Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 931

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.


COOPÉRATION INTERNATIONALE POUR RENFORCER LES SYSTÈMES D’INFORMATION SUR LES SÉCHERESSES

Casablanca/Genève/Washington, le 9 novembre 2011 (OMM) – Les sécheresses dans la région de la corne de l’Afrique et les leçons qu’il faut en tirer font partie des thèmes qui seront abordés lors d’un colloque international axé sur la nécessité de coordonner plus étroitement les politiques de lutte contre la sécheresse, catastrophe naturelle la plus dévastatrice qui soit, et de mieux anticiper les risques dans ce domaine.

Le Colloque international sur la mise en place d’un système intégré d’information sur les sécheresses réunit plus de 50 experts du monde entier. Il se tient à Casablanca (Maroc) du 9 au 11 novembre 2011 sous les auspices de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), de l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère (NOAA), de la Convention des NationsUnies sur la lutte contre la désertification (CCD) et du Service météorologique marocain (Maroc-Météo).

Les sécheresses qui ont sévi en 2010 et 2011 dans diverses régions du monde, parmi lesquelles l’Afrique de l’Est, le sud des États-Unis d'Amérique, la Fédération de Russie et la Chine confortent les spécialistes dans leur idée que les conséquences des sécheresses sont devenues de plus en plus lourdes au cours des vingt dernières années.

La gestion des risques de sécheresse est une composante essentielle des programmes de prévention des catastrophes et de la politique des pouvoirs publics en matière de ressources en eau. Le colloque a pour but d’aider les pays, les régions et les collectivités à abandonner progressivement les approches a posteriori (gestion de crise) au profit de stratégies plus ambitieuses axées sur la préparation aux sécheresses et l’atténuation de leurs effets.

Peu nombreux sont les pays qui ont mis en place une véritable politique de gestion de la sécheresse à l’échelle nationale et régionale. En outre, dans la plupart des régions, les systèmes d'alerte précoce à la sécheresse – surveillance, prévision, évaluation des risques et information – sont inadéquats. Le plus souvent, les pays exposés à la sécheresse n'ont pas les moyens de mettre pleinement à profit, dans leurs pratiques de gestion, les prévisions établies dans ce domaine et les outils d'aide à la décision.

Adaptation au changement climatique

«Une meilleure compréhension scientifique du phénomène et le recours à une série d’indicateurs et de seuils revêtent une importance capitale pour la gestion de la sécheresse dans diverses régions du monde et l’instauration de systèmes d’alerte précoce basés sur des délais d’anticipation variables», a fait valoir Michel Jarraud, Secrétaire général de l’OMM. «Il est donc indispensable de mettre en place un système intégré d'information sur les sécheresses associant toutes les parties prenantes afin d'améliorer la gestion des risques de sécheresse. Un tel système jetterait les bases d'une adaptation au changement climatique dans une perspective à long terme. »

Abdalah Mokssit, Directeur du Service météorologique marocain (Maroc-Météo) et Troisième Vice-Président de l'OMM, a souligné que «la sécheresse est un problème chronique au Maroc. En 1995, la pire sécheresse des trente dernières années a contraint ce pays à importer des céréales et a eu des incidences néfastes sur l'économie. Une autre sécheresse a sévi en 1997 et une autre encore en 1999-2000. La baisse des revenus qui en a résulté a fait chuter le produit intérieur brut de 7,6% en 1995, 2,3% en 1997 et 1,5% en 1999. Dans le contexte du changement climatique, il importe d'améliorer l'information sur le climat et les systèmes d'alerte précoce à la sécheresse dans les pays qui, comme le Maroc, risquent de pâtir du réchauffement mondial.»

«Les sécheresses prolongées et même celles qui sont de courte durée peuvent mettre à mal les systèmes socio-économiques locaux et régionaux», a déclaré Chester Koblinsky, Directeur du Bureau des programmes climatologiques de la NOAA. «Il est primordial de pouvoir disposer de capacités d'étude, de surveillance et de prévision des sécheresses qui soient véritablement intégrées afin d'aider les particuliers, les entreprises et les populations de par le monde à se prémunir contre les effets de ces phénomènes et à y faire face comme il se doit. Les responsables de l'approvisionnement en eau, les producteurs agricoles et les acteurs d'autres secteurs peuvent atténuer les effets de la sécheresse en exploitant les informations fournies par les systèmes d'alerte précoce.»

Le colloque portera notamment sur les questions suivantes:

· Nécessité de mettre en place des systèmes intégrés de gestion de la sécheresse;

· Constitution de partenariats pour les systèmes d'alerte précoce à la sécheresse ainsi que pour les activités d'évaluation et d'atténuation;

· Enseignements à tirer des sécheresses qui ont frappé la région de la Corne de l'Afrique;

· Systèmes d'information sur la sécheresse en Afrique de l'Ouest, en Asie méridionale, en Amérique du Sud, dans le Pacifique Sud-Ouest, en Europe et en Amérique du Nord;

· Création d'un portail mondial sur la surveillance de la sécheresse;

· Principes de base de l'alerte précoce dans le contexte de l'adaptation;

· Anticipation et gestion des sécheresses: rôle de l'information hydrologique;

· Écosystèmes;

· Questions transfrontalières;

· Réduction des risques de catastrophes.

 

Le colloque devrait aider les secteurs concernés à mieux comprendre et anticiper les sécheresses et à mieux faire face à leurs conséquences. L'accent sera mis sur l'adaptation et l'atténuation ainsi que sur les différents aspects de la gestion intégrée des sécheresses.

C'est la deuxième rencontre de l'année que l'OMM et le Secrétariat de la CCD organisent conjointement en prévision de la réunion de haut niveau sur les politiques nationales de lutte contre la sécheresse.

La précédente était la réunion d'experts sur l'élaboration d'un recueil sur les politiques en question, qui s'est tenue à l'Université George Mason (Fairfax, Virginie, États-Unis d'Amérique) les 14 et 15 juillet2011 (voir le communiqué de presse N° 921).

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies

qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter:

À l’OMM:

Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques

Tél.: +(41) (0) 22 730 84 78; portable: + (41) (0) 79 709 13 97; courriel: cnullis@wmo.int

Site Web: www.wmo.int

À la NOAA:

Jana Goldman, responsable des relations publiques

Tél.: (1) 301 713 1123; courriel: Jana.goldman@noaa.gov

 

 

sp
 
top
Rubriques connexes

Contexte

Info-Nîno/Niña

 


 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité