Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 890

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

Le Conseil exécutif de l’OMM donne des orientations pour
les services météorologiques et climatologiques

Genève, le 5 juillet 2010 (OMM) – À sa soixante-deuxième session, qui s’est tenue à Genève du 8au 18 juin 2010 dans un contexte général de crise financière, le Conseil exécutif de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a adopté des approches novatrices pour renforcer les systèmes mondiaux d’observation, développer la recherche et affiner les prévisions dans les domaines du temps, du climat et de l’eau. Il a souligné la nécessité de mettre en place le Cadre mondial pour les services climatologiques afin de contribuer à la viabilité économique des pays.

Le Président de l’OMM, Alexandre Bedritskiy, a fait observer que les décideurs étaient de plus en plus prompts à reconnaître le rôle de premier plan que joue l’OMM face aux grands enjeux internationaux. Forte du soutien apporté par les gouvernements, l’ensemble du système des NationsUnies et d’autres partenaires régionaux et internationaux, l’Organisation est en mesure d’adopter une approche globale pour les observations et la recherche dans les domaines du temps, du climat et de l’eau, dans le but d’établir des prévisions et de promouvoir d’autres applications dont pourra profiter un large éventail d’utilisateurs.

Cette session était la troisième de la quinzième période financière (2008-2011) et la dernière avant le Seizième Congrès météorologique mondial, qui se tiendra à Genève du 16 mai au 3 juin 2011.

Le Conseil exécutif a pris des décisions dans les domaines suivants: a) le prochain Plan stratégique de l’OMM et le processus de planification stratégique axée sur les résultats, y compris les orientations générales et stratégiques données aux commissions techniques; b) la contribution des commissions techniques et des conseils régionaux à l’établissement d’un plan opérationnel applicable à l’ensemble de l’Organisation; c) la contribution de l’OMM et des Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) à la solution des problèmes qui se posent à l’échelle mondiale et régionale; d) la réforme de l’Organisation météorologique mondiale.

Le Conseil s’est mis d’accord sur un certain nombre de priorités pour la prochaine période financière, qui concernent notamment le Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC), le renforcement des capacités, les systèmes intégrés d’observation et d’information de l’OMM, la réduction des risques de catastrophes et la météorologie aéronautique.

Le Conseil a souligné le rôle accru dévolu à l’OMM dans l’action coordonnée du système des NationsUnies face au changement climatique grâce au succès remporté par la troisième Conférence mondiale sur le climat (CMC-3) qui s’est tenue du 31 août au 4 septembre 2009 à Genève. La mise en place du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC) approuvé lors de cette conférence fera partie intégrante des activités de l’OMM durant la prochaine période financière et au-delà.

Le Conseil a passé en revue les activités menées par l’OMM depuis sa dernière session (juin 2009) et examiné les nombreux enjeux auxquels sont confrontés l’Organisation et les SMHN. Les résultats de la session définissent un cadre général pour les domaines d’intérêt qui seront ceux de l’OMM jusqu’à la fin de la présente période financière.

Renforcement des capacités de surveillance du temps et du climat

Le Conseil a fait valoir que pour approfondir le savoir scientifique et rendre plus efficaces les politiques mises en œuvre, il fallait mettre la priorité sur la formation et le renforcement des capacités dans la plupart des pays en développement et notamment dans les moins avancés d’entre eux.

Le Conseil a indiqué que la prévision opérationnelle des cyclones tropicaux, et de leur intensité en particulier, posait toujours un problème important dans les centres d’avis de cyclones tropicaux de toutes les zones concernées. Il a recommandé, pour améliorer la prévision des cyclones, qu’on mette l’accent sur la recherche-développement et le transfert de technologie et qu’on favorise le dialogue entre chercheurs et prévisionnistes d’exploitation, notamment par le biais des ateliers internationaux et sur la prévision du lien et de l’heure d’impact de ces phénomènes.

Le Conseil a fait valoir que la prévision probabiliste de la hauteur des vagues océaniques permettait d’anticiper les phénomènes extrêmes et que l’exploitation combinée de prévisions déterministes et probabilistes dans ce domaine aiderait les SMHN à évaluer les risques à un stade précoce et à améliorer le processus de décision. Il a prié instamment les Membres qui exploitent des centres avancés de mettre à disposition ces produits et leurs compétences techniques en la matière pour les besoins de la prévision maritime et de faire le nécessaire pour obtenir des informations en retour.

Le Conseil a souligné la nécessité d’un effort commun pour développer ou améliorer les capacités de prévision et la prestation de services en vue de réduire les risques auxquels sont exposées les régions côtières. Il a indiqué que cet effort devait s’inscrire dans les cadres ou les projets existants, en particulier dans les régions sujettes aux inondations.

Intégration des systèmes d’observation de l’OMM et des autres systèmes d’observation internationaux

Tout en soulignant l’importance que revêtent les informations in situ, le Conseil a indiqué que les satellites et les données d’observation qu’ils recueillent jouaient un rôle croissant dans la surveillance du temps et du climat. Il a noté que tous les Membres qui soutiennent les activités d’observation de la Terre se devaient de collaborer pour répondre à des besoins toujours plus diversifiés et s’attacher notamment à mettre en place une architecture mondiale, à favoriser la planification des mesures d’urgence et à conclure des accords d’échange des données.

Afin d’améliorer les services de sécurité maritime par la diffusion, dans les pays en développement, de prévisions et d’alertes de meilleure qualité relatives à des variables importantes concernant les vagues, le Conseil a demandé aux Membres de participer à la mise en place, sur leur territoire, de capacités d’observation des vagues dans les régions côtières, les données recueillies devant être mises à profit dans les produits satellitaires ainsi que pour la validation des modèles d’océan.

Le Conseil a prié instamment les Membres d’exploiter les réseaux hydrologiques nécessaires à un large éventail d’applications, en particulier l’évaluation des ressources en eau, l’étude du climat, l’atténuation et la prévention des risques ainsi que l’évaluation de leur incidence sur l’occupation des sols.

Le Conseil a passé en revue le plan de mise en œuvre et le principe de fonctionnement du Système mondial intégré des systèmes d’observation de l’OMM (WIGOS) en prévision du prochain Congrès météorologique mondial qui aura lieu en 2011.

Renforcement des capacités d’alerte précoce multidanger et de prévention des catastrophes

Le Conseil a approuvé sans réserve l’approche méthodique adoptée par l’OMM dans le domaine de la prévention des catastrophes, selon un processus mené en multipartenariat, pour recueillir et échanger des données sur les pratiques exemplaires.

Le Conseil a prié le Secrétaire général de promouvoir la conclusion de partenariats avec des organismes tels que le Bureau de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes, le Programme des NationsUnies pour le développement ou la Banque mondiale, afin d’analyser les capacités nationales de gestion des risques de catastrophes et les mécanismes de coordination correspondants et de déterminer les possibilités de partenariat avec les SMHN.

Haïti:  les fruits de la coopération régionale et internationale

Le Conseil a salué les efforts déployés à l’échelle régionale et internationale par une coalition de Membres de l’OMM pour remettre sur pied le Service météorologique haïtien avant la saison des ouragans (juin-décembre). Le rétablissement de services météorologique opérationnels de base était une priorité pour les autorités nationales, pour les organismes humanitaires et d’aide au développement et pour les responsables de la planification des interventions d’urgence et des opérations de relèvement en Haïti.

Importance des applications et des services météorologiques, climatologiques et hydrologiques

Le Conseil a rappelé que l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll avait considérablement perturbé la circulation aérienne en Europe et entre l’Europe et d’autres régions du monde en avril et mai 2010, et a souligné que le WIGOS devait être conçu et mis en œuvre de manière à satisfaire aux nouveaux impératifs tels que l’observation des cendres volcaniques. Il a fait valoir que les Membres, en collaboration avec les conseils régionaux, les autres organes régionaux compétents et les commissions techniques concernées, se devaient de mettre en place des réseaux et des moyens perfectionnés d’observation des cendres volcaniques permettant de valider, d’étalonner et d’initialiser les modèles de dispersion, grâce à quoi les intervenants du secteur aéronautique pourraient prendre des décisions en meilleure connaissance de cause. Il a avalisé la création d’un groupe consultatif scientifique pluridisciplinaire intercommissions formé d’experts en vulcanologie, en modélisation du transport et de la dispersion et en observation des aérosols.

Autres décisions

Le Conseil a décidé que la Journée météorologique mondiale de 2012 aurait pour thème «Le temps, le climat et l’eau, moteurs de notre avenir». Il s’agit d’illustrer les avantages que procurent les prévisions climatiques à différents secteurs d’activité en favorisant une gestion optimale des ressources, en particulier l’eau et les énergies renouvelables.

Le Conseil s’est félicité de la présentation du pavillon MétéoMonde (MeteoWorld) à l’Exposition universelle 2010 de Shanghai par l’Administration météorologique chinoise et a salué les efforts déployés conjointement par celle-ci et par l’OMM pour démontrer au public de Shanghai les avantages qui peuvent découler du travail des météorologues.

Le Conseil a décerné le prestigieux prix de l’Organisation météorologique internationale (OMI) à M. Taroh Matsuno (Japon), éminent chercheur spécialisé dans la dynamique de l’atmosphère et réputé pour ses travaux de recherche sur le climat. Il a par ailleurs attribué le Prix international Norbert Gerbier-MUMM 2011, le Prix 2010 de l’OMM destiné à récompenser de jeunes chercheurs et les deux prix Vilho Vaisälä couronnant des travaux de recherche dans le domaine des instruments et des méthodes d’observation.

Le Conseil compte 37 membres. Parmi eux figurent le Président et les trois Vice-Présidents de l’OMM ainsi que les présidents des six conseils régionaux. Les nouveaux membres par intérim ci-après ont rejoint le Conseil exécutif en 2010: MM. Fallas Sojo (Costa Rica), Adrian (Allemagne), De Simone (Italie), Garcia Herrera (Espagne) et Gordon (Nouvelle-Zélande).

La nomination de Mme Elena Manaenkova, Directrice du Cabinet du Secrétaire général et du Département des relations extérieures, à la fonction de Sous-Secrétaire général a été approuvée par le Conseil.

 

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

**********

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact avec l’OMM:

Mme Carine Richard-Van Maele, chef du Bureau de la communication et des relations publiques, (tél.:+41(0)227308315; courriel: cpa@wmo.int)

Site Web: http://www.wmo.int

 

sp
 
top
Rubriques connexes

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité