles dynamiques complexes permettent d’établir des projections à partir de la situation actuellement observée. Des modèles de prévision statistique peuvent aussi mettre en évidence certains signes précurseurs. Les analyses de la situation présente auxquelles procèdent des spécialistes apportent en outre un complément d’information, notamment en ce qui concerne l’interprétation des incidences de l’évolution de la situation sous la surface de l’océan. Quelle que soit la méthode de prévision utilisée, on s’efforce de prendre en compte les effets des interactions de l’océan et de l’atmosphère sur le système climatique.

Ce sont les données météorologiques et océanographiques recueillies par les systèmes d’observation nationaux et internationaux qui permettent de surveiller et de prévoir les épisodes El Niño et La Niña. L’échange et le traitement de ces données s’effectuent dans le cadre de programmes coordonnés par l’Organisation météorologique mondiale.


Remerciements

Fruit de la collaboration entre l’OMM et l’Institut international de recherche sur le climat et la société (IRI), le présent communiqué a été élaboré à titre de contribution aux travaux de l’Équipe spéciale interinstitutions des Nations Unies pour la prévention des catastrophes naturelles et avec le concours du Service météorologique australien (BOM), du Centre international de recherche sur le phénomène El Niño (CIIFEN), de l’Administration météorologique chinoise, du projet CLIVAR (Variabilité et prévisibilité du climat) relevant du Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC), du Centre de suivi de la sécheresse de Harare pour l’Afrique australe, du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), du Service météorologique fidjien, du Centre de prévision et d’applications climatologiques relevant de l’IGAD (Autorité intergouvernementale sur le développement) (ICPAC) pour la région de la corne de l’Afrique, du Service météorologique indien, de l’Institut national de météorologie et d’hydrologie équatorien (INAMHI), de l’IRI, du Service météorologique japonais (JMA), de l’Administration météorologique coréenne (KMA), du Met Office du Royaume-Uni, de Météo-France, du National Institute of Water and Atmospheric Research (NIWA) de la Nouvelle-Zélande et du Climate Prediction Center (CPC) relevant de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis d’Amérique.

 

L'Organisation météorologique mondiale est l'organisme des Nations Unies qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l'eau

Pour de plus amples renseignements, veuillez vous adresser à:

Mme Carine Richard-Van Maele, Chef du Bureau de la communication et des relations publiques, OMM. Tél.: +41 (0)22 730 83 15; cpa[at]wmo.int

M. Paul Garwood Attaché de presse, Bureau de la communication et des relations publiques, OMM. Tél.: +41 (0)22 730 84 17; PGarwood[at]wmo.int

 

sp
 

line

top

 


 
© Organisation Métorologique Mondiale (OMM), 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Genève 2, Suisse
Tel.: + 41(0) 22 730 81 11 / Fax: + 41(0) 22 730 81 81 -                                       Droits d'auteur | Confidentialité | Responsabilité | Directives |