Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 874

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

HAITI A BESOIN DE SERVICES METEOROLOGIQUES AVANT L'ARRIVEE DES PLUIES ET DES OURAGANS

Genève, le 9 février 2010 (OMM) – L’Organisation météorologique mondiale (OMM) souligne que, pour empêcher de nouvelles catastrophes, Haïti doit disposer au plus vite de services météorologiques opérationnels. En effet, la saison des pluies, avec les risques d’inondation associés, devrait commencer début avril, et la saison des ouragans commence au début du mois de juin. Afin d’empêcher de nouvelles catastrophes dues aux aléas naturels, auxquels le pays est particulièrement exposé, il importe de renforcer sans plus tarder la capacité d’Haïti de produire et de diffuser des informations météorologiques et des messages d’alerte. De fait, les autorités nationales, les organismes humanitaires et de développement et les responsables de la planification des interventions d’urgence et des opérations de relèvement ont impérativement besoin de prévisions météorologiques et d’alertes précoces émanant du Centre météorologique national d’Haïti.

Comme les installations météorologiques du pays sont devenues inutilisables à la suite du tremblement de terre, les Membres de l’OMM s’emploient à fournir des informations météorologiques concernant Haïti. L’OMM, conjointement avec plusieurs de ses pays Membres et avec son Bureau régional pour l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale et les Caraïbes, coordonne le flux d’informations météorologiques à destination d’Haïti, aux fins d’une efficacité optimale et d’un accès ouvert à tous. Ainsi, un certain nombre de pays de la région, dont les États-Unis d’Amérique, le Canada et la République dominicaine, fournissent des messages et prévisions indispensables pour la sécurité aérienne et les opérations humanitaires. L’OMM s’efforce maintenant de faire en sorte que le Service météorologique haïtien dispose des capacités et des compétences de base nécessaires pour traduire et diffuser ces informations à l’intention des décideurs et du public locaux pendant les prochaines saisons des pluies et des ouragans.

Le rétablissement, dans les six à douze mois à venir, de services météorologiques opérationnels de base compte parmi les objectifs essentiels qui figurent dans la version révisée de l’Appel éclair lancé par les Nations Unies et dans différents accords de soutien bilatéraux.  Son coût est estimé à un million de dollars des États-Unis, ce qui couvre des moyens essentiels: locaux opérationnels à usage de bureaux (le bâtiment du Centre ayant subi des dégâts importants lors du tremblement de terre), ordinateurs et imprimantes, appareils de communication, remise en état des stations météorologiques automatiques, groupes électrogènes, et séances d’initiation à l’intention des membres du personnel météorologique.

M. Ronald Semelfort, directeur du Centre national de météorologie à Haïti, a lancé un appel pour trouver un bureau ou un abri à partir duquel le Centre pourrait fonctionner en toute sécurité quelles que soient les conditions météorologiques, à savoir un besoin des plus pressants compte tenu de l’arrivée prochaine de la saison cyclonique.  Il a expliqué à l’OMM que le bureau situé à Port-au-Prince ne constitue plus un lieu de travail sûr, car il présente de larges fissures.  Aussi le Centre opère maintenant directement depuis le tarmac de l’aéroport et dispose provisoirement d’un petit bureau, au Bureau de l’aviation civile.  Malgré ces conditions de précarité, le Centre fait tout son possible pour fournir des services 24 h sur 24 et 7 jours sur 7.  Les stations météorologiques automatiques étant en panne, c’est le personnel qui a pris le relais et qui recueille manuellement les données d’observation météorologique aux deux aéroports d’Haïti, ce qui permet d’affiner les résultats que fournissent les modèles disponibles sur Internet et auprès d’autres services météorologique grâce au réseau coordonné par l’OMM. 

À moyen et à plus long terme, l'OMM assurera la coordination avec les responsables publics, les agences techniques et les partenaires pour le développement afin de rétablir les capacités météorologiques et hydrologiques à l’appui de la réduction des risques de catastrophes et des systèmes intégrés d’alerte précoce multidanger.  Cette démarche s’inscrit dans l’évaluation des besoins découlant de la catastrophe et dans la planification en vue de la reconstruction que les Nations Unies et la Banque mondiale dirigeront en collaboration avec la Banque interaméricaine de développement et d’autres partenaires.

Les 29 et 30 novembre 2009, un mois et demi avant le tremblement de terre, le Secrétaire général de l’OMM, M. Michel Jarraud, s’était rendu à Haïti pour évaluer les investissements qu’il faudrait engager pour renforcer les capacités de réduction des risques de catastrophes et les systèmes d’alerte précoce.

Plus de 90% des catastrophes qui s’abattent sur Haïti sont à associer aux aléas météorologiques, hydrologiques et climatiques dont la fréquence est élevée: cyclones tropicaux et ondes de tempêtes qui s’y rapportent, crues et crues soudaines, sécheresse, orages et foudre, et glissements de terrain et coulées de boue qu’exacerbent la vaste déforestation et les changements environnementaux.  Chaque année, le pays connaît deux saisons des pluies: d’avril à juin, puis d’octobre à novembre, ainsi qu’une saison cyclonique qui débute tôt en juin pour se terminer à la fin de novembre.  En 2008, il a subi des pertes considérables sous l’assaut de quatre ouragans (Fay, Gustav, Hanna, et Ike).  En2004, les fortes pluies accompagnant la tempête tropicale Jeanne ont causé des inondations et des glissements de terrain de grande ampleur.  Rappelons aussi que les années 1998, 1994 et 1963 ont été marquées respectivement par les ouragans George, Gordon et Flora.

Au cours des réunions que l’OMM tiendra prochainement dans la région, notamment celle du Comité des ouragans (Bermudes, 8-10 mars) et l’Atelier sur les systèmes d’alerte précoce multidanger à l’intention de l’Amérique centrale et de la région des Caraïbes (Costa Rica, 22-25mars, voir le site www.wmo.int/pages/prog/drr/events/MHEWSCostaRica/index_en.html), des séances spéciales seront organisées pour qu’on y examine les besoins d’Haïti.

 

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

**********

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact à l'OMM avec:

Mme Carine Richard-Van Maele, chef du Bureau de la communication et des relations publiques, Tél.:+41(0)22 730 83 15; mobile: +41 794 06 47 30; courriel: cpa@wmo.int

MmeGaëlle Sévenier, attachée de presse, Tél.:+41(0)22 730 84 17; fax: +41(0)22 730 80 27; courriel:  gsevenier@wmo.int

Site Web: http://www.wmo.int

sp
 
top
Rubriques connexes

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité