Presse & médias world map
Presse & Médias > Communiqué de presse

 

Communiqué de presse 999

Les communiqués de presse sont destinés à l'information;
ils ne constituent pas un compte rendu officiel.

 

Des services de météorologie aéronautique parés pour l'avenir:
Une réunion dédiée à l'efficacité et à la sécurité face à une montée en flèche
du nombre de passagers

MM. Sun Chi-ming et Ian Lisk, Président et Vice-Président de la Commission de météorologie aéronautique© Observatoire de Hong Kong

Genève/Montréal, le 22 juillet 2014 (OMM) – Lors d'une réunion majeure, qui s'est tenue à Montréal (Canada), il a été question de l'avenir des services météorologiques, dont l'importance est capitale pour la sécurité et la régularité des vols dans un espace aérien où l'intensification des échanges revêt un caractère planétaire. Les cendres volcaniques et la météorologie de l'espace ont également figuré en bonne place sur l'ordre du jour.

La réunion météorologie à l'échelon division de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a lieu tous les dix ans. Du 9 au 18 juillet, elle a réuni, au siège de l'OACI, des représentants de compagnies aériennes, de services de navigation aérienne et de groupements de pilotes. Elle s'est déroulée conjointement avec la session de la Commission de météorologie aéronautique (CMAé) relevant de l'OMM, et a été précédée par une conférence technique de deux jours (7-8 juillet), destinée à étayer les débats, qui a porté sur l'avenir de la météorologie aéronautique.

«Le secteur aéronautique est en plein essor, tout comme la demande en services météorologiques performants et de rapport qualité-prix optimal visant à améliorer l'efficacité du trafic aérien et à réduire les retards et les encombrements dus aux conditions météorologiques. De nombreux bouleversements vont intervenir et nous devons nous y préparer», a expliqué M. ChiMing Shun, président de la CMAé, qui a été réélu pour un deuxième mandat de quatre ans.

Et d'ajouter: «Nous devons accepter ces défis et les considérer comme autant de chances à saisir car nous pourrons ainsi mettre en place de nouveaux services et intégrer de nouvelles technologies».

La réunion météorologie à l'échelon division a donné l'occasion aux acteurs du secteur de l’aviation civile de toute la planète de se réunir et d'aborder des thèmes cruciaux pour la météorologie aéronautique: aujourd'hui comme demain, les services doivent être axés sur les besoins des utilisateurs et viser une plus grande efficacité du trafic aérien tout en assurant la sécurité des passagers et des biens. Au titre du partenariat qui les unit, l'OACI définit les impératifs auxquels doivent répondre les services de météorologie aéronautique et l'OMM met au point des solutions opérationnelles adaptées en vue de s'y conformer. Leur dernière réunion conjointe remonte à 2002.

Un plan mondial de navigation aérienne

Dans le secteur aérien, le nombre de passagers a doublé depuis les années 70. Atteignant aujourd'hui quelque 3 milliards de personnes par an, il devrait doubler à nouveau d'ici à 2030, ce qui intensifiera la pression exercée sur les capacités aéroportuaires et l'espace aérien, notamment pour les aéroports-pivots et les principales voies aériennes.

Prenant acte des défis auxquels est confronté le secteur aéronautique, en termes de capacité et d'efficacité, l'OACI a lancé en 2013 une stratégie ajustable sur quinze ans visant à apporter au transport aérien, jusqu'en 2028 et au-delà, les améliorations globales prévues dans le Plan mondial de navigation aérienne.

Fondé sur une méthode de mise à niveaux par blocs, qui porte sur quatre domaines d’amélioration des performances associés à quatre échéanciers, le Plan comprend une stratégie de modernisation de la navigation aérienne internationale dont l'objectif final est la création d'un «ciel unique», c'est-à-dire un système mondial de navigation aérienne totalement harmonisé.

«Le passage de l'environnement actuel, où les contrôles de la circulation aérienne sont limités, à un espace aérien géré globalement donne la possibilité d'étoffer et de moderniser les services de météorologie aéronautique en tirant profit des progrès scientifiques et techniques pour améliorer ou renouveler les méthodes d'élaboration et de diffusion des produits et services requis», a déclaré M. Greg Brock, chef de la section de météorologie de l'OACI.

Le Plan mondial de navigation aérienne a des incidences majeures sur les Services météorologiques nationaux. En effet, il prévoit la généralisation des modèles mondiaux et régionaux de prestation de services météorologiques à l’aviation.

Les Services météorologiques nationaux des Membres jouent un rôle clé car ils fournissent aux aéroports des observations météorologiques de qualité, qui portent sur des paramètres comme le vent de surface, la visibilité, la nébulosité, la température et la pression atmosphérique, ainsi que des rapports sur les conditions météorologiques qui pourraient nuire au fonctionnement des aéroports, comme la neige, la glace, les turbulences et les orages. À l'heure actuelle, les Membres communiquent des informations ou des avis concernant les risques d'orage, de givrage d’aéronef ou de turbulence pour les voies qui commencent sur leur territoire. Ils s'appuient sur un ensemble de systèmes d'observation régionaux et mondiaux – dont le Système mondial de prévisions de zone et la veille des volcans le long des voies aériennes internationales – grâce auxquels les utilisateurs peuvent disposer, entre autres éléments, de prévisions de vent, de température et d’humidité à différents niveaux de vol ainsi que d'informations sur les cendres volcaniques présentes dans l’atmosphère, ce qui leur permet d'établir les plans de vol les plus avantageux et les plus sûrs.

La réunion conjointe de l'OMM et de l'OACI a aussi été l'occasion d'aborder d'autres questions liées à la prestation de services météorologiques à l’aviation, notamment la gouvernance, le recouvrement des coûts, la coopération régionale et sous-régionale, la gestion de la qualité et les compétences du personnel.

Les débats ont également porté sur les thèmes suivants:

Le changement climatique: Les organisations partenaires ayant manifesté leur intérêt pour l'étude des répercussions possibles des changements climatiques sur le transport aérien, la CMAé a organisé, lors de sa conférence technique, des exposés scientifiques sur les incidences que pourraient avoir ces changements sur le fonctionnement des aéroports et les conditions météorologiques en route, ainsi que sur les modifications probables des itinéraires dues aux répercussions du changement climatique sur le commerce, le tourisme et l'industrie. En outre, les infrastructures de certains aéroports côtiers pourraient être touchées par la hausse du niveau des océans dans la mesure où de nombreuses pistes sont construites sur des terres gagnées sur la mer.

La météorologie de l'espace: Principalement influencée par les fluctuations de l'activité solaire, la météorologie de l'espace englobe les conditions et processus observés dans l’espace. Elle a des répercussions sur les systèmes de télécommunication et de navigation et fragilise de ce fait la navigation aérienne, notamment au-dessus des pôles. Aussi la communauté scientifique internationale, dont fait partie l'OMM, va-t-elle s'employer dans les quatre prochaines années à définir de nouveaux critères et mettre en place de nouveaux services dans le domaine de la météorologie de l'espace.

Les cendres volcaniques: Sur notre planète, une vingtaine de volcans sont en éruption à un même moment, ce qui représente un danger potentiel pour l'aviation car on sait que les cendres volcaniques peuvent endommager les réacteurs. En étroite coopération avec l'OMM, l'OACI a établi neuf centres d’avis de cendres volcaniques à travers le monde. Lors d'une éruption, le centre compétent émet un avis de cendres volcaniques sur la base des observations recueillies par un observatoire vulcanologique national, d'images satellitaires, d'autres types d'observations et de prévisions fondées sur des modèles perfectionnés de transport et de dispersion des cendres. Les perturbations du transport aérien et les pertes économiques engendrées par l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll
en 2010 ont donné lieu à un sursaut en matière de coopération internationale et de recherche scientifique, l'objectif étant d'améliorer la concertation lors des futures éruptions.

Les participants à la réunion conjointe de l'OACI et de l'OMM ont discuté de la marche à suivre pour mieux harmoniser à l'avenir les modèles de prestation de services concernant les cendres volcaniques afin de limiter les perturbations causées par les éruptions volcaniques tout en assurant la sécurité des vols.

 


Temps, climat et eau

Note aux rédacteurs: Pour plus de détails sur la réunion conjointe CMAé/réunion météorologie à l’échelon division de l’OACI, rendez-vous à l'adresse http://caem-15.wmo.int/.

Pour de plus amples renseignements, veuillez prendre contact avec:

Clare Nullis, attachée de presse, Bureau de la communication et des relations publiques (tél.: +41 (0)22 730 84 78; tél. port.: +41 (0)79 709 13 97; courriel: cnullis@wmo.int) ou Michael Williams, chef du Bureau de la communication et des relations publiques (tél. fixe: +41 (0)22 730 83 15).

 

sp
 
top

© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité