Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 919

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

Le Congrès météorologique mondial renforce le Programme de météorologie aéronautique

Genève, le 2 juin (OMM) – L’Organisation météorologique mondiale prévoit de développer ses activités de météorologie aéronautique en raison de leur importance pour la sécurité, la régularité et l’efficacité de la navigation aérienne.

Aujourd’hui, le Congrès météorologique mondial a décidé de faire du Programme de météorologie aéronautique un «programme hautement prioritaire qui devrait bénéficier d’un financement adéquat» pour aider ses Membres à satisfaire les besoins croissants du secteur de l’aéronautique.

Selon le Secrétaire général de l’OMM, M.Michel Jarraud, «les éruptions récentes des volcans Eyjafjallajökull et Grímsvötn, en Islande, ont rappelé l’importance de la météorologie aéronautique, qui prévoit et projette l’étendue des nuages de cendres volcaniques et fournit des informations faisant autorité aux responsables de l’aviation civile pour étayer leurs décisions».

Toujours selon M.Jarraud, «le développement rapide du trafic aérien exige l’amélioration des services de météorologie aéronautique. Vu les liens étroits qui existent entre les retards des vols et les mauvaises conditions météorologiques – faible visibilité, turbulences, givrage et forte convection –, les services de météorologie aéronautique sont essentiels pour les autorités, qui doivent prendre des décisions afin de réduire au minimum les perturbations des déplacements tout en assurant la sécurité des passagers.»

Grâce au recouvrement des coûts, la météorologie aéronautique est la principale source de revenus de nombreux Services météorologiques nationaux, en particulier dans les pays en développement. Une pression constante s’exerce dans le secteur de l’aéronautique pour accroître l’efficacité de la prestation de services extérieurs, dont la météorologie.

L’OMM s’efforce de renforcer la capacité de ses Membres, et notamment de ses Services météorologiques nationaux, d’offrir aux intervenants de l’aéronautique les informations en matière de météorologie d’exploitation nécessaires à la sécurité, à la régularité et à l’efficacité de la navigation aérienne. Elle entretient des rapports étroits avec l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Le secteur de l’aéronautique, quant à lui, recueille des données météorologiques utilisées par les SMHN pour prévoir le temps.

Le Programme de météorologie aéronautique de l’OMM favorise le transfert de technologie, l’enseignement, la formation et le renforcement des capacités pour aider les Services météorologiques nationaux, et notamment ceux des pays en développement, à satisfaire les besoins des autorités internationales et nationales de la navigation aérienne civile.

Système de gestion de la qualité

Le Congrès a convenu d’un nouveau système basé sur les compétences destiné aux prévisionnistes et aux observateurs de la météorologie aéronautique. Ce système, considéré comme étant plus souple et pragmatique qu’un système exclusivement fondé sur les qualifications, devrait donner aux utilisateurs l’assurance que l’évaluation du personnel est axée sur les résultats documentés de son travail.

Le nouveau système basé sur les compétences sera intégré au Règlement technique de l’OMM. Le délai pour que les pays se conforment aux normes de compétence du personnel, conformément au Système de gestion de la qualité de l’OACI, est fixé au 1er décembre 2013.

Le Secrétariat de l’OMM offre une compétence, une formation et des ressources pour les activités du Système de gestion de la qualité sur le plan régional. Afin de renforcer ces mesures, le Congrès a demandé aux Membres qui disposent d’un système de gestion de la qualité bien développé d’offrir leurs compétences et leurs ressources dans le cadre d’un «jumelage» avec des pays qui en ont besoin. Il a affirmé que cette approche d’une mise en œuvre mondialement fructueuse du système de gestion de la qualité à la date-butoir était la plus réaliste.

Messages-avis

Il existe un système bien établi d’avis de cyclones tropicaux et de cendres volcaniques.

Les six centres d’avis de cyclones tropicaux sont chargés, sur le plan régional, de produire des avis et des bulletins concernant l’ensemble des cyclones tropicaux, des ouragans et des typhons de la planète.

Il existe dans le monde neuf centres d’avis de cendres volcaniques (VAAC) que l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a établis en étroite concertation avec l’OMM et l’Union géodésique et géophysique internationale (UGGI). Exploités par les Membres de l’OMM, ces centres fournissent des informations météorologiques au Système de veille des volcans le long des voies aériennes internationales.

Le centre d’avis responsable de la zone où s’est produite l’éruption (appelé le VAAC responsable) émet un avis de cendres volcaniques sur la base des observations effectuées, des données météorologiques recueillies et des prévisions concernant le transport et la dispersion des cendres. Dans le cas de l’éruption récente du Grímsvötn en Islande, le VAAC responsable, qui se trouvait au Royaume-Uni, était chargé de suivre et d’annoncer la propagation de cendres au Royaume-Uni, en Islande et dans le nord-est de l’Atlantique Nord.

L’OACI, soutenue par l’OMM, cherche maintenant à élargir son système régional d’avis aux avertissements météorologiques pour l’aéronautique, appelés SIGMET (messages de renseignements météorologiques), diffusés pour avertir les aéronefs de dangers tels que les turbulences et le givrage. Il existe actuellement un projet pilote visant à diffuser ce type de messages, qui fait intervenir trois pays: la Chine pour l’Asie de l’Est et du Sud-Est, la France pour l’Afrique occidentale et centrale et l’Afrique du Sud pour l’Afrique australe. Le Congrès a exhorté les Membres qui font appel à des produits d’essai du projet pilote à démontrer leur capacité à produire des avis fiables, précis et rapides de conditions météorologiques dangereuses pour l’aéronautique.

Autres priorités

De nouveaux principes de gestion du trafic aérien visant une navigation aérienne axée sur les résultats exigent des services plus performants de la part des prestataires de services météorologiques à l’aéronautique. Le Congrès a estimé que la mise au point, l’harmonisation et la réglementation de nouvelles prestations pour la gestion du trafic aérien constitueraient une grande priorité, notamment du fait que dans plusieurs régions, les autorités nationales et transnationales responsables de cette gestion mettent en place de nouvelles structures de l’espace aérien et demandent par conséquent la prestation de services de météorologie aéronautique adaptés à ces structures.

Les autres secteurs d’activité porteront notamment sur de nouveaux modèles d’échange d’informations météorologiques fondés sur des réseaux, sur la transmission d’observations recueillies au sol et depuis l’espace, sur des produits de la prévision immédiate destinés aux aéronefs et aux unités de gestion du trafic aérien ainsi que sur des questions relatives à la météorologie de l’espace. Le Programme de météorologie aéronautique, œuvrant en collaboration étroite avec le Programme spatial de l’OMM, met actuellement en place des «services de météorologie spatiale» pour aider le secteur de l’aéronautique à surmonter les problèmes et les perturbations des communications auxquels on peut s’attendre lorsque l’activité solaire atteindra un nouveau pic aux alentours de 2013, après une très longue période de calme.

Vu les incidences attendues du changement climatique – et notamment une multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes – sur les transports et l’industrie aéronautique, une autre priorité, à l’avenir, sera d’offrir des services permettant l’adaptation des opérations aéronautiques.

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies
qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact avec:

Mme Carine Richard-Van Maele, chef du Bureau de la communication et des relations publiques (tél.:+41(0)22.730.83.15; courriel: cpa@wmo.int)

ou

Mme Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques (tél.:+41(0)22.730.84.78; tél. portable: +41 (0)79 709 13 97; courriel: cnullis@wmo.int)

Site Web: http://www.wmo.int

 

sp
 
top
Rubriques connexes

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité