Août 2006 Téléchargements & liens

Événement récents

 

Conseil exécutif de l'OMM - 58ème session

Programme de diplôme en ligne: MSc en météorologie opérationnelle 

Colloque sur les systèmes d'alerte rapide multidanger pour une gestion intégrée des risques de catastrophe  

Huitième Colloque international sur le vent

Colloque sur la mousson d'hiver en Asie

Troisieme Conference Internationale sur les Systemes d'alerte Precoce (Ewc III)

 

 

Conseil exécutif de l'OMM - 58ème session  

Le Conseil exécutif de l’OMM a tenu sa 58ème session à Genève du 20 au 30 juin, sous la présidence de M. A. Bedritskiy.

Les experts y ont convenu de moyens pour faire progresser les systèmes d’observation dans le monde ainsi que la recherche sur le temps; le climat et l’eau et pour améliorer sa mise en oeuvre afin de répondre aux besoins de la société. Des mesures significatives ont été prises afin d'utiliser le savoir-faire scientifique et technique de l'OMM dans la réduction des risques de catastrophes et l'atténuation de leurs effets.

image

Des dispositions importantes ont également été prises pour améliorer la qualité et la fourniture des produits et des services fournis par les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) dans des domaines, tels que les systèmes d’alerte précoce, l’analyse de risques et la cartographie ainsi que les programmes de formation et les services d’approche.  La visée générale de ces politiques est d’accroître l’impact du savoir-faire scientifique et technique de l’OMM dans les processus de décision en matière de réduction des risques de catastrophe. A cet égard, l’OMM joue un rôle actif dans la constitution de partenariats avec des agences techniques afin d’améliorer les capacités de détection, de contrôle et de prévision des risques d’origine météorologique, hydrologique et climatique par des projets et des initiatives interdisciplinaires.  En outre, l’OMM cherche à intensifier la collaboration avec les organisations engagées dans la préparation et la réaction aux situations d’urgence, dans le développement et le financement afin de procéder à une intégration plus efficace de l’information scientifique dans la réduction et la gestion des risques de catastrophes. Elle est en train de lancer de nouvelles activités et initiatives afin de développer les capacités en matière de prévention et d’atténuation des catastrophes naturelles d’origine météorologique, hydrologique et climatique pour le réseau de SMHN et ses parties prenantes, notamment dans les pays en développement et les moins avancés. 

Les activités de création de capacités de l’OMM à travers la formation et le transfert de technologies sont également en train d’être renforcées dans les applications et les services climatiques.  De telles activités sont menées à bien avec d’autres organisations spécialisées afin d’améliorer le développement de produits et de services orientés vers les utilisateurs.

 

Renforcer et intégrer les systèmes d’observation

Le Conseil exécutif a décidé de poursuivre le processus d’amélioration entre les systèmes d’observation de l’OMM.

Il a notamment souligné le rôle important que joue le système mondial de télécommunications de l’OMM (SMT) dans le soutien des systèmes d’alerte précoce multi-danger.

Le Conseil a également reconnu l’importance capitale du rapprochement entre le système d’alerte précoce aux tsunamis et le système existant d’alerte précoce aux cyclones tropicaux et aux marées de tempête dans la région de l’océan Indien afin d’optimiser les atouts d’un système multi-danger pour sauver les vies et les biens dans les zones côtières.

Des progrès considérables ont été accomplis dans le renforcement de capacités des pays en développement en matière d’instruments et de méthodes d’observation. A cet égard, le Conseil exécutif a également souligné le travail majeur que l’OMM accomplit en matière de promotion de la normalisation et de la compatibilité des instruments et méthodes d'observation des phénomènes météorologiques et autres variables géophysiques et environnementales.

Les participants ont également mis en lumière l’importance du Global Space-based Inter-Calibration System qui vise à assurer la comparativité des relevés de satellites fournis par différents instruments et programmes et à consigner ces mesures en références absolues. 

Le Conseil a exprimé sa satisfaction quant au rôle actif joué par l’OMM dans le Système mondial des systèmes d'observation de la Terre. Il a encouragé les Membres de l’OMM à devenir membres du Groupe sur l'observation de la Terre (GEO) et a adopté une résolution visant à rendre toutes les données essentielles accessibles à l’ensemble de la communauté du GEO grâce à l’interface interopérationnelle.  (Voir le Communiqué de presse N° 721)

 
Améliorer les connaissances en matière de climat

Le Conseil exécutif a souligné l’importance de la conférence «Faire face à la variabilité et à l’évolution du climat: interprétation des incertitudes et gestion des risques» qui se tiendra du 17 au 21 juillet 2006 à Espoo, Finlande. Cette manifestation est organisée par l’OMM et patronnée par l'Institut météorologique finlandais et l'Institut international de recherche sur le climat et la société. Elle a pour objectif d’étudier les moyens d’intégrer les risques et les incertitudes liées au climat aux processus décisionnels lorsque la sensibilisation à la variabilité et au changement climatique n’est qu’un facteur parmi tant d’autres. Les experts feront appel aux expériences d'organismes publics ou privés des quatre coins du monde appelés à gérer des risques, en particulier des risques d’origine climatique.

Le Conseil exécutif a soutenu le rôle majeur de l’OMM dans l'entretien et le renforcement des réseaux mondiaux consacrés aux variables climatiques essentielles (gaz à effet de serre, ozone et aérosols) ainsi que dans l’établissement d’un réseau spécialisé dans l’observation du dioxyde de carbone et du méthane dans atmosphère. Il a exprimé sa satisfaction quant à la sortie, au mois de mars, de la première édition du Bulletin de l’OMM sur les gaz à effet de serre (voir Communiqué de presse N° 744). 

 

Les préparatifs de l’Année polaire internationale vont bon train

Le Conseil exécutif a rendu hommage au rôle actif joué par les SMHN dans l’élaboration de propositions de recherche consacrées à l’étude de l’atmosphère, de l’océan et du climat ainsi qu’à leur engagement dans la mise en œuvre des objectifs de l’Année polaire internationale 2007-2008 – une campagne de grande envergure organisée à l’initiative du Conseil international pour la science et de l’OMM.

L’API 2007-2008 consistera en un vaste programme international rempli d’activités scientifiques interdisciplinaires de recherche et d’observations concentrées sur les régions polaires. Ses travaux seront notamment consacrés à l’étude de l’atmosphère, des océans, de la cryosphère – eau gelée sous forme de neige, sol gelé en permanence (permafrost), glace flottante et glaciers - des écosystèmes ainsi que des conditions socio-économiques des populations locales.


Avantages économiques et sociaux des services météorologiques, climatiques et hydrologiques

Le Conseil exécutif a souligné les bienfaits économiques et sociaux résultant de la fourniture de services météorologiques, hydrologiques et services connexes ainsi que la contribution essentielle des SMHN au développement durable des nations.  Une conférence internationale «Sécurité et avenir de l’humanité: les avantages socio-économiques des services météorologiques, climatologiques et hydrologiques» se tiendra à Madrid, Espagne, du 19 au 23 mars 2007 sous les auspices de S.M. la Reine d’Espagne. Cet événement revêt une importance majeure dans l’amélioration des connaissances sur les services disponibles et les besoins des utilisateurs. 


Conférences scientifiques

Trois éminents scientifiques ont donné des conférences. La présentation de Mme Carolina Vera (CIMA/Département des sciences de l’atmosphère et des océans, Université de Buenos Aires, Argentine) était consacrée aux réalisations et aux perspectives au sein du Programme mondial de recherche sur le climat: les systèmes de mousson dans les Amériques. M. José Achache, Groupe sur l'observation de la Terre (GEO) Directeur du Secrétariat, a abordé le thème du “Rôle de la science dans la mise en oeuvre de GEOSS”. M. Udo Gärtner, membre du Comité exécutif du GEO, s’est quant à lui exprimé sur “Le rôle des SMHN dans la mise en oeuvre de GEOSS”.

Le Conseil exécutif a décidé que la Journée météorologique mondiale 2008 aurait pour sujet: “Observer notre planète pour un meilleur avenir”.

La réunion annuelle du Conseil exécutif, composé de 37 membres élus, est présidée par le Président de l’OMM, M. Alexander Bedritskiy.

La prochaine session du Conseil exécutif se tiendra du 28 au 30 mai 2007, tout de suite après la session quadriennale du Congrès météorologique mondial (7-27 mai 2007), l’organe directeur suprême de l’Organisation.

 

image

Programme de diplôme en ligne: MSc en météorologie opérationnelle 

Un programme diplômant de Master en sciences (MSc) spécialisé en météorologie vient d’être mis au point au bout de deux ans et demi. L’objectif de ce cursus est d’offrir au personnel des Services météorologiques et hydrologiques nationaux des pays en développement la possibilité d’obtenir un MSc en météorologie opérationnelle en deux ans sans grand bouleversement dans leurs tâches professionnelles. Le développement de ce programme a été financé par le Service météorologique national américain et fait appel à des administrateurs et à des professeurs de l’Institut de météorologie et d'hydrologie des Caraïbes, de l’Université du Costa Rica, de l’Université Erasmus de Rotterdam, de la Florida International University (FIU) et de l’Université des Antilles néerlandaises ainsi que du Programme de coopération pour l'enseignement et la formation en météorologie opérationnelle (COMET).

Fin juin 2006, un atelier d’une semaine de formation de formateurs s’est tenu à la FIU de Miami, Floride, sous la direction de Gerard Baars (Université Erasmus), un expert en matière de formation en ligne. Les 20 professeurs qui commenceront à enseigner dans le cadre du programme ont pu aménager leurs propres cours de formation en ligne. Celle-ci se poursuivra en ligne sur 4-5 mois. Un petit cours sur l’apprentissage via Internet est programmé pour le premier groupe de 15 à 20 étudiants en janvier 2007.

image

Actuellement, le cursus couvre les matières suivantes: prévision et analyse météorologique, instruments et méthodes d’observation, climatologie, hydrométéorologie, météorologie agricole, océanographie, gestion financière, gestion des ressources humaines, gestion des risques environnementaux, gestion de l’information, relations internationales et services météorologiques destinés au public. Il contiendra à la fois des sujets théoriques et une formation pratique.

Cette activité sera gérée par la Online Learning Foundation for Meteorology and Hydrology (OLFMH) qui a été créée spécialement à cet effet à Curaçao, Antilles Néerlandaises. La Fondation disposera d’un comité scientifique composé des représentants des institutions participantes. L’OMM et les autres parties intéressées seront invitées à participer à des réunions du Comité scientifique de la OLFMH. La structure a été conçue pour être flexible, avec une possibilité d’extension du programme, si désiré.

Ce programme diplômant comprend 24 mois de travail en cours, plus un projet individuel. Les étudiants doivent consacrer au moins 20 heures par semaine à la formation et aux cours. Il est admis que tout ne peut pas être traité en ligne. C’est la raison pour laquelle, le système prévoit de créer ce que l’on appelle une «cohorte», en utilisant un apprentissage mixte ; c’est-à-dire qu’il sera fondé en premier lieu sur l'enseignement en ligne mais comprendra également de courtes sessions présentielles afin que les étudiants et les professeurs fassent plus ample connaissance. Au moins trois sessions présentielles sont prévues sur la période de 24 mois. Le matériel de cours sera disponible soit en ligne, soit sur papier.

Le critère d’admission au programme de MSc en météorologie opérationnelle est un baccalauréat, ou équivalent, et de solides connaissances en mathématiques et en physique. Si le critère d’admission n’est pas totalement satisfait ou que le diplôme requis a été obtenu depuis un certain temps déjà, des cours de préparation seront dispensés en ligne juste avant le début du programme. En ce qui concerne la première session, les cours préparatoires doivent débuter en septembre 2006, et le programme en janvier 2007.

Le premier groupe d’étudiants est en phase finale de sélection qu sein du Conseil régional IV (Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes). L’enseignement du premier groupe sera dispensé en anglais. Pour le second groupe, dont le début est planifié pour septembre 2007, les cours seront en espagnol. Les estimations de coûts initiales par étudiant pour les 2 années de programme MSc est de 30 000 dollars, voyage et matériel pédagogique compris. Les SMHN peuvent payer directement à titre individuel mais il sera fait appel à des bailleurs de fonds lorsque nécessaire. A l’avenir, il est envisagé d’étendre le programme à d’autres Régions de l’OMM, en y intégrant d’autres cours, d’autres institutions et d’autres langues.

La principale plateforme de soutien de ce cours sera le système Blackboard, un système de gestion de l’enseignement en ligne financé et entretenu par l’Université Erasmus. Les étudiants et les instructeurs disposeront de connexions à large bande afin d’optimiser l’utilisation de la formation. Blackboard est l’une des plateformes existantes pour ce type d’interactivité via Internet. Il s’agit d’un outil offrant une grande souplesse pour l’enseignement, les conférences et l’interactivité. Il est disponible 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

Plus de détails sur le site web du programme (www.e-met.org) ou de la Online Learning Foundation for Meteorology and Hydrology (http://www.e-met.blogspot.com/). E-mail:  revers@cura.net

Adresse postale: Irenelaan 3, Curacao, Netherlands Antilles

Voir également sous: http://www.comet.ucar.edu/ and http://www.wmo.int/web/etr

image

Colloque sur les systèmes d'alerte rapide multidanger pour une gestion intégrée des risques de catastrophe (23-24 mai, siège de l’OMM, Genève, Suisse) 

Ce colloque a réuni quelque 90 experts en différentes disciplines provenant de 18 organismes internationaux, nationaux et régionaux avec 2 principaux objectifs:

  1. Recommander l’adoption d’une approche globale pour le renforcement des systèmes d’alerte rapide s’appuyant sur les capacités déjà existantes des différents pays;

  2. Approfondir le concept d’une approche multidanger en matière de systèmes d’alerte rapide, en explorer toutes les potentialités sur le plan des réductions de coûts et des synergies et recommander les études et/ou mesures nécessaires afin de bien cerner tous les aspects d’une telle approche.

Le colloque était coparrainé par l’OMM, la Banque mondiale, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et la Stratégie internationale de prévention des catastrophes (SIPC).

Le colloque a développé des recommandations et a classé les actions par ordre de priorité afin de combler les lacunes et de couvrir les aspects gestionnels, organisationnels et opérationnels des systèmes d’alerte rapide au service de la réduction des risques de catastrophes.   Les mesures à prendre ont été identifiées pour renforcer les capacités d'alerte rapide tant à l'échelon national que sur le plan régional et international. Ces recommandations serviront également à encourager les partenariats ainsi qu’une approche mieux coordonnée vers le renforcement des capacités à tous les niveaux.

Les résultats de ce symposium fourniront des directives afin de mieux comprendre le concept d’"approche multi-danger" et d'en évaluer l'applicabilité aux systèmes d'alerte rapide. Il sera dûment tenu compte des recommandations issues du colloque dans le programme intégré de la SIPC, qui fera l'objet d'amples consultations avec les gouvernements et les organisations compétentes.

Voir également les activités de l’OMM dans la présente édition de MétéoMonde et sous http://www.wmo.int/disasters/

 

image

Huitième Colloque international sur le vent  

Le huitième Colloque international sur le vent (IWW) s’est tenu à Beijing, Chine, du 24 au 28 avril 2006. Il était accueilli par le Centre national de météorologie satellitale (NSMC) de l’Administration météorologique chinoise (CMA) et co-organisé par EUMETSAT. L’événement était également copatronné par l’OMM, le Service météorologique japonais (JMA) et le Service national d'information, de données et de satellites pour l'étude de l'environnement (NESDIS) de la NOAA.

image

Réunissant quelque 50 participants venus de 17 pays et organisations, les sept sessions plénières de cette manifestation avaient pour principal objectif le traitement et l’utilisation de vecteurs de mouvements atmosphériques et autres plate-formes d’observation par satellite produisant – ou destinées à produire – des informations sur les vents. Les réunions de groupes de travail ont débattu de trois questions ayant trait aux vecteurs de mouvements atmosphériques: les méthodes, l’assimilation et l’identification des données.  Les groupes de travail se sont notamment penchés sur les questions et recommandations proposées par le Groupe de coordination pour les satellites météorologiques (CGMS).

Le prochain IWW consistera en un événement conjoint consacré au Sondeur vertical opérationnel perfectionné de TIROS et à un atelier sur les précipitations. Il se tiendra en 2008 à Genève, Suisse.

Voir sous: http://www.wmo.int/web/sat/satsun.html

 

image

Colloque sur la mousson d'hiver en Asie (4 au 7 avril 2006, Kuala Lumpur, Malaisie)

L’expérience sur la mousson d’hiver (Winter Monsoon Experiment - WMONEX) vise à mieux faire comprendre les processus responsables de la variabilité de la mousson sur les régions d’Asie de l’Est et de l’Australie. Il s’agit de l’une des plus grandes expériences mondiales du premier Programme de recherches sur l'atmosphère globale (GARP). Elle a été menée à la fin des années 1970 avec un centre opérationnel situé à Kuala Lumpur, Malaisie. Près de trente ans plus tard, plus de 100 scientifiques venant de presque 20 pays se sont réunis à Kuala Lumpur, Malaisie, pour commémorer cette expérience au cours d’un colloque international intitulé Winter MONEX: A Quarter Century and Beyond. Ce colloque était patronné par l’OMM et le Service météorologique malaisien en collaboration avec le Asia-Pacific Economic Cooperation Climate Center, le Pacific Science Association Meteorology and Atmospheric Sciences Committee et le Centre de recherche sur le système climatique de l'Université de Tokyo. L’organisation générale et le programme scientifique étaient dirigés par un comité d’action international présidé par M. Chow Kok Kee, ancien directeur général du Service météorologique malaisien et par un comité scientifique international présidé par le Professeur C. P. Chang, de la Naval Postgraduate School, Monterey, Californie, États-Unis.

image

Participants au Colloque "Winter MONEX: a Quarter century and beyond"  

Le Colloque a passé en revue les résultats obtenus par Winter MONEX, a souligné les progrès accomplis dans la recherche sur la mousson en Asie orientale et a débattu de projets de coopération sur des activités liées à la mousson dans la région s’étendant de l’Asie orientale à l’Australie. 76 conférences scientifiques au total ont suivi l’allocution introductive du Prof. Taroh Matsuno (Japon). Les exposés étaient notamment consacrés à la recherche actuelle mais avec un coup d’œil rétrospectif sur les contributions de Winter MONEX et des réalisations accomplies depuis lors. L’un des thèmes majeurs était l’amélioration de la connaissance de la structure et de la dynamique des vagues de froid et de leurs interactions avec les circulations à l'échelle de la planète. Elle étudie également la structure et l’évolution des tourbillons proches des côtes de Bornéo ainsi que le comportement du courant transéquatorial et la structure de systèmes de convection. Une découverte marquante de Winter MONEX concerne le cycle diurne de convection au-dessus du sud de la Mer de Chine et de la Malaisie sur lequel les systèmes d’observation par satellites tels que la Mission pour la mesure des pluies tropicales ont maintenant fourni d’importantes informations. Celui-ci a attiré l’attention de la communauté des spécialistes en modélisation numérique afin d’améliorer la simulation du cycle de précipitations diurne. Les préoccupations majeures restent la prévision et la prévisibilité de la mousson, le cycle annuel et la variabilité interannuelle ainsi que les variations décadaires et à long terme.

Une table ronde a été organisée sur la coopération future concernant la recherche et les prévisions sur la mousson. Les scientifiques des centres de prévisions opérationnels et des instituts de recherche ont étudié comment la coopération internationale pourrait contribuer à améliorer la précision des prévisions saisonnières et à long terme et de leurs applications. D’une manière générale, le colloque a surtout permis de renforcer le lien entre la théorie et la pratique et de combler le fossé entre les centres universitaires et les centres opérationnels. Enfin, les centres météorologiques de la région ont été invités à organiser la collecte et l’archivage de leurs données relatives à la mousson et à coopérer au développement de systèmes perfectionnés pour la prévision de la mousson.

Voir sous: http://www.wmo.int/web/arep/wwrp/wwrp_homepage.shtml et sous:

http://www.wmo.int/web/arep/tmrp/tmrp_homepage.shtml

 

image

 

Troisieme Conference Internationale sur les Systemes d'alerte Precoce (Ewc III)

A l’occasion de cette importante manifestation qui s’est tenue à Bonn, Allemagne du 27 au 29 mars 2006, plusieurs orateurs de renom ont rendu hommage aux contributions de l'OMM et des Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) en matière de systèmes d'alerte précoce. L’Envoyé spécial de l’ONU pour la reconstruction des pays ravagés par le tsunami, l’ex-Président des États-Unis, W. J. Clinton, a rappelé que près de 90 pour cent de toutes les catastrophes sont d’origine hydrométéorologique et a souligné la nécessité d’adopter une approche multi-danger. Sir David King, conseiller scientifique en chef auprès du Gouvernement de Sa Majesté au Royaume-Uni a insisté sur l’importance du réseau de SMHN comme structure essentielle dans la coordination des informations et des capacités techniques au service des systèmes d’alerte précoce nationaux. 

           

image

Les progrès accomplis dans les développements techniques régionaux du système d’alerte aux tsunamis dans l’océan Indien ont été passés en revue au cours d’une table ronde spéciale. Les pays riverains de l’océan Indien ont été invités à accélérer le développement de leur système d’alerte aux tsunamis et de leurs mécanismes de réaction dans une perspective multi-danger.  Le Président Clinton et Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes naturelles ont annoncé qu’une série de services seraient offerts par un consortium de sept agences des Nations Unies et autres organismes internationaux, dont l’OMM, afin d’aider les gouvernements.

Un compendium de titres et de résumés de plus de 100 projets soumis au EWC-III, dont ceux de l’OMM et de plusieurs SMHN, a été élaboré.

Davantage d’informations sous: http://www.wmo.int/disasters/ewc3
et http://www.ewc3.org/upload/downloads/Compendium.pdf.

ainsi que la rubrique "Activités de l'OMM" dans la présente édition de MétéoMonde.

 

image

 

Version imprimable français
Archives MétéoMonde
Il y a 50 ans...
Anniversaires
Événements météorologiques et climatiques à fort impact
 
Liens
Galerie d'art
GEO
Année polaire internationale (IPY)