Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 946

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

 

Un Épisode el Niño n'est pas exclu pour le second semestre de 2012

Des conditions neutres pourraient aussi se maintenir
mais le retour de La Niña est improbable

Genève, le 26 juin2012 (OMM) – Il existe une petite possibilité qu'une anomalie El Niño se manifeste dans le courant de la période qui va de juillet à septembre, d'après le dernier bulletin Info-Niño/Niña diffusé par l'Organisation météorologique mondiale. Son intensité probable est encore incertaine à l'heure actuelle.

Des conditions neutres, c'est-à-dire qui ne s'apparentent ni à une anomalie El Niño ni à une anomalie La Niña, prévalent depuis que l'épisode La Niña 2011/12 a pris fin en avril dernier et devraient persister jusqu'au milieu de l'été boréal (hiver austral). Après juillet, l'apparition d'un épisode El Niño est légèrement plus plausible que la persistance de conditions neutres, tandis qu'une réactivation de La Niña est jugée très improbable.

Le bulletin Info-Niño/Niña est établi sur la base d'informations fournies par un large éventail de spécialistes et par divers centres de prévision du climat répartis dans le monde. C'est une source fiable d'information sur un phénomène qui a de vastes répercussions sur le temps et le climat et, partant, sur les personnes et les moyens de subsistance un peu partout dans le monde. Les connaissances scientifiques relatives aux phénomènes El Niño et La Niña sont aujourd'hui très utiles aux décideurs et aux planificateurs dans des domaines comme la prévention des catastrophes, la gestion de l'eau, l'agriculture et la santé, pour n'en citer que quelques-uns.

Un épisode El Niño est caractérisé par des températures océaniques anormalement élevées dans le centre et l'est du Pacifique équatorial, tandis qu'un épisode La Niña représente la situation inverse, caractérisée par des températures océaniques anormalement basses. L'un et l'autre peuvent durer quelques mois et perturbent fortement la circulation atmosphérique et les régimes de précipitations dans diverses régions.

«Se fondant essentiellement sur l'accumulation de chaleur constatée dans les couches profondes du Pacifique tropical depuis le début du mois de mai, la plupart des modèles de climat considérés pour la circonstance prévoient l'apparition d'une anomalie El Niño dans le courant de la période qui va de juillet à septembre, anomalie qui persisterait jusqu'à la fin de l'année.»

«Nombre des modèles qui annoncent l'apparition d'une anomalie El Niño indiquent que celui-ci sera d'une faible intensité, mais ce type de prévision est peu fiable à un stade si précoce. Par conséquent, si un phénomène El Niño devait effectivement survenir, son intensité probable est encore incertaine à l'heure actuelle.»

L'incertitude quant à la persistance de conditions neutres ou à l'apparition d'un épisode El Niño durant la deuxième moitié de l'année est liée au réchauffement prévu de l'océan Pacifique, dont on ne sait pas encore s'il sera assez conséquent pour se répercuter sur l'atmosphère, condition sine qua non du développement d'une anomalie El Niño. Les climatologues devraient être mieux à même de se prononcer, d'ici au mois d'août, sur les perspectives à plus long terme.

Par le passé, des épisodes El Niño ont provoqué, entre autres, des sécheresses en Australie, en Indonésie et dans le nord-est de l'Amérique du Sud, et aussi de fortes précipitations en Équateur et dans le nord du Pérou. Il faut cependant savoir que deux épisodes El Niño ne sont jamais identiques et que leurs manifestations dépendent aussi de la période de l'année où ils surviennent.

Il importe de garder à l’esprit qu’en plus d’El Niño et La Niña, plusieurs autres facteurs influent sur les régimes climatiques saisonniers, notamment les conditions qui règnent dans la partie tropicale de l'océan Indien et de l'océan Atlantique, car elles peuvent avoir une incidence sur les régimes climatiques des régions continentales avoisinantes.

L'évolution de la situation dans le Pacifique tropical continuera de faire l'objet d'une surveillance attentive. Dans les mois qui viennent, les spécialistes de la prévision climatique produiront régulièrement des interprétations plus détaillées des fluctuations du climat à l'échelle régionale, dont la diffusion sera assurée par les Services météorologiques et hydrologiques nationaux.

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies qui fait autorité
pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

*********

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact avec:

Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques (tél.:+41(0)227308478;  tél. port.: +41(0)793849272;  courriel:cnullis@wmo.int)

 

sp
 
top
Rubriques connexes

Déclaration provisoire


 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité