Août 2009

Temps, climat et sécurité alimentaire / “Scellons l’Accord” sur le changement climatique / Détecter et prévoir l’intensité d’un tsunami / Fonds de bourses d’études du GIEC / Renforcement des mesures de réduction des risques de catastrophes en Europe du Sud-Est / Lancement d’un nouveau satellite météorologique / Imagerie satellite et Année polaire internationale

line

Temps, climat et sécurité alimentaire

Le 8 juillet, l’OMM et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont signé un mémorandum d’accord qui témoigne d’une préoccupation commune au sujet du changement climatique et de l’influence des facteurs météorologiques et climatiques sur la famine, l’alimentation et la sécurité alimentaire.

Le mémorandum d’accord devrait permettre une collaboration plus efficace et renforcer les moyens dont disposent les pays pour protéger les populations les plus vulnérables et leurs moyens de subsistance.

back to top

line

“Scellons l’Accord” sur le changement climatique

Michel Jarraud, Secrétaire général de l’OMM, ainsi que quatre autres hauts fonctionnaires des Nations Unies, ont ajouté leur nom à la pétition exhortant les dirigeants de tous les pays à «Sceller l’Accord» («Seal the deal») à Copenhague, Danemark, en décembre 2009. Ce nouvel accord sur le changement climatique a pour ambition de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

Centre d’Actualité de l’ONU

back to top

line

Détecter et prévoir l’intensité d’un tsunami

  image

 

Image credit: NOAA

Les scientifiques de la NOAA, Administration américaine pour les océans et l'atmosphère, ont démontré pour la première fois que les tsunamis qui se forment en haute mer peuvent provoquer un changement dans la texture de la surface des océans mesurable par les radars embarqués sur satellite. La découverte pourrait permettre de sauver des vies grâce à une meilleure détection et prévision de l’intensité des tsunamis ainsi que de leur évolution à la surface de l’océan.

Davantage d’informations (en anglais)

back to top

line

Fonds de bourses d’études du GIEC

Depuis le 9 juillet 2009, il est possible de faire un don au Fonds de bourses d’études du GIEC. Le premier donateur fut Mme Gro Harlem Brundtland, ex-première ministre de la Norvège et ancienne Directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé.

La décision de mettre en place ce Fonds a été prise en plénière suite à l’attribution du prix Nobel de la paix au GIEC le 9 décembre 2007. L’objectif est de renforcer et de développer les capacités scientifiques dans les pays qui seront le plus touchés par les effets du changement climatique.

Davantage d’informations sur le Fonds (en anglais)

back to top

line

Renforcement des mesures de réduction des risques de catastrophes en Europe du Sud-Est

L’OMM et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) collaborent sur un nouveau projet, soutenu par la Commission européenne, visant à réduire les risques de catastrophes en Europe du Sud-Est. L’objectif est de consolider les systèmes d’évaluation des risques et les mécanismes d’alerte relatifs aux extrêmes climatiques et météorologiques par le biais d’une coopération et d’une coordination étroite entre les fournisseurs de l’information et les organismes chargés de la gestion des catastrophes.

Communiqué de presse de l’OMM

back to top

line

imageLancement d’un nouveau satellite météorologique

Le dernier Satellite géostationnaire d’exploitation pour l’étude de l’environnement (GOES-O) a été lancé le 27 juin par les États-Unis d’Amérique. GOES-O sera rebaptisé GOES-14 dans environ une semaine, une fois qu’il aura atteint son orbite finale à quelque 36 000 km au-dessus de l’équateur. Après le test de mise sur orbite, il sera placé en mode stockage, prêt à entrer en service lorsque nécessaire pour remplacer l’un des satellites GOES opérationnels exploités par l’Administration américaine pour les océans et l'atmosphère (NOAA).

Il s’agit du deuxième des séries de satellites GOES à technologie plus avancée, contenant des capteurs capables de détecter plus précisément les positions et de retransmettre à une fréquence plus élevée des images de tempêtes d’une meilleure résolution que les séries GOES K, L, et M.

Le réseau de satellites GOES fournit une surveillance permanente du temps à près de 60 pour cent de la planète. Le dernier satellite surveille également les éruptions solaires susceptibles de perturber les communications sur la Terre et enregistre les variations climatiques.

L’Administration américaine pour l'aéronautique et l'espace (NASA) dirige le développement et le lancement des satellites GOES pour le compte de la NOAA.

 

back to top

line

Imagerie satellite et Année polaire internationale

Les nouvelles technologies de l’espace jouent un rôle majeur dans l’explication de l’influence des régions polaires sur l’environnement et le changement climatique. Le Centre National d’Études Spatiales (CNES) français et Spot Image participent à une série de programmes de recherche pour l’Année polaire internationale (API), pour laquelle une immense bibliothèque d’images des régions polaires a été créée à partir de l’instrument de prise de vue HRS (haute résolution stéréoscopique) de SPOT 5.

Site Web API Spot Image

Site Web API CNES

back to top

line

 

 

 

 

 

 

Version condensée
   
  Français


Rubriques
  Dans les nouvelles
  Vient de paraître

Archives MétéoMonde
 
 
Contact: Éditrice MétéoMonde - WMO ©2008 Genève, Suisse

 

 

.