Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 959

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

 

UNE STRATÉGIE AFRICAINE INTÉGRÉE POUR LA MÉTÉOROLOGIE
À L'ORDRE DU JOUR D'UNE CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE

Addis-Abeba/Genève/Victoria Falls (Zimbabwe), le 15 octobre 2012 – L'élaboration d'une stratégie africaine intégrée pour la météorologie afin de relever les défis que posent notamment le changement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes dominera l'ordre du jour d'une conférence ministérielle organisée au Zimbabwe du 15 au 19 octobre 2012.

La deuxième session de la Conférence ministérielle africaine sur la météorologie sera notamment axée sur les moyens à mettre en œuvre pour améliorer les services météorologiques et climatologiques dans la perspective du développement durable. Les principaux secteurs visés sont, entre autres, l'agriculture, l'eau, la santé, la prévention des catastrophes et les transports.

La réunion se tiendra à Victoria Falls (Zimbabwe) sous les auspices de l'Organisation météorologique mondiale, de la Commission de l'Union africaine et du Gouvernement zimbabwéen. Elle fait suite à la première Conférence des ministres responsables de la météorologie en Afrique, qui a eu lieu en 2010 et qui a débouché sur la Déclaration de Nairobi préconisant le renforcement des Services météorologiques et hydrologiques nationaux.

«Le continent africain est particulièrement vulnérable à la variabilité du climat et au changement climatique, la pauvreté et la dégradation de l'environnement constituant des facteurs aggravants,» a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud.

«Les catastrophes liées au temps et au climat semblent s'acharner sur l'Afrique. Le Sahel par exemple, en l'espace d'un an, a été frappé par la sécheresse et par des inondations, et la menace constante que constitue la désertification est maintenant aggravée par l'imminence d'une invasion d'acridiens. Nous devons mettre en œuvre des politiques transsectorielles pour empêcher que les dangers naturels ne se muent en catastrophes majeures,» a-t-il ajouté.

«La mise au point d'une stratégie africaine intégrée pour les services météorologiques et climatologiques contribuera à faire de ces derniers une composante essentielle de l'action menée à l'échelle nationale et régionale en faveur du développement durable, s'agissant notamment de la lutte contre la pauvreté, de l'adaptation au changement climatique et de la prévention des catastrophes,» a déclaré Tumusiime Rhoda Peace, Commissaire de l’Union africaine chargée de l’économie rurale et de l’agriculture.

«Cette stratégie stimulera par ailleurs la coopération entre les organisations africaines et contribuera à renforcer les capacités des Services météorologiques et hydrologiques nationaux et à accroître leur utilité.»

En Afrique, les Services météorologiques relèvent de divers ministères – transports, équipement, agriculture, environnement, etc. Il est donc d'autant plus important de renforcer le cadre institutionnel des services météorologiques, climatologiques et hydrologiques pour que le continent puisse relever les nombreux défis qui se posent à lui.

L'Afrique couvre 20% des terres émergées mais son réseau d'observation est le moins développé au monde. Il atteint à peine le huitième de la densité minimale requise par l'OMM. En outre, les ressources humaines et financières dont disposent les Services météorologiques sont dans la plupart des cas insuffisantes.

Cela étant, il existe quelques exemples de prestation de services météorologiques et climatologiques de qualité.

Prévision des phénomènes météorologiques extrêmes en Afrique australe: Un projet de démonstration concernant la prévision des conditions météorologiques extrêmes a été mis en place dans six pays d’Afrique australe: Afrique du Sud, Botswana, Madagascar, Mozambique, République-Unie de Tanzanie et Zimbabwe. Dans le cadre de ce projet, les populations reçoivent des informations plus précises sur les risques de pluies diluviennes et de vents destructeurs.

Le Mozambique, où des inondations avaient fait plus de 700 morts et ramené la croissance économique de 10 à 2 % en 2000, a pu atténuer les effets néfastes des inondations qui se sont produites par la suite grâce à des prévisions fiables, communiquées aux populations dans un langage facile à comprendre.

Ce projet va être étendu à tous les pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) ainsi qu’aux Comores et à d’autres communautés économiques régionales en Afrique.

Lutte contre la méningite – services climatologiques et sanitaires: La ceinture de la méningite s’étend du Sénégal à l’Éthiopie et concerne près de 300 millions de personnes. La poussière et un très faible taux d’humidité, conjugués aux mouvements de populations, ont été identifiés comme étant des facteurs très importants de propagation de la maladie.

Grâce à une meilleure compréhension des facteurs climatiques et environnementaux déterminants pour la santé, on pourra mieux repérer les zones à risque, mesurer et prévoir l'évolution de la ceinture de la méningite et adapter en conséquence les mesures prophylactiques et préventives. Des produits et des services météorologiques et climatologiques de qualité joueront un rôle important dans le cadre de la campagne de vaccination à grande échelle contre la méningite avec le vaccin conjugué A, qui devrait modifier radicalement l'épidémiologie de cette maladie en Afrique.

 

Augmentation des rendements agricoles en Afrique de l'Ouest grâce aux informations sur le temps et le climat: Au Mali, l’utilisation effective des services météorologiques et climatologiques pendant la saison des pluies a réduit de 35 % le taux de ressemis et accru les rendements agricoles de 20 à 25 %, augmentant ainsi le revenu des paysans. D’autres pays d’Afrique de l’Ouest suivent maintenant l’exemple du Mali.

Une série d'ateliers ont été organisés en Afrique de l'Ouest dans le but de rendre les services climatologiques accessibles et adaptés aux besoins des agriculteurs, entre autres utilisateurs. Il s'agit de projets pilotes se rapportant au Cadre mondial pour les services climatologiques, qui est actuellement élaboré par l'OMM et ses partenaires du système des Nations Unies et d'ailleurs.

Des forums régionaux sur l'évolution probable du climat ont été institués dans toute l'Afrique et des prévisions saisonnières sont désormais régulièrement diffusées. Ramenée à l'échelle nationale voire locale, l'information contenue dans ces prévisions saisonnières est devenue un outil de gestion important pour les secteurs de l'eau, de la santé, de la sécurité alimentaire et de la prévention des catastrophes.

Cadre mondial pour les services climatologiques

Le Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC), partenariat international réunissant les gouvernements et les organismes qui produisent et utilisent des informations sur le climat, permettra de renforcer et d'élargir, en s'appuyant sur les progrès de la science, les services qui sont actuellement fournis dans ce domaine. Les efforts porteront en priorité sur les 70 pays en développement – la plupart en Afrique – qui n'ont pas, ou guère, accès à l'information climatologique et qui sont particulièrement vulnérables face à la variabilité du climat et au changement climatique.

Le Cadre mondial pour les services climatologiques stimulera le dialogue entre ceux qui fournissent des services météorologiques et climatologiques et ceux qui les utilisent, notamment les décideurs gouvernementaux, les urbanistes, les responsables de la gestion des ressources en eau et les agriculteurs. Il est aussi conçu pour renforcer la coopération régionale et sous-régionale.

Dans ce contexte, la Conférence ministérielle africaine sur la météorologie (AMCOMET) sera un acteur clef de la mise en place du Cadre mondial pour les services climatologiques. L'actuelle session abordera la question de la mise en œuvre du Cadre mondial en Afrique et fera rapport au Congrès météorologique mondial, réuni en session extraordinaire du 29 au 31 octobre prochains.


L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies
qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact:

avec l'OMM:

Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques (tél.: +41 (0)22 730 84 78; tél. port.: +41 79 709 13 97)

Michael Williams, Chief, Communications and Public Affairs. Tel: +41 (0)22 730 8315

avec la Commission de l'Union africaine:

Wynne Musabayana, chef adjoint, Division de la communication et de l'information (tél.: +251 115 517 700)

sp
 
top

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité