Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 958

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

 

Apparition probable d’une anomalie El Niño de faible intensité
selon l’OMM

Genève, le 25 septembre 2012 (OMM) – Selon le dernier Info-Niño/Niña de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), une anomalie El Niño de faible intensité pourrait se développer en septembre et octobre et persister pendant l’hiver boréal.

Le phénomène El Niño est dû aux interactions à grande échelle de l’océan et de l’atmosphère. Il se caractérise par des températures anormalement élevées de la mer en surface dans les secteurs central et oriental du Pacifique tropical, alors que, dans ces mêmes zones, les températures deviennent inférieures à la normale pendant les épisodes La Niña. Ces deux phénomènes ont une grande influence sur le temps et le climat à l’échelle du globe.

«Le progrès des connaissances scientifiques au sujet des épisodes El Niño/La Niña nous ont permis d’améliorer de façon spectaculaire notre capacité de prévoir le climat une saison à l’avance» a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, M.Michel Jarraud. «La publication des bulletins Info-Niño/Niña à l’appui des services climatologiques est désormais considérée comme un outil important pour les secteurs de la réduction des risques de catastrophes, de la gestion des ressources en eau, de l’agriculture et de la santé» a-t-il ajouté.

L’OMM joue un rôle de premier plan dans la coordination des efforts déployés à l’échelle internationale afin d’améliorer les services climatologiques, notamment grâce à la diffusion de prévisions saisonnières et de perspectives d’évolution du climat à l’échelle régionale, et d’aider les pays à faire face à la variabilité du climat et à s’adapter aux changements climatiques. À cet égard, le Congrès météorologique mondial tiendra une session extraordinaire fin octobre pour décider du plan de mise en œuvre d’un Cadre mondial pour les services climatologiques.

Les bulletins Info-Niño/Niña de l’OMM sont un produit consensuel fondé sur les éléments d'information fournis par des centres de prévision du climat et des experts en la matière du monde entier. Ils sont considérés comme une source fiable d'information sur un phénomène qui peut avoir de grandes répercussions sur les populations et leurs moyens de subsistance dans de nombreuses régions du globe.

Selon le dernier Info-Niño/Niña, la température de la mer en surface dans le Pacifique tropical a augmenté en juillet et août 2012 jusqu’à atteindre des niveaux correspondant à une anomalie ElNiño de faible intensité. Toutefois, les caractéristiques atmosphériques d’une anomalie ElNiño – pression au niveau de la mer, alizés et nébulosité – ne se sont pas encore manifestées. Une réaction atmosphérique est pourtant nécessaire pour qu’une telle anomalie ait des effets climatiques à l’échelle du globe. On considère donc que le système océan-atmosphère dans son ensemble est actuellement dans un état neutre (ne correspondant ni à une anomalie El Niño, ni à une anomalie LaNiña), mais qu’il est plus probable qu’improbable qu’il évolue en temps voulu vers des conditions caractéristiques d’un épisode El Niño.

Selon la majorité des modèles de prévision climatique, il semble assez probable que des conditions caractéristiques d’un épisode ElNiño se développent en septembre et octobre et qu’elles persistent pendant l’hiver boréal 2012/13. Toujours d’après Info-Niño/Niña, si une anomalie ElNiño devait se confirmer, il est fort probable qu’elle soit de faible intensité, bien que la persistance de conditions neutres ne puisse être totalement écartée.

Il importe de noter que les phénomènes El Niño et La Niña ne sont pas les seuls facteurs qui déterminent les régimes climatiques à l’échelle du globe. Ainsi, les conditions qui règnent dans la partie tropicale de l'océan Indien et de l'océan Atlantique, par exemple, ont elles aussi une forte influence sur les régimes climatiques des régions continentales avoisinantes.

Dans les mois qui viennent, les spécialistes de la prévision climatique produiront des interprétations plus détaillées des fluctuations du climat à l'échelle régionale, dont la diffusion sera assurée par les Services météorologiques et hydrologiques nationaux.

 

Rappel des faits

À l’origine, El Niño (qui signifie «petit garçon» ou «enfant Jésus» en espagnol) était le nom que les pêcheurs de la côte ouest de l’Amérique du Sud donnaient à l’apparition d’eaux anormalement chaudes dans le Pacifique aux alentours de Noël. Le phénomène inverse est appelé LaNiña (qui signifie «petite fille»).

Deux épisodes ElNiño ou LaNiña ne sont jamais identiques. Ces épisodes varient en outre selon la période de l'année où les conditions qui les caractérisent se développent. Dans certaines régions du globe, d’autres phénomènes climatiques (tels que l’oscillation nord-atlantique) jouent également un rôle décisif dans l’évolution du climat.

Les bulletins Info-Niño/Niña de l’OMM ne traitent pas des incidences particulières des épisodes ElNiño ou LaNiña, et les Services météorologiques et hydrologiques nationaux sont chargés, à titre opérationnel, d’utiliser les informations disponibles sur ElNiño ou LaNiña et sur d’autres facteurs pour déterminer les incidences climatiques selon les pays. (La liste des Membres peut être consultée à l’adresse suivante: http://www.wmo.int/pages/members/members_fr.html.)

Par le passé, les épisodes ElNiño se produisant pendant l’automne et l’hiver boréals ont été notamment liés à un déficit pluviométrique dans certaines parties de l’Australie, en Indonésie, aux Philippines, dans le nord-est du Brésil, dans le sud-est de l’Afrique et dans certaines régions d’Asie.

Comme on a pu l’observer par le passé, ces épisodes vont aussi souvent de pair avec une pluviosité supérieure à la normale en Équateur et dans le nord du Pérou, dans le sud du Brésil jusqu’au centre de l’Argentine et dans certaines régions d’Afrique de l’Est. De plus, les hivers à ElNiño sont souvent plus doux dans l’ouest du Canada et certaines parties du nord des États-Unis, et plus humides dans le sud des États-Unis.


L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies
qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact avec:

Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques (tél.: +41 (0)22 730 84 78; tél. port.: +41 79 709 13 97)

Michael Williams, Chief, Communications and Public Affairs. Tel: +41 (0)22 730 8315.

sp
 
top

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité