Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 964

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

 

Satellites météorologiques et développement socio-économique:
un lien toujours plus étroit

Lugano (Suisse), le 6 novembre 2012 – Le Groupe de coordination pour les satellites météorologiques (CGMS) fête 40 ans de coopération fructueuse et se prépare à faire face aux besoins accrus d'un monde toujours plus vulnérable au temps et au climat.

Créé en 1972 par l'Europe, le Japon, les États-Unis et l'Organisation météorologique mondiale (OMM), le Groupe de coordination pour les satellites météorologiques (CGMS) a contribué à améliorer considérablement, à l'échelle mondiale, la planification, la coordination et l'utilisation des satellites météorologiques utilisés pour les prévisions et avis météorologiques, la recherche scientifique et, plus récemment, les études climatologiques.

Cette semaine, lors de la session marquant ses 40 ans d'activités, le CGMS mettra à profit l'expérience et le savoir-faire acquis au fil des ans pour définir un plan prioritaire de haut niveau lui permettant d'agir face aux défis que posera l'avènement d'une nouvelle génération de satellites météorologiques.

 «De plus en plus, les pays ont recours à des satellites météorologiques pour faire face aux besoins sans précédent concernant les informations relatives au temps, à l'eau et au climat» a indiqué le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud. «Grâce à la coordination et à la coopération que le CGMS assure au plan international, les observations par satellite peuvent jouer un rôle de premier plan dans le développement socio-économique et la lutte contre les catastrophes» a-t-il ajouté.

De nos jours, les observations par satellite sont une source importante de données d'observation pour les modèles de prévision météorologique numérique et pour la surveillance du climat. Les services météorologiques ont réagi à l'évolution de la demande en définissant des prescriptions plus rigoureuses pour les systèmes de satellites météorologiques.

Alors que l'OMM et ses partenaires mettent en place le Cadre mondial pour les services climatologiques, la fourniture de ces services reposera pour une grande partie sur l'architecture de la surveillance spatiale du climat et les référentiels de données climatiques qui lui sont associés. Forts de leurs longues séries d'observations par satellite (à partir desquelles sont dérivés les relevés climatiques) et de leurs programmes à long terme, les membres du CGMS sont mieux placés que quiconque pour contribuer à l'édification de cette architecture. 

En outre, ces dix prochaines années, la mise en exploitation de nouvelles générations de systèmes de satellites météorologiques, qui devrait contribuer à augmenter encore la fiabilité des prévisions, devra être coordonnée au mieux afin que les utilisateurs puissent tirer pleinement profit du perfectionnement des instruments embarqués. C'est pourquoi il importe que le CGMS continue de promouvoir la coopération internationale et de jouer un rôle pivot de coordination en ce qui concerne la gestion de la composante spatiale du Système mondial intégré des systèmes d'observation de l'OMM (WIGOS), tout en contribuant à orienter son évolution.  

Lors de sa quarantième session plénière, qui se tient à Lugano, en Suisse, du 5 au 8 novembre 2012, le CGMS étudiera ces enjeux, ainsi que les systèmes d'exploitation et de recherche-développement de ses membres, grâce auxquels il devrait être possible de garantir un accès rapide aux données des satellites météorologiques à l'échelle mondiale. La coordination et la coopération internationales se révèlent particulièrement précieuses dans la situation économique difficile qui est la nôtre.

Le CGMS doit son succès à sa fonction d'instance ouverte à tous au sein de laquelle les hauts responsables peuvent définir des objectifs stratégiques à long terme et où, en même temps, certaines questions plus précises peuvent être traitées en se fondant sur des connaissances techniques et scientifiques spécifiques. En outre, grâce à leurs connaissances spécialisées, les membres du CGMS sont à même de comprendre les besoins des utilisateurs finaux et d'en tenir compte dans leurs débats.

La quarantième session du CGMS est accueillie par le Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse et l'Office fédéral de météorologie et de climatologie, MétéoSuisse, en collaboration avec l'OMM. La séance plénière de cette quarantième session se tiendra les 7 et 8 novembre2012. Le Secrétariat du CGMS est assuré par EUMETSAT.

Rappel des faits:

Le Groupe de coordination pour les satellites météorologiques (CGMS) a été créé le 19septembre1972 par l'Europe, le Japon, les États-Unis d'Amérique et l'OMM afin de déterminer les intérêts communs dans les domaines de la conception, du fonctionnement et de l'utilisation des satellites météorologiques. Le CGMS compte aujourd'hui 15 membres, dont des agences spatiales axées sur l'exploitation et sur la recherche-développement, qui mettent au point des missions et des satellites climatologiques et météorologiques et assurent l'exploitation de ces derniers. De par son rôle unique d'organisation représentant les utilisateurs et les fournisseurs de données météorologiques du monde entier, l'OMM fait également partie du CGMS.

Régis par ses statuts, les objectifs du CGMS sont les suivants:

  • Coordonner des systèmes de satellites pérennes recueillant des données météorologiques et climatologiques, auxquels contribuent les agences exploitant des satellites opérationnels et des satellites de recherche-développement;
  • Grâce à une collaboration étroite avec l'OMM, répondre, autant que possible, aux besoins de cette dernière et des programmes connexes (WIGOS, COI de l'UNESCO, SMOC, etc.);
  • Harmoniser autant que possible les paramètres de mission des satellites météorologiques (orbites, capteurs, formes de présentation des données, fréquences des liaisons descendantes, etc.);
  • Encourager la complémentarité, la compatibilité et une éventuelle sauvegarde mutuelle en cas de défaillance du système grâce à la planification commune des missions (notion de «tous pour un»), la compatibilité des produits et services relatifs aux données météorologiques et la coordination des activités relatives à l'espace et aux données, en complétant ainsi l'action d'autres mécanismes internationaux de coordination dans le domaine des satellites;
  • Servir de cadre pour l'échange d'informations techniques sur les systèmes de satellites météorologiques et les missions connexes: rendre compte de l'état d'avancement et des plans futurs concernant ces satellites, ainsi que des questions liées aux télécommunications, des activités d'exploitation, de l'interétalonnage des capteurs, des algorithmes de traitement, des produits et de leur validation, de l'archivage et des formats et des normes de transmission des données.

CGMS :  40 ans de succès (1972-2012)

Au fil des ans, le CGMS a obtenu, directement ou indirectement, un certain nombre de résultats concrets:

1. Établissement d'une référence mondiale concernant la couverture des satellites météorologiques géostationnaires;

2. Établissement, au niveau mondial, d'un cadre de secours ou d'un dispositif de planification d'urgence («tous pour un»), auquel il a été fait appel à plusieurs reprises ces dernières décennies pour assurer la continuité de la couverture mondiale des données de satellites géostationnaires;

3. Optimisation du Système mondial d'observation (SMO) et mesures prises concernant les perspectives d'évolution du SMO à l'horizon 2025, telles qu'elles ont été définies par l'OMM;

4. Normalisation des formats de diffusion des données et planification coordonnée du passage d'un flux de données analogiques à un flux de données numériques pour une lecture directe des données provenant de satellites en orbite polaire;

5. Mise au point d'une norme commune pour le système international de collecte de données (IDCS);

6. Mise au point d'une stratégie intégrée de diffusion des données (GEONETCast);

7. Coordination de l'attribution des fréquences radioélectriques et de la protection des fréquences utilisées pour la télédétection par satellite;

8. Mise au point d'une méthode concertée d'étalonnage et d'interétalonnage (GSICS);

9. Promotion et mise au point d'un système coordonné de production de relevés climatiques
à partir des données d'observations obtenues par satellite (SCOPE-CM);

10. Mise au point d'un cadre pour l'amélioration de la qualité des produits de sondages thermodynamiques atmosphériques par satellite, des produits relatifs aux précipitations et des vecteurs de mouvement atmosphérique et parrainage de groupes scientifiques internationaux qui contribuent à ces activités;

11. Promotion d'une méthode commune d'archivage des données (essentielle pour les applications de surveillance du climat);

12. Promotion de la formation dans le domaine de l'utilisation des données météorologiques et autres données obtenues par satellite et de la mise en place du Laboratoire virtuel de formation (VLab).

 

Liens pertinents:

www.cgms-info.org

Brochure sur le CGMS (en anglais):

 

L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies
qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau


Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact:

Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques (tél.: +41 (0)22 730 84 78; tél. port.: +41 79 709 13 97)
Site Web de l’OMM: http://www.wmo.int.

Nina Aemisegger, Communications (tél.: +41 44 256 94 10)
Site Web de MétéoSuisse: http://www.meteoswiss.admin.ch/web/fr.html

Anne Taube, EUMETSAT, Relations internationales (tél.: +49 61 51 807 4190; tél. port.: +49-151 151 48 335)
Site Web d'Eumetsat: www.eumetsat.int

sp
 
top

 
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité