Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 940

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

 

L'OMM SE FÉLICITE DES RÉSULTATS DE LA CONFÉRENCE MONDIALE DES RADIOCOMMUNICATIONS 2012

Genève, le 17 février 2012 (OMM) – Les fréquences radioélectriques, indispensables aux activités de prévision du temps, d'alerte aux catastrophes et de surveillance du climat, continueront d'être mises à la disposition de la communauté mondiale et d'être protégées contre le brouillage susceptible d'être causé par les autres applications grâce aux décisions prises lors de la Conférence mondiale des radiocommunications 2012 (CMR-12).

L'Organisation météorologique mondiale s'est réjouie aujourd'hui des résultats de la CMR-12 qui permettront de sauvegarder l'utilisation du spectre de fréquences radioélectriques qui contribue à l'observation et à l'étude de notre Terre, de son atmosphère et de ses océans et à réduire les risques de catastrophes d'origine météorologique, climatologique et hydrique.

La Conférence a renforcé les engagements pris lors des conférences précédentes en rapport avec les besoins propres aux services météorologiques et hydrologiques, en dépit des pressions exercées pour disperser les fréquences radioélectriques entre la technologie sans fil et d'autres applications.

«Comme de nouvelles applications sont lancées en permanence, cela signifie que l'espace alloué à chaque service sur le spectre est de plus en plus réduit», a déclaré M.MichelJarraud, Secrétaire général de l'OMM.  «Les décisions de la CMR-12 aideront à garantir que les signaux dont nous avons besoin pour observer notre planète ne sont pas noyés parmi les nouveaux signaux», a ajouté M. Jarraud.

«Les résultats de la Conférence permettront par ailleurs d'offrir de nouvelles possibilités aux systèmes d'observation destinés à surveiller, comprendre et prévoir notre climat en évolution et assureront la protection nécessaire aux applications météorologiques», a-t-il conclu.

On a notamment décidé d'actualiser la Résolution 673 adoptée lors de la Conférence 2007 sur l'«Utilisation des radiocommunications pour les applications liées à l'observation de la Terre» et d'en modifier le titre et le contenu.  Le nouveau titre de la Résolution673 (Rév. CMR-12) est le suivant: «Importance de l'utilisation du spectre pour les applications liées à l'observation de la Terre». 


La Conférence a décidé:

  • De continuer de reconnaître que l'utilisation de fréquences pour les applications liées à l'observation de la Terre présente un intérêt social et économique considérable;
  • De prier instamment les administrations de tenir compte des besoins de fréquences radioélectriques pour l'observation de la Terre et, en particulier, de la protection des systèmes d'observation de la Terre fonctionnant dans les bandes de fréquences connexes;
  • D'encourager les administrations à tenir compte de l'importance de l'utilisation et de la disponibilité de fréquences pour les applications liées à l'observation de la Terre, avant de prendre des décisions susceptibles d'avoir des incidences négatives sur le fonctionnement de ces applications.

Dans une communication transmise à la Conférence, l'OMM mettait en garde contre le danger d'attribuer les bandes de fréquence réservées aux activités météorologiques à des applications incompatibles, rendant ainsi ces bandes inutilisables pour les systèmes d'observation et de surveillance des conditions météorologiques, climatiques et relatives à l'eau.  Il deviendrait alors extrêmement difficile, voire impossible d'effectuer les prévisions et de fournir les services dont l'ensemble de la communauté a besoin.

Étant donné que les catastrophes liées au temps, au climat et à l'eau représentent plus de 90% des catastrophes naturelles recensées, les fréquences radioélectriques sont des éléments essentiels des systèmes d'alerte précoce multidangers.

Le Groupe directeur pour la coordination des fréquences radioélectriques relevant de l'OMM n'a pas ménagé ses efforts pour veiller à ce que les participants à la Conférence soient bien conscients des répercussions que pourraient avoir les décisions prises pendant la réunion sur les systèmes d'observation de la Terre dont sont responsables les Membres de l'Organisation.  En juin 2011, le Congrès météorologique mondial a alloué des crédits supplémentaires pour soutenir les activités de l'Organisation en matière de coordination des fréquences radioélectriques, compte tenu de leur importance cruciale.

Les conférences mondiales sur les radiocommunications sont organisées tous les quatre ans, sous les auspices de l'Union internationale des télécommunications, en vue de revoir et réviser le Règlement des radiocommunications, c'est-à-dire le traité international qui régit l'usage du spectre des fréquences radioélectriques.

Résultats de la Conférence:

Les points inscrits à l'ordre du jour de la CMR-12, considérés comme importants par l'OMM sur le plan du développement et de la protection des applications météorologiques, ont été traités de manière satisfaisante du point de vue de l'Organisation lors de la Conférence:

Après avoir examiné l'harmonisation mondiale/régionale des fréquences utilisées par les systèmes de reportage électronique d'actualités (ENG), les participants ont décidé de ne pas modifier le Règlement.  Cela évitera d'accroître le niveau de brouillage des applications météorologiques en raison de l'introduction de nouvelles bandes pour ces systèmes.

La CMR-12 a mis à jour le Règlement en mentionnant l'utilisation des bandes de fréquences comprises entre 275 et 3000 GHz par les services passifs de manière à garantir la prise en compte des bandes servant aux activités de l'OMM lors des procédures d'attribution de fréquences aux liaisons optiques dans l'espace libre.

Pour ce qui est des questions techniques et réglementaires se rapportant au service fixe dans les bandes situées entre 71 et 238 GHz, la CMR-12 a décidé d'intégrer les limites recommandées pour le partage des services actifs ou l'utilisation des bandes adjacentes pour les services passifs.

La CMR-12 a examiné le besoin d'attribuer des bandes de fréquences aux applications de radars océanographiques, de manière à assurer l'utilisation uniforme de cette technologie.  Il a été décidé de procéder à ces attributions, notamment par le biais d'une résolution garantissant que ces radars ne causent pas de brouillage avec les services fixes et mobiles.  Même si ces allocations ne sont pas «primaires», l'OMM est d'avis que cette solution de compromis contribuera au développement et à l'utilisation croissante des radars océanographiques.

La CMR-12 a approuvé l'attribution de fréquences dans la bande 8,3 - 11,3 kHz au service des auxiliaires de la météorologie pour la détection de la foudre.

La CMR-12 a conclu qu'il n'était pas nécessaire de modifier le Règlement en vue d'intégrer les systèmes de radiocommunication définis par logiciel (SDR) et les systèmes de radiocommunication cognitifs (CRS).  Ces derniers sont incompatibles avec les fréquences des services passifs et il a été souligné dans le rapport de la Conférence que cela devrait être pris en compte dans les études sur le recours aux CRS.

La CMR-12 s'est penchée sur la possibilité d'ajouter des attributions aux stations placées sur des plates-formes à haute altitude (HAPS) dans la bande 5857 - 7075 MHz.  Plutôt qu'une attribution générale, on a opté pour une note de bas de page dans le Règlement des radiocommunications mentionnant l'utilisation de cette technologie en Australie et dans quelques pays africains.  On cherche à réduire les risques de brouillage avec les activités du service d'exploration de la Terre par satellite.

La CMR-12 a examiné les effets des rayonnements provenant des dispositifs à courte portée (SRD) et a décidé de n'apporter aucun changement au Règlement.

La CMR-12 est convenue d'étendre l'attribution actuelle de la bande 7750 – 7850 MHz au service de météorologie par satellite à la bande 7850 – 7900 MHz.

La Conférence a étudié la possibilité de nouvelles attributions au service mobile par satellite sur la gamme des fréquences comprises entre 4 et 16GHz et a décidé de ne pas modifier le Règlement.

Notes aux éditeurs :

Pour plus de précisions sur la Conférence mondiale des radiocommunications, on consultera la page Web qui lui est consacrée à l'adresse suivante: http://www.itu.int/ITU-R/

Le Groupe directeur pour la coordination des fréquences radioélectriques relevant de l'OMM n'a pas ménagé ses efforts pour veiller à ce que les participants à la Conférence soient bien conscients des répercussions que pourraient avoir les décisions prises pendant la réunion sur les systèmes d'observation de la Terre dont sont responsables les Membres de l'Organisation. 

Le Seizième Congrès météorologique mondial (Genève, mai 2011) «... a reconnu que la protection des fréquences servant à la météorologie revêt un intérêt direct et vital pour la communauté météorologique internationale et réitéré tout son soutien aux activités consacrées aux fréquences radioélectriques.  Il a préconisé de poursuivre l'examen permanent des questions réglementaires et techniques relatives aux fréquences radioélectriques réservées aux activités météorologiques et environnementales connexes d'exploitation et de recherche.»  Le Congrès a alloué des crédits supplémentaires pour soutenir les activités de l'OMM en matière de coordination des fréquences radioélectriques, compte tenu de leur importance cruciale.

L'OMM et l'UIT ont publié conjointement un guide que l'on peut consulter gratuitement en ligne à l'adresse suivante:
http://www.itu.int/en/publications/ITU-R/pages/publications.aspx?parent=R-HDB-45-2008&media=electronic
.

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies
qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau


Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter:
Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques
Tél.: +(41) (0) 22 730 84 78; portable: + (41) (0) 79 709 13 97;
courriel: cnullis[at]wmo.int

sp
 
top
Rubriques connexes

Déclaration provisoire


 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité