Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 948

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

 

Le Conseil exécutif de l’OMM fournit des orientations sur la prestation de services climatologiques

 

Genève, le 4 juillet 2012 (OMM) – Le Conseil exécutif de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a formulé des orientations concernant un projet de feuille de route dont le but est d'améliorer l'accès de la société à des services climatologiques ciblés et de qualité qui l'aideront à faire face aux fluctuations naturelles du climat et aux changements climatiques anthropiques.

Le Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC) fait partie des principaux thèmes qui ont été abordés par le Conseil exécutif de l'OMM lors de sa session annuelle, organisée du 25 juin au 3 juillet 2012. Les débats ont préparé la voie à la toute première session extraordinaire du Congrès météorologique mondial, qui se tiendra à la fin du mois d'octobre et sera consacrée à la gouvernance et à la mise en œuvre du CMSC.

L'OMM et nombre de ses partenaires du système des Nations Unies et d'ailleurs travaillent actuellement à l'élaboration du Cadre mondial, qui vise à combler les principales lacunes en matière de fourniture – aux populations les plus vulnérables surtout – d'informations sur le climat à caractère scientifique, et à adapter ces informations aux besoins d'un large éventail d'utilisateurs. Les domaines d'action prioritaires initiaux sont l'agriculture et la sécurité alimentaire, la gestion de l'eau, la prévention des catastrophes et la santé.

«La société a toujours été contrainte de faire face à la variabilité du climat, notamment aux extrêmes météorologiques,» a déclaré Michel Jarraud, Secrétaire général de l'OMM, «mais les effets conjugués du changement climatique, de la croissance démographique, de l'urbanisation et de la dégradation de l'environnement soulèvent à présent de nouveaux enjeux d'envergure.»

Se référant à la nécessité d'instaurer le CMSC, il a ajouté que «de nombreux processus décisionnels sont fondés sur les conditions climatiques passées. Or cela ne suffit plus, et pour prendre des décisions en meilleure connaissance de cause lorsque le climat entre en ligne de compte, il faut pouvoir accéder en temps voulu à des informations et à des prévisions climatologiques de qualité à échéance de plusieurs mois, années voire décennies».

Le CMSC jouera un grand rôle dans les politiques d'adaptation au changement climatique et de promotion du développement durable.

Parmi les autres priorités abordées par le Conseil exécutif figure la nécessité de renforcer la prévention des catastrophes eu égard à la vulnérabilité croissante des populations face aux dangers naturels, d'accélérer la mise en place du Système mondial intégré des systèmes d'observation de l'OMM (WIGOS) pour approfondir la connaissance de la planète Terre et, enfin, de développer les services de météorologie aéronautique compte tenu de l'évolution des besoins du secteur de l'aviation.

«Au moment même où se réunissait le Conseil exécutif, les aléas météorologiques continuaient de prélever leur tribut en vies humaines et de mettre à mal les moyens de subsistance des populations,» a déclaré le Président de l'OMM, David Grimes.

Le sud de la Chine et une partie de l'Inde ont été frappés par de graves inondations et le Royaume‑Uni a connu le mois de juin le plus arrosé de son histoire, marqué par des pluies torrentielles. Une vague de chaleur extrême a sévi en Espagne et en Italie tandis qu'au Sahara des millions de personnes étaient confrontées à une visibilité réduite et à une mauvaise qualité de l'air à cause des tempêtes de sable et de poussière. Dans une grande partie des États-Unis d'Amérique, il fait actuellement une chaleur torride et le Colorado doit faire face à des incendies de forêt dévastateurs. «Tout cela ne nous laisse pas le temps d'oublier les raisons pour lesquelles nous devons renforcer les services météorologiques, climatologiques et hydrologiques;» a poursuivi DavidGrimes, "la société a besoin en effet de se protéger".

Des partenariats solides

Le Conseil exécutif a souligné que le CMSC se devait d'être un mécanisme efficace de coordination qui mettrait à profit les initiatives existantes de l'OMM, de ses Membres et de divers organismes des Nations Unies. Il s'agirait d'instaurer de solides partenariats de façon à pouvoir remédier aux insuffisances constatées.

Le Conseil a fait valoir que le plan de mise en œuvre actuellement élaboré devait être «clair et concis et viser des objectifs et des résultats concrets afin de combler les lacunes des services climatologiques».

Il a salué le soutien sans réserve apporté à cette initiative par des partenaires comme la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), l'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture), la Stratégie internationale de prévention des catastrophes (SIPC), le Programme alimentaire mondial, l'OMS (Organisation mondiale de la santé), la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) et le Partenariat mondial pour l'eau. L'OMM et l'OMS s'attachent actuellement à mettre au point un atlas climatique et sanitaire pour montrer comment l'information climatologique peut être mise à profit pour améliorer la santé et lutter contre les maladies.

D'après le projet de plan de mise en œuvre du CMSC, il s'agira, durant les deux premières années, d'asseoir le Cadre mondial sur des bases solides et d'instaurer des partenariats, tant sur le plan national que sur le plan régional, ce qui permettra de mettre sur pied des activités plus conséquentes dans les années qui suivront.

Au bout de six ans, le Cadre mondial devrait avoir facilité la mise au point de services climatologiques améliorés dans les quatre secteurs prioritaires initiaux, et au bout de dix ans, de services climatologiques performants à l'échelle planétaire et dans tous les secteurs sensibles au climat (énergie et transports notamment), ainsi que l'accès à ces services.

Le projet de plan de mise en œuvre est actuellement revu par toutes les parties prenantes, y compris les gouvernements, et les premiers commentaires sont attendus avant le 15 juillet 2012. De nouvelles versions de ce plan seront diffusées en août et septembre prochains.

La science à notre service

Les connaissances scientifiques sur le climat doivent être mises au service du processus décisionnel à court, moyen et long terme pour tous les grands projets d'infrastructure – réservoirs, ouvrages de protection des côtes, etc. L'information climatologique permet d'estimer la mesure dans laquelle les énergies solaire et éolienne seront à même de répondre aux besoins énergétiques futurs. Le secteur de l'assurance et de la réassurance doit pouvoir accéder à des informations et à des services climatologiques fiables pour estimer les risques encourus, en particulier la fréquence et l'ampleur des conditions extrêmes.

L'accès généralisé à des services climatologiques de qualité se traduira par des retombées socio‑économiques substantielles à l'échelle du globe. Il permettra, pour un excellent rapport coût‑efficacité, d'améliorer le bien-être des populations en favorisant le développement, la prévention des catastrophes ainsi que l'adaptation au changement climatique et l'atténuation de ses effets.

Les exemples d'exploitation judicieuse de l'information climatologique ne manquent pas, mais ils sont trop souvent cantonnés à un lieu ou à un secteur particulier. C'est là une lacune que le CMSC s'attachera également à combler.

À l'heure actuelle, environ un tiers des 189 Membres de l'OMM ne dispose pas des capacités de base nécessaires pour fournir des services climatologiques.

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies qui fait autorité
pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

*********

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact avec:

Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques (tél.:+41(0)227308478;  courriel:cnullis@wmo.int)

 

sp
 
top
Rubriques connexes

Déclaration provisoire


 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité