Décembre 2006 Téléchargements & liens

Revue de presse

Lu pour vous

Aeronomy of the Middle Atmosphere—chemistry and physics of the stratosphere and mesosphere
G.P. Brasseur, S. Solomon.
Springer (2005).
ISBN 1-4020-3284-6.
xii + 646 p.
Prix: 54£/89,95$ É.-U.

L’atmosphère moyenne (située entre la tropopause et la thermosphère) est particulièrement vulnérable aux perturbations extérieures telles que la variabilité du soleil, les éruptions volcaniques et les émissions d’origine humaine.

L’introduction porte sur l’évolution de l’atmosphère terrestre et le rôle d’une concentration croissante en oxydes d’azote, en méthane et en dioxyde de carbone. Les auteurs y soulignent l’importance de l’oxygène et de l’ozone, protecteurs de la vie photosynthétique. Dans les six chapitres suivants, ils exposent de façon relativement détaillée les processus naturels qui régissent actuellement l’atmosphère et évaluent les incidences possibles des activités humaines sur ceux-ci.

Le chapitre 2, qui commence par une liste de définitions utiles, présente des notions essentielles de chimie physique se rapportant aux études de l’atmosphère.

Le chapitre 3 présente les principes fondamentaux des processus dynamiques et de transport au-dessus de la tropopause. Il explique les effets de la dynamique de l’atmosphère sur les constituants chimiques et donne des notions de base concernant les modèles tridimensionnels (de la circulation générale) et les modèles de transport chimique simulant la formation, le transport et la destruction de composés chimiques dans l’atmosphère. Des questions météorologiques et climatologiques liées à la dynamique de la troposphère sont aussi présentées et illustrées d’exemples.

Le chapitre 4 résume des aspects importants du transfert radiatif par rapport au bilan énergétique et aux processus photolytiques. On peut considérer l’atmosphère comme un mélange de gaz et de particules qui absorbent et dispersent l’énergie électromagnétique du soleil et le rayonnement infrarouge de la Terre. L’ouvrage donne des détails sur l’énergie solaire et les perturbations dues à la présence à diverses altitudes d’atomes et de molécules qui entrent dans la composition de l’atmosphère. Il présente les effets photochimiques du rayonnement sur de nombreuses particules d’une importance particulière pour l’ozone atmosphérique et indique des méthodes de calcul de coeffi cients de photodissociation, utiles pour élaborer des modèles numériques.

Les chapitres 5 et 6 constituent la partie centrale de l’ouvrage. Le chapitre 5 décrit les processus chimiques et photochimiques que subissent les principaux constituants de l’atmosphère moyenne. Il porte sur la distribution et le comportement de divers constituants et sur les bilans atmosphériques globaux. Ainsi, le bilan de l’ozone et sa dépendance vis-à-vis d’autres composés sont bien expliqués. Les auteurs indiquent que la concentration d’ozone se trouve sous le contrôle dynamique de la tropopause jusqu’à 25 km d’altitude environ, où se situe la majeure partie de l’ozone total. Ils décrivent ses variations latitudinales et saisonnières et le rôle des nuages stratosphériques polaires dans le processus de destruction hivernale et printanière de l’ozone polaire.

Le chapitre 6 porte sur les perturbations d’origine humaine que subit l’ozone en raison des composés de son régime. Il commence par une explication de la manière dont le rayonnement solaire, la température locale et certains composés chimiques affectent l’ozone à des altitudes contrôlées chimiquement de la haute stratosphère et de la mésosphère, ce qui impose des contraintes importantes à la compréhension chimique des perturbations que connaît l’ozone. L’observation des tendances de l’ozone de la haute stratosphère a démontré les incidences à long terme des hydrocarbures chlorofl uorés de cette zone, comme on a commencé à le supposer vers le milieu des années 70. Vient ensuite une description détaillée de l’appauvrissement de la couche d’ozone dans la basse stratosphère et du rôle important des composés chlorés et de la chimie hétérogène des nuages stratosphériques polaires dans la formation du trou d’ozone observé au printemps au-dessus de l’Antarctique. L’interaction complexe de la dynamique et de la chimie qui infl ue sur l’appauvrissement de la couche d’ozone dans l’Arctique et les latitudes moyennes et le rôle de la température dans la basse stratosphère sont en cours d’analyse. Il est à noter que les auteurs ne disposaient pas, au moment de la rédaction de l’ouvrage, des études les plus récentes selon lesquelles la concentration d’ozone ne remontera pas avant 2065 environ. La plupart des illustrations de ce chapitre sont fondées sur des données d’observation datant de la moitié des années 90 alors qu’il existe actuellement des informations à jour publiées près de 10 années plus tard.

Le chapitre 7 donne un aperçu de l’ionisation qui affecte les processus chimiques de la mésosphère et de la stratosphère. Des électrons sont présents en très petites quantités au-dessous de la stratopause. Des ions positifs et négatifs dominent la composition ionique de la stratosphère tandis que des ions positifs et des électrons dominent la mésosphère et la thermosphère. Il eut été plus logique d’inclure ces informations dans le chapitre 5 (composition et chimie de l’atmosphère moyenne). L’ouvrage cite un grand nombre de références (1 686), mais presque aucune ne date d’après 1999. Les lecteurs intéressés trouveront d’autres références en consultant les publications citées ainsi que le périodique Assessments of the State of the Ozone Layer publié par l’OMM. Malheureusement, les auteurs ne renvoient à aucun des sites Web qui contiennent une grande quantité d’informations à jour sur l’ozone et des questions connexes. Six appendices donnent des informations utiles sur les constantes physiques, les facteurs de conversion, etc.

L’ouvrage présente un grand nombre d’illustrations et un vaste index.

Ce livre donne un aperçu complet et à jour des processus chimiques, dynamiques et radiatifs qui affectent l’ozone et des composés chimiques apparentés de l’atmosphère moyenne. Il devrait être utile aux étudiants de deuxième et de troisième cycle ainsi qu’aux chercheurs.

Rumen D. Bojkov
bojkovR@aol.com

Un modelo de costes para la meteorología oficial en España

[Modèle de détermination des coûts pour la météorologie officielle en Espagne]
Dr B. Rodríguez Mallol
Ministère espagnol de l’environnement (2006).
ISBN 84-8320-352-9.
214 p.
Prix: 10€.

Cet ouvrage propose quelques solutions concrètes face à un problème particulier que connaissent les Services météorologiques nationaux: présenter une justification correcte des investissements dans la technologie et des frais généraux relatifs à leurs activités principales à l’appui de divers secteurs socioéconomiques.

Dans le chapitre premier, l’auteur explique que l’accroissement progressif du produit intérieur brut dans le secteur public de la plupart des pays, qui fi nance les activités météorologiques dans la majorité des cas, entraîne inévitablement une augmentation de la demande de qualité et de la gamme de services offerts par le secteur public, puisque les taxes et les impôts des usagers se sont considérablement élevés, eux aussi.

L’ouvrage souligne la nécessité de clarifi er le coût des divers services offerts par un Service météorologique offi ciel tel que celui de l’Espagne à des secteurs tels que ceux de la défense, de la protection civile et de l’aéronautique, par exemple. En fait, dans ce dernier cas, les règles de mise en oeuvre du ciel unique européen exigent une comptabilité transparente et distincte pour chaque rubrique des prestataires de services aéronautiques, ce qui est pratiquement impossible sans un système de comptabilité analytique où l’on applique des critères de distribution pour les frais indirects en forte augmentation de ce secteur de la météorologie. L’auteur souligne que les investissements de plus en plus lourds effectués dans les radars, les satellites et les super-ordinateurs utilisés pour la météorologie contribuent à soutenir les activités d’analyse et de prévision, ellesmêmes appliquées aux divers secteurs intéressant les usagers.

L’ouvrage indique qu’un modèle de détermination du coût des activités météorologiques devrait permettre de calculer le prix des activités commerciales afi n de défi nir des politiques appropriées pour la fixation des coûts publics ou privés, ainsi que le coût des projets de recherche-développement, et devrait servir d’outil de gestion et de contrôle interne pour calculer le coût de chaque centre de frais ou des activités secondaires et principales.

Les chapitres III et IV donnent un aperçu de la normalisation de la comptabilité dans divers pays et en particulier de la comptabilité analytique dans le secteur public.

Les chapitres V et VI décrivent en détail la structure du modèle de détermination des coûts proposé pour l’Institut national espagnol de la météorologie et soulignent l’importance du système de comptabilité analytique normalisée destinée aux organes administratifs (Contabilidad Analítica Normalizada para Organismos Administrativos) établi par le Service de comptabilité du Gouvernement espagnol (Intervención General de la Administración del Estado). Ce système, qui a pour objet de normaliser autant que possible la comptabilité interne des divers organes gouvernementaux, a été personnalisé pour la météorologie espagnole en particulier.

L’ouvrage décrit le modèle de détermination des coûts, fondé sur les coûts d’origine (af férents à une période financière fermée), sur une approche dualiste radicale (distincte de la comptabilité générale) et sur une comptabilisation du coût complet qui tient compte de tous les coûts, qu’ils soient fi xes ou variables, directs ou indirects. Ce modèle, pour l’essentiel, est aussi fondé sur le calcul des frais accessoires, en étayant les frais principaux, sur les activités primaires ou principales (offrir des services aux divers secteurs socioéconomiques), sur la gestion et sur les activités générales ou administratives.

Le chapitre X indique que des outils tels que la comptabilité analytique permettent d’accroître l’efficacité d’un SMN, mais que seule une gestion autonome et décentralisée avec des objectifs clairs et des indicateurs précis permet d’en arriver là. Ce chapitre souligne l’importance de tels outils pour l’étude homogène et documentée du ratio coûts-avantages de la météorologie dans divers secteurs ainsi que la nécessité d’un accord international sur les critères de distribution des frais indirects et sur la classification des activités des SMN. Cela est nécessaire pour étalonner de façon rationnelle ou pour comparer les ratios coûts-avantages de ces activités. L’auteur signale que le rôle de l’OMM dans ce domaine pourrait être essentiel.

José Luis Martin Sánchez
jlmartin@inm.es

Nouveaux ouvrages reçus

The global climate system

H.A. Bridgman et J.E. Oliver.
Cambridge University Press (2006).
ISBN 0-521-82642-X.
xviii + 331 p.
Prix: 35£/70$ É.-U.

Depuis une vingtaine d’années, les progrès de la climatologie ont permis d’obtenir un ensemble d’explications sur la structure des climats du globe. Ce manuel analyse le système climatique terrestre à la lumière de l’incroyable prolifération des données disponibles, des systèmes d’extraction de données et des applications satellitaires et informatiques. Les auteurs étudient les anomalies climatiques régionales, les progrès des téléconnexions, des séquences inhabituelles de l’évolution récente du climat et les incidences des activités humaines sur le système climatique. Ils envisagent aussi les aspects économiques et sociaux du système climatique mondial. Chaque chapitre contient un essai rédigé par un spécialiste du domaine considéré.

Fundamentals of geophysical fluid dynamics

J.C. McWilliams.
Cambridge University Press (2006).
ISBN 0-521-85637-X.
xvii + 249 p.
Prix: 40£/75$ É.-U.

Cet ouvrage est une introduction à la dynamique géophysique des fluides s’adressant aux étudiants de niveau intermédiaire à supérieur en physique, chimie et/ou biologie de l’environnement fl uide de la Terre. Les lecteurs doivent bien connaître la physique (dynamique générale (mécanique)) et les mathématiques (équations aux dérivées partielles).

Frontiers of climate modeling

J.T. Kiehl et V. Ramanathan (Eds.).
Cambridge University Press (2006).
ISBN 0-521-79132-4. x + 387 p.
Prix: 70£/120$ É.-U.

La physique et la dynamique de l’atmosphère et les interactions atmosphère-océan constituent le fondement des modèles climatiques modernes, sur lesquels sont basées la chimie et la biologie des processus océaniques et terrestres. Cet ouvrage présente les progrès de la modélisation de l’atmosphère et leurs incidences pour notre compréhension de l’évolution du climat, qu’elle soit due à des causes naturelles ou aux activités humaines. Il porte en particulier sur la façon dont les gaz à effet de serre et les aérosols altèrent le forçage radiatif du système climatique et sur la sensibilité de celui-ci à de telles perturbations.

Predictability of weather and climate

T. Palmer et R. Hagedorn.
Cambridge University Press (2006).
ISBN 0-521-84882-2.
xv + 702 p.
Prix: 85£/150$ É.-U.

La prévisibilité du temps et du climat a beaucoup progressé au cours des dernières années, tant du point de vue de la compréhension des processus qui déterminent la prévisibilité que de celui des techniques employées pour modéliser et prévoir cette prévisibilité. Cet ouvrage concerne la prévisibilité sur un plan théorique et pratique, à une échelle temporelle allant de quelques jours à plusieurs décennies. On y parle de la prévisibilité des phénomènes météorologiques, des systèmes couplés océan-atmosphère et des changements climatiques dus aux activités humaines. Des systèmes d’ensemble de prévision de la prévisibilité sont présentés. E. Lorenz, fondateur de la théorie du chaos, contribue à l’analyse théorique dans un article inédit.

Noctilucent Clouds and Mesosphere (A historical review)

Wilfried Schröder
Science Edition,
D-28777 Bremen.
ISSN 1615-2824.
115 p.
Prix: 10€.


 

Version imprimable français
Archives MétéoMonde
Il y a 50 ans...
Anniversaires
Événements météorologiques et climatiques à fort impact
 
Liens
Galerie d'art
GEO
Année polaire internationale (IPY)