Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 925

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.


L'OMM publie un nouveau bulletin Info-Niño/Niña

Des conditions neutres ou un épisode La Niña de faible intensité sont les
scénarios les plus probables pour le restant de l'année

 

Genève, le 1er septembre 2011 (OMM) – L'Organisation météorologique mondiale (OMM) vient de publier un nouveau bulletin d'information sur El Niño et La Niña, phénomènes qui perturbent les régimes de circulation océanique et atmosphérique à grande échelle sous les tropiques et ont d'importantes répercussions sur le temps et le climat dans de nombreuses régions du globe.

La persistance de conditions quasi neutres – avec des températures océaniques, des régimes pluviométriques et des vents atmosphériques proches de la normale dans la région du Pacifique équatorial – ou bien la réactivation du phénomène La Niña constituent les scénarios les plus probables pour les derniers mois de l'année 2011, d'après les prévisions des modèles et les interprétations des experts auxquelles se réfère l'OMM.

Si l'hypothèse d'un nouvel épisode La Niña devait se confirmer, les éléments dont on dispose actuellement donnent à penser qu'il serait beaucoup moins intense que celui de 2010/11, classé comme étant modéré à fort, qui a pris fin en mai 2011 et qui a donné lieu à des précipitations catastrophiques en Australie, en Indonésie, en Asie du Sud-Est et dans le nord de l'Amérique du Sud (en Colombie par exemple), ainsi qu'à des sécheresses dans la corne de l'Afrique, dans les régions centrales du sud-ouest asiatique, dans le sud-est de l'Amérique du Sud et dans la partie méridionale des États-Unis d'Amérique.

D'après le bulletin d'information, le développement d'un épisode El Niño est jugé très improbable.

El Niño se caractérise par des températures de surface de la mer anormalement élevées dans le centre et l'est du Pacifique tropical. La Niña est le phénomène inverse, caractérisé par des températures de surface de la mer anormalement basses dans cette même zone. Les deux phénomènes sont étroitement liés à la circulation atmosphérique sous les tropiques, et ils ont une influence notoire sur les régimes météorologiques et climatiques de diverses régions du monde. Toutefois, il existe aussi d'autres facteurs qui influent sur les régimes climatiques saisonniers et qu'il faut prendre également en considération.

Après la dissipation d'un épisode La Niña d'intensité modérée à forte qui a persisté sur le Pacifique tropical de septembre 2010 à février 2011, des conditions neutres ont prédominé dans cette zone à partir de mai 2011 malgré quelques manifestations résiduelles de La Niña, notamment en ce qui concerne les conditions atmosphériques.


Les données d'observation recueillies ces dernières semaines font peu à peu pencher la balance vers les valeurs «froides» de la fourchette neutre, qu'il s'agisse des températures océaniques relevées en surface ou sous la surface, avec les modifications correspondantes de la circulation atmosphérique.

«Considérés globalement, ces changements dénotent une probabilité croissante que survienne un épisode La Niña de faible intensité durant ces prochains mois», d'après le bulletin. «Les résultats fournis par l'ensemble des modèles de prévision laissent entrevoir, pour les derniers mois de l'année, un éventail de scénarios possibles qui s'accordent pour privilégier encore l'hypothèse de la persistance de conditions quasi neutres, mais cette hypothèse ne l'emporte plus que faiblement sur celle d'un épisode La Niña de faible intensité.»

«Au regard des incertitudes actuelles, il faudra s'attacher à détecter des signes plus probants d'une évolution de la situation.»

Fruit d'un consensus, le bulletin Info-Niño/Niña est établi par l'OMM en étroite collaboration avec l'Institut international de recherche sur le climat et la société (IRI), implanté aux États-Unis d'Amérique, sur la base d'informations fournies par un large éventail de spécialistes et par divers centres de prévision du climat répartis dans le monde.

 

 

L'Organisation météorologique mondiale est l'organisme des Nations Unies qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l'eau

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter:

Mme Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques de l'OMM
(tél.: +41 (0)22 730 84 78;
portable: (41 79) 709 13 97;
courriel: cnullis[a]wmo.int)

 

Contexte:

L'abréviation ENSO désigne le cycle El Niño/Oscillation australe, qui se traduit par des variations interannuelles, dans le Pacifique équatorial, des températures de surface de la mer, des précipitations convectives, de la pression de l'air en surface et de la circulation atmosphérique.

El Niño, par référence à l'enfant Jésus vu que ce phénomène apparaît souvent en décembre, et La Niña représentent les deux phases opposées du cycle ENSO.

El Niño désigne l'anomalie positive des températures de surface de la mer qui se manifeste périodiquement dans le centre et l'est du Pacifique équatorial. C'est la phase chaude du cycle ENSO.

La Niña désigne le refroidissement périodique des eaux de surface dans le centre et l'est du Pacifique équatorial. C'est la phase froide du cycle ENSO.

On parle de conditions ENSO neutres lorsque El Niño et La Niña sont absents. Ces périodes coïncident souvent avec les phases de transition qui séparent les épisodes El Niño et La Niña.
Les températures océaniques, les régimes de précipitations tropicales et les vents atmosphériques dans la région du Pacifique équatorial sont alors proches de la normale.

Les fluctuations des températures océaniques pendant les épisodes El Niño et La Niña s'accompagnent, à plus grande échelle encore, de fluctuations de la pression atmosphérique entre l'ouest et l'est du Pacifique tropical connues sous le nom d'Oscillation australe.

En règle générale, au cours d'un épisode La Niña, les précipitations s'intensifient sur l'ouest du Pacifique équatorial, y compris le nord de l'Australie et l'Indonésie, entre décembre et février, et sur les Philippines de juin à août, et sont quasiment nulles sur l'est du Pacifique équatorial. Par ailleurs, on observe généralement une pluviosité supérieure à la normale de décembre à février sur le nord de l'Amérique du Sud et l'Afrique australe, et de juin à août sur l'Asie méridionale et le sud est de l'Australie. On constate parallèlement un déficit pluviométrique de décembre à février
le long des côtes de l'Équateur, dans le nord ouest du Pérou et dans la zone équatoriale de
l'Afrique de l'Est, et de juin à août dans le sud du Brésil et le centre de l'Argentine.

Le phénomène La Niña se traduit aussi généralement par une saison des ouragans relativement plus active que d'ordinaire dans l'Atlantique Nord tropical entre juin et novembre.

La prédominance d'une phase neutre du cycle ENSO ne veut pas dire que les régimes climatiques correspondants sont nécessairement proches de la normale; les conditions climatiques locales et régionales sont en effet soumises à de multiples influences dont il faut dûment tenir compte.

 

sp
 
top
Rubriques connexes

Contexte

Info-Nîno/Niña

 


 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité