Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse N° 973

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

 

Le Conseil exécutif de l'Organisation météorologique mondiale met l'accent sur les services climatologiques, les systèmes d'observation et la recherche

GENÈVE, le 27 mai 2013 (OMM) – Le Conseil exécutif de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a pris des mesures visant à étoffer et à améliorer la recherche et les réseaux d'observation afin de nous permettre de mieux comprendre l'évolution rapide du climat et d'améliorer la qualité des services météorologiques indispensables à la société et à l'économie mondiale.

À l'occasion de sa session annuelle, tenue du 15 au 23 mai, le Conseil exécutif a également étudié la question de l'amélioration de la prévention des catastrophes et des systèmes d'alerte précoce afin d'augmenter notre capacité d'adaptation et de renforcer le développement durable.

En l'espace de quelques jours, le cyclone Mahasen, dans le golfe du Bengale, et les tornades meurtrières qui ont sévi aux États-Unis ont montré que tous les pays, qu'ils soient en développement ou développés, étaient vulnérables face aux catastrophes naturelles.

Parmi les priorités de cette session du Conseil exécutif figurait le Cadre mondial pour les services climatologiques, initiative internationale pluridisciplinaire dirigée par l'OMM, dont l'objectif est d'offrir à ceux qui en ont le plus besoin des services climatologiques faciles à exploiter. Plusieurs pays procèdent à la mise en place de services climatologiques à l'échelle nationale et l'OMM encourage l'expansion des centres climatologiques régionaux afin de faire face aux conséquences régionales de la variabilité du climat et des changements climatiques.

Le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud, a fait valoir que le Cadre mondial pour les services climatologiques mettrait les spécialistes du climat en rapport avec des experts d'autres secteurs, allant de la santé à l'énergie. «Notre collaboration doit porter sur un éventail varié de disciplines, de pays et d'organismes. Le défi auquel nous sommes confrontés est certes de taille, mais nous sommes en mesure d'y faire face», a-t-il souligné.

«Dans la plupart des pays, les informations relatives au climat sont insuffisantes. Les décisions relatives aux barrages et aux digues, par exemple, sont souvent fondées sur des statistiques rétrospectives et non sur des scénarios établis pour l'avenir. Or, pour ce type de décision, la connaissance du passé ne suffit plus pour préparer l'avenir. Nous devons nous adapter sans plus tarder au climat d'aujourd'hui et anticiper ce qui va se passer ces 50 à 100 prochaines années» a-t-il ajouté.

Pour ce faire, le Conseil exécutif a décidé de renforcer les partenariats et d'intensifier les activités dans les domaines de l'observation et de la recherche, et de resserrer les liens de coopération entre l'OMM et tous ses partenaires du système des Nations Unies, et même d'ailleurs.

Systèmes d'observation:

Les délibérations du Conseil exécutif ont notamment porté sur la manière d'accélérer la mise en place du nouveau Système mondial intégré des systèmes d'observation de l'OMM (WIGOS), dont nous avons besoin pour faire progresser la recherche en météorologie, la modélisation numérique, les capacités d'observation, ainsi que les technologies de l'information et des communications.«Futur pôle planétaire pour l'observation du temps, du climat et de l'eau», le WIGOS doit être mis en service en 2016. Une fois opérationnel, il nous permettra de mieux comprendre notre environnement, pour le plus grand profit de la société, et fournira les observations nécessaires au Cadre mondial pour les services climatologiques et aux programmes de réduction des risques de catastrophes et de météorologie aéronautique, notamment.

Le Conseil exécutif s'est félicité des mesures prises à l'échelle internationale pour renforcer le flux des observations par satellite utilisées pour les modèles de prévision numérique du temps à l'échelle du globe. Les services météorologiques ont besoin de ces modèles, qui simulent le comportement de l'atmosphère sur une période donnée, pour fournir des prévisions météorologiques de plus en plus pertinentes.

Recherche:

Le Conseil exécutif a réaffirmé que la recherche faisait partie des grandes priorités de l'OMM, car il est indispensable de mieux comprendre les variations que subissent la Terre, l'atmosphère et les océans. Il a souligné qu'il convenait de stimuler la recherche et la prévision portant sur les changements climatiques dans les régions polaires, puisque ces derniers devraient avoir des répercussions considérables sur le climat dans d'autres régions du monde.

Lors de la session, les observations transmises par plusieurs stations du réseau établi par l'OMM indiquant que les concentrations de dioxyde de carbone avaient franchi le cap symbolique des 400parties par million ont mis en évidence l'importance de la Veille de l'atmosphère globale de l'OMM. Le dioxyde de carbone, qui reste dans l'atmosphère pendant des milliers d'années, piège la chaleur et accentue le réchauffement de notre planète, ce qui a des répercussions sur tous les aspects de la vie sur Terre.

Une impulsion a été donnée aux mesures visant à améliorer les prévisions à l’échelle infrasaisonnière à saisonnière. En effet, le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud, et Lee Ilsoo, Représentant permanent de la République de Corée auprès de l'Organisation ont signé un mémorandum d'accord relatif à l'établissement, sur l'île de Jeju, d'un bureau ad hoc. Pour de nombreux domaines, comme la planification en matière d'adaptation au climat, les pratiques de gestion des risques et la bonne intendance des ressources naturelles, il est indispensable d'établir un véritable continuum de prévisions, de l'échelle météorologique à l'échelle climatique.

Prestation de services:

Source considérable de revenus pour de nombreux services météorologiques nationaux, la météorologie aéronautique revêt une importance capitale pour l'efficacité et la sécurité de l'aviation civile, ainsi que pour la préservation de l'environnement dans ce domaine. Le Conseil exécutif a étudié les prescriptions de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) concernant les systèmes de gestion de la qualité, ainsi que la mise en œuvre des Normes de compétence pour les personnels de la météorologie aéronautique, établies par l'OMM. Il a invité instamment les Membres à étudier la possibilité de recourir à des arrangements coopératifs de tutorat et de jumelage afin d'aider les services météorologiques à respecter ces prescriptions, ce qui sera essentiel pour se préparer à l'importante transition, pour les futurs systèmes de trafic aérien, vers une prestation de services axée sur les réseaux de communication et articulée davantage à l'échelle régionale.

 

Composé de 37 membres, le Conseil exécutif se réunit tous les ans.


L’Organisation météorologique mondiale est l’organisme des Nations Unies qui fait autorité pour les questions relatives au temps, au climat et à l’eau

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact avec:

Mme Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques (tél.:+41(0)227308478;  tél. port.: +41(0)797091397;  courriel:cnullis(at)wmo.int).

sp
 
top

© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité