Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 894

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

Réunion inédite de météorologistes et d’agriculteurs pour favoriser l’application concrète des informations sur le climat

Belo Horizonte/Genève, le 15 juillet 2010 (OMM) – Les menaces que le climat fait peser sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance ont motivé l’organisation de la toute première réunion de météorologistes et d’agriculteurs au niveau mondial. Les trois journées de débats (12-14juillet) entre les quelque 150participants venant de plus de 50pays répartis sur l’ensemble du globe ont abouti à la formulation d’un ensemble complet de recommandations visant à tirer pleinement parti des possibilités offertes par les services météorologiques et climatologiques pour atténuer la vulnérabilité des collectivités agricoles. Ces recommandations seront prises en considération par la Commission de météorologie agricole de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), dont la quinzième session (quadriennale) (15-21juillet) débute aujourd’hui. Le Brésil accueille ces deux activités à Belo Horizonte.

Les recommandations résultent d’un débat approfondi entre des agriculteurs et des agrométéorologistes du monde entier, ceux-là faisant part de leurs préoccupations liées à l’évolution et à la variabilité du climat et du type d’informations dont ils ont besoin pour y répondre, et ceux-ci précisant quelles informations météorologiques et climatologiques sont actuellement disponibles et indiquant ce qu’il faudrait faire pour progresser encore.

Des ressources supplémentaires devraient être allouées aux Services météorologiques nationaux pour leur permettre de participer au processus de développement. «Dans les divers secteurs socio-économiques concernés, aucune adaptation ne peut être mise en œuvre sans l’intervention des Services météorologiques et hydrologiques nationaux» a souligné M.Mama Konaté, Directeur général de la Direction nationale de la météorologie du Mali et Président de l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique (SBSTA) relevant de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), l’un des deux principaux organes chargés de faciliter les négociations entre les Parties à la CCNUCC, dont la Conférence tiendra sa seizième session (COP16) à Cancún (Mexique) à la fin de cette année.

Si la vulnérabilité sur le plan agricole dépend de nombreux facteurs socio-économiques, le climat compte parmi les principaux facteurs dont tiennent compte les agriculteurs pour élaborer leurs stratégies de subsistance. Les participants au colloque sont convenus de la nécessité de renforcer le dialogue entre les fournisseurs d’informations météorologiques et climatologiques et les exploitants agricoles, afin de s’assurer que les besoins des utilisateurs sont bien compris et satisfaits. Les forums régionaux de l’OMM sur l’évolution probable du climat ont été un lieu d’échange utile de ce point de vue. Il importe que les agriculteurs soient partie prenante à l’élaboration des produits et services météorologiques et climatologiques. Il convient en outre de promouvoir et d’améliorer les régimes d’assurance contre les risques météorologiques proposés aux petits exploitants, par exemple grâce à un meilleur emploi des indices météorologiques.

D’après les recommandations, la densité du réseau de stations agrométéorologiques devrait être accrue, spécialement dans les pays en développement. De fait, on a besoin de prévisions et d’évaluations climatiques plus localisées et à résolution spatiale et temporelle plus élevée. À cet égard, les produits ci-après ont été mentionnés: caractéristiques rétrospectives des risques et dangers; analyses des données relatives au temps, au climat et aux cultures; évaluations des dimensions temporelle et spatiale des incidences du climat; prévisions relatives au rendement des cultures; prévisions concernant la période de végétation des plantes cultivées; et prévisions concernant les maladies et les ravageurs des cultures.

Le renforcement des capacités et la communication sont des atouts essentiels pour assurer une utilisation optimale de la science du climat et des prédictions climatiques. Il faut améliorer les systèmes de diffusion de l’information – qu’il s’agisse de systèmes classiques ou d’outils plus modernes –, en particulier dans les zones reculées. Parallèlement, il convient de faire un effort particulier pour que les agriculteurs aient davantage connaissance et conscience des services climatologiques et de la façon d’en faire usage. Les séminaires itinérants organisés par l’OMM à l’intention des agriculteurs ont été cités comme un moyen efficace de soutenir un tel engagement.

M.R.S. Paroda, qui fait partie de l’Équipe spéciale de haut niveau chargée du Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC), a présenté les actions qui sont engagées en vue de donner forme à ce cadre. Selon lui, le colloque constitue un parfait exemple de ce dialogue tout à fait indispensable entre les fournisseurs et les utilisateurs des services climatologiques. Le CMSC a donné lieu à l’expression d’un large soutien, plusieurs organisations faisant part de leur intention de contribuer aux efforts déployés à l’échelle du globe pour protéger les moyens de subsistance des agriculteurs et renforcer la sécurité alimentaire.

Le Colloque international sur les services météorologiques et climatologiques dans le contexte de la crise que connaissent les agriculteurs a été organisé par l’OMM, l'Instituto Nacional de Meteorologia (INMET) du Brésil, l’Université fédérale de Viçosa, le Secretaria de Estado de Agricultura, Pecuária e Abastecimento de l’État de Minas Gerais, le Secretaria de Ciência, Tecnologia e Ensino Superior de l’État de Minas Gerais, la FUNDAG, la FUNARBE, la FAPEMIG et la Société brésilienne d’agrométéorologie, avec le concours de plusieurs autres organismes de parrainage, dont la FAO, la Fédération internationale des producteurs agricoles (FIPA), le Réseau Asie-Pacifique pour la recherche sur le changement mondial (APN), Météo-France, le Département de l'agriculture des États-Unis d'Amérique (USDA) et le Centre national d’agrométéorologie (NCAM) de la République de Corée (voir également le communiqué de presse OMM-N°891).

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

**********

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact avec:

À l’OMM

Mme Carine Richard-Van Maele, chef du Bureau de la communication et des relations publiques (tél.:+41(0)227308315; courriel: cpa@wmo.int)

À l'Instituto Nacional de Meteorologia (INMET):

M. Francisco de Assis Diniz, interlocuteur de l’OMM au Brésil (tél.: +(55)6121024608/33431976;
courriel: assis.diniz@inmet.gob.br)

sp
 
top
Rubriques connexes

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité