Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 902

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

Progrès constatés et priorités énoncées lors d’une réunion régionale de l’OMM en Afrique

Marrakech/Genève, 8 novembre 2010 (OMM) – Le renforcement des capacités des Services météorologiques nationaux africains a progressé, ce qui leur permet de diffuser des prévisions météorologiques et climatiques et des alertes aux phénomènes dangereux d’une plus grande fiabilité. Mais beaucoup reste à faire, comme le confirme le Conseil régional de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) pour l’Afrique.

Les représentants de 37 pays africains Membres de l’OMM se sont réunis du 1er au 8 novembre à Marrakech, au Maroc, pour débattre de la façon dont les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) africains et les centres régionaux peuvent effectivement fournir, à l’appui des objectifs de développement nationaux et régionaux, des services tels que des prévisions et évaluations climatiques améliorées, qui seront essentiels pour la promotion de l’adaptation à la variabilité et à l’évolution du climat. L’Afrique est le continent le plus vulnérable aux changements climatiques et le moins armé pour y faire face.

Les participants à cette session, qui se tient tous les quatre ans, ont aussi examiné les moyens d’améliorer les prévisions météorologiques et les avis de phénomènes météorologiques violents tels que les cyclones tropicaux ou d’autres dangers naturels comme les tempêtes de sable et de renforcer les systèmes d’alerte précoce multidangers ainsi que les programmes de réduction des risques de catastrophes. Un système de prévision des conditions météorologiques extrêmes a été mis en place dans 16 pays d’Afrique australe, et un projet pilote sera lancé en 2011 au profit des pays d’Afrique de l’Est, dont la Tanzanie, le Kenya et l’Ouganda.

Dans un climat en pleine évolution, la préservation des ressources en eau est un autre défi vital pour l’Afrique, et les participants sont convenus de la nécessité urgente de renforcer les structures hydrologiques et d’intensifier la coopération avec les organes régionaux qui s’occupent de ces questions.

Comme l’a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, M. Michel Jarraud, «la sécheresse, associée à de mauvaises récoltes et à la hausse mondiale des prix des denrées alimentaires, a bien trop fréquemment constitué une menace pour des millions d’Africains, comme cela s'est produit en 2009-2010. Et à cela s’ajoutent des phénomènes extrêmes comme les inondations et autres catastrophes.»

«Toutefois, malgré une tendance générale à la hausse du nombre des catastrophes et des pertes économiques qui en résultent, les victimes des événements météorologiques, climatiques et hydrologiques violents sont de moins en moins nombreuses, ce qui démontre qu’une action de prévention efficace, une bonne gestion des situations d’urgence et la mise en place de systèmes d'alerte précoce appropriés peuvent changer le cours des choses, a-t-il ajouté. Or cette évolution remarquable repose en grande partie sur les capacités des SMHN.»

Au Maroc par exemple, le développement de la météorologie et, en particulier, l’amélioration des services de diffusion de prévisions à longue échéance et d’alertes fiables ont contribué à limiter les pertes en vies humaines et les dommages matériels dus aux pluies torrentielles qui se sont abattues sur le pays ces deux dernières années, comme l’a précisé le Secrétaire d’État marocain chargé de l’eau et de l’environnement, M. Abdelkébir Zahoud.

M. Lamine Bah, Président du Conseil régional pour l’Afrique, a déclaré qu’il fallait absolument renforcer les capacités opérationnelles des SMHN – et notamment faire en sorte qu’ils soient mieux connus au niveau national – et les aider à se doter des compétences et des outils nécessaires. Selon lui, cela passe par une collecte, un stockage et un traitement appropriés des données, des moyens de communication efficaces et un renforcement des capacités.

 

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies qui fait autorité

pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

 **********

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact avec:

Mme Carine Richard-Van Maele, chef du Bureau de la communication et des relations publiques (tél.: +41 (0)22 730 83 15; tél. port.: +41 79 406 47 30; courriel: cpa@wmo.int)

Mme Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques (tél.: +41 (0)22 730 84 78; courriel: cnullis@wmo.int)

Site Web de l’OMM: http://www.wmo.int

 

sp
 
top
Rubriques connexes

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité