Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

icpac logo

Communiqué de presse N° 926

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.


Forum sur l'évolution probable du climat dans la région de la corne de l'Afrique:
pleins feux sur les précipitations escomptées entre septembre et décembre 2011

 

Genève/Nairobi, le 6 septembre 2011 (OMM) – Selon les prévisions relatives à l'évolution probable du climat dans la région de la corne de l'Afrique pour les mois de septembre à décembre 2011, la pluviosité pourrait retrouver des valeurs normales ou supérieures à la normale dans le sud de la Somalie, frappé par la famine, mais le risque demeure qu'elle soit déficitaire dans le nord du pays et dans les régions adjacentes.

Le sud de la Somalie et d'autres contrées équatoriales de la région de la corne de l'Afrique (Kenya, Ouganda, Burundi, Rwanda et nord de la Tanzanie) connaissent d'ordinaire une importante saison des pluies de septembre à décembre – après celle qui va de mars à mai. Durant cette période, la pluviosité est en général plus faible dans le nord de la Somalie que dans le sud.

Dans certaines zones, les précipitations enregistrées entre septembre et décembre représentent un pourcentage relativement faible de la pluviosité annuelle (voir les figures ci-jointes). Par conséquent, il se peut que ces régions, où la sécheresse sévit depuis plusieurs mois, ne connaissent pas encore d'amélioration sensible.

Parmi les principaux facteurs qui détermineront l'évolution de la pluviosité ces prochains mois figurent le phénomène ENSO – des conditions neutres ou un épisode La Niña de faible intensité pourraient prévaloir –, l'anomalie positive des températures de surface de la mer dans l'ouest de la partie tropicale de l'océan Indien et les vents de mousson qui y sont associés.

Le Forum sur l'évolution probable du climat dans la région de la corne de l'Afrique était convoqué par le Centre de prévision et d'applications climatologiques relevant de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (ICPAC), avec le soutien de partenaires comme l'Organisation météorologique mondiale. Des bulletins de veille climatique concernant la grave sécheresse que connaissent actuellement le sud de la Somalie et les régions voisines sont d'ailleurs diffusés régulièrement depuis la fin de l'année dernière. À l'opposé, certaines zones de la bordure occidentale de la corne de l'Afrique ont été frappées par des inondations et des glissements de terrain.

Organisé du 1er au 3 septembre 2011 à Entebbe, Ouganda, le forum était censé faire le point
sur la situation climatique mondiale et ses répercussions sur la région. Divers secteurs
socio-économiques y étaient représentés – gestion des risques de catastrophes, ressources en eau, agriculture et sécurité alimentaire, santé, développement, etc.

Les perspectives d'évolution du climat ne concernent que l'échéance saisonnière et des territoires relativement vastes. On pourrait assister au fil des mois, à mesure qu'avance la saison, à des variations d'échelle locale, par exemple des crues éclair épisodiques dans des zones pour lesquelles on prévoit des précipitations proches de la normale ou inférieures à la normale, ou alors des pluies


très inégalement réparties dans des régions où la pluviosité annoncée est supérieure à la normale ou proche de la normale. Les prévisions seront régulièrement mises à jour par l'ICPAC et les Services météorologiques et hydrologiques des pays concernés.

 

Perspectives:

Fruit d'un consensus, la prévision climatique régionale établie pour la période septembre-
décembre 2011 et concernant la région de la corne de l'Afrique peut se résumer comme suit:

  • Probabilité accrue d'une pluviosité supérieure à la normale ou proche de la normale dans les régions équatoriales de l'est, à savoir le sud de la Somalie, les régions côtières, l'est et le centre du Kenya et le nord-est de la Tanzanie. (Une pluviosité supérieure à la normale est définie comme se situant dans le tiers supérieur des hauteurs de pluie relevées sur une longue période);
  • Probabilité accrue d'une pluviosité proche de la normale ou inférieure à la normale dans le nord de la Somalie, l'est et le sud de l'Éthiopie, le nord-ouest du Kenya, le nord de l'Ouganda, le sud-ouest du Rwanda, le sud du Burundi et l'ouest de la Tanzanie. (Une pluviosité inférieure à la normale est définie comme se situant dans le tiers inférieur des hauteurs de pluie relevées sur une longue période);
  • Probabilité accrue d'une pluviosité proche de la normale ou supérieure à la normale dans certaines parties de la Tanzanie, dans le nord du Burundi, au Rwanda, dans le sud et le centre de l'Ouganda, dans l'ouest du Kenya, dans une grande partie du Sud-Soudan, dans l'ouest, le centre et le nord de l'Éthiopie, à Djibouti, dans l'extrême sud-est de l'Érythrée et l'extrême nord-ouest de la Somalie. (Une pluviosité proche de la normale est définie comme se situant dans le tiers médian des hauteurs de pluie relevées sur une longue période);
  • Des conditions généralement sèches sont annoncées pour le Soudan, une grande partie de l'Érythrée et l'extrême nord de l'Éthiopie.

 

Info-Niño/Niña

La persistance d'une grave sécheresse en Éthiopie, au Kenya et en Somalie depuis le dernier trimestre de 2010 est liée à un épisode La Niña (températures de surface de la mer anormalement basses dans le centre et l'est du Pacifique tropical).

Cet épisode La Niña, qui a fait son apparition en juillet 2010, a pris fin en mai 2011 et a été remplacé par des conditions quasi neutres, avec des températures océaniques, des régimes pluviométriques et des vents atmosphériques proches de la normale dans la région du Pacifique équatorial.

La persistance de conditions quasi neutres ou bien la réactivation du phénomène La Niña constituent les scénarios les plus probables pour les derniers mois de l'année 2011, d'après le dernier bulletin publié par l'OMM le 1er septembre. Si l'hypothèse d'un nouvel épisode La Niña devait se confirmer, les éléments dont on dispose actuellement donnent à penser qu'il serait beaucoup moins intense que celui de 2010/11.

Le phénomène El Niño/La Niña n'est pas le seul facteur qui détermine les conditions climatiques dans la région de la corne de l'Afrique. Ces dernières subissent aussi l'influence de l'anomalie positive des températures de surface de la mer constatée dans l'ouest de l'océan Indien et des vents de mousson qui y sont associés. Des phénomènes locaux ou régionaux peuvent influer eux aussi sur la pluviosité.


Une grande partie de la frange équatoriale de la région de la corne de l'Afrique (Kenya, Ouganda, Burundi, Rwanda, sud de la Somalie et nord de la Tanzanie) connaît deux grands pics pluviométriques, l'un entre mars et mai et l'autre entre octobre et décembre. Les zones occidentales et côtières sont très arrosées en juillet et août.

Info-Niño/Niña

 

     
Précipitations enregistrées entre septembre et décembre, exprimées en pourcentage de la pluviosité annuelle moyenne (1961-1990)   Pluviosité moyenne (1961-1990) de la période septembre – décembre
map   map
(Source: ICPAC)    
Cliquez sur l'image pour un agrandissement    
     

 

L'Organisation météorologique mondiale est l'organisme des Nations Unies qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l'eau

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter:

Mme Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques de l'OMM
(tél.: +41 (0)22 730 84 78;
portable: (41 79) 709 13 97;
courriel: cnullis[a]wmo.int)

Dolphine Ndeda, Centre de prévision et d'applications climatologiques relevant de l'IGAD (ICPAC)
(tél.: +254 203 51 44 26)

Site Web de l'ICPAC: www.icpac.net

 

sp
 
top

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité