Décembre 2006 Téléchargements & liens

Journée météorologique mondiale 2006
Prévention des catastrophes naturelles et atténuation de leurs effets 

Après une année 2005 émaillée de catastrophes naturelles dans le monde, dont l’ouragan Katrina, les inondations de Mumbai ou le séisme au Pakistan, le thème de la Journée météorologique mondiale 2006 s’imposait presque.

L’orateur principal lors de la cérémonie organisée au siège de l’OMM était Sir David King, conseiller scientifique en chef auprès du gouvernement de Sa Majesté au Royaume-Uni. Dans une interview spéciale pour le Bulletin de l’OMM, il a déclaré: 

«Il faut avant tout parvenir à mettre en place un plan global de réduction des risques liés aux catastrophes qui intègre à la fois les systèmes d'analyse des dangers et des risques et les systèmes d'alerte précoce. Les systèmes d'alerte doivent devenir un élément de la vie de chacun si l’on veut qu’ils soient facilement accessibles et aisément compréhensibles, et il en va de même en ce qui concerne les systèmes de réduction des risques au sens large. Il convient de favoriser l'échange d'informations à l'échelle du globe par la mise au point de formats universels de données et la conclusion d'accords d'échanges de données. Il s’agit également de définir le rôle que les organisations les plus compétentes devraient jouer elles aussi sur le plan mondial».

A l’occasion de la Journée météorologique mondiale 2006, l’OMM a produit un nouveau film intitulé: “Contribuer à l’avènement d’un monde plus sûr”, centré sur le rôle capital des alertes précoces combinées à une planification efficace des actions – les deux axes majeurs autour desquels doivent s’organiser les stratégies nationales de prévention des catastrophes. Le film est illustré par des mesures de prévention au Bangladesh et en Afrique du Sud qui ont permis de réaliser des progrès considérables dans la réduction des pertes dues aux cyclones tropicaux dans le premier cas et à la sécheresse dans le second.

Le dossier d’information de l’OMM: “Prévention des catastrophes naturelles et atténuation de leurs effets” a été distribué dans le monde entier. Il comprend une brochure complète qui expose en détail le processus des systèmes d’alerte précoce de bout en bout et les contributions des SMHN pour sauver les vies et les biens en anticipant les catastrophes naturelles. 

L’Organisation tenait également un stand au Secrétariat des Nations Unies à New York. Le personnel de l’ONU et les visiteurs ont trouvé l’exposition intéressante et informative. 

Manifestations nationales  

C’était réellement une journée portes ouvertes au Service météorologique d’Antigua et Barbuda où les visiteurs ont été invités à jeter un œil “dans les coulisses”. 

Le Service météorologique national du Belize a organisé un salon de deux jours à Battlefield Park où de nombreuses organisations ont animé des expositions mettant en lumière soit l’eau dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau le 22 mars, soit le thème de la JMM 2006. La manifestation a attiré des centaines de visiteurs et d’étudiants.

Plusieurs ministres du gouvernement ont pris part aux festivités de l’Institut national de météorologie du Brésil qui avait organisé un programme d’une journée fait de conférences et de discours sur la prévention des catastrophes naturelles et l’atténuation de leurs effets. 

Le Service météorologique de Brunei a profité de cette Journée pour inaugurer un nouvel immeuble qui accueillera des bureaux ainsi que des centres de données climatiques et de surveillance. Une exposition d’instruments météorologiques a également été mise sur pied et les visiteurs, parmi lesquels de nombreux étudiants, ont pu examiner la nouvelle station météorologique automatique.

En Éthiopie, l’Agence nationale des services météorologiques a organisé des manifestations dans les bureaux à travers le pays, au cours desquelles des représentants du gouvernement ont rencontré le personnel actuel et ancien. Le ministre d’État chargé des ressources hydrologiques a rendu hommage au rôle de l’agence et a confirmé que le gouvernement entendait la renforcer de toutes les manières possibles. Les cérémonies ont bénéficié d’une large couverture dans les médias. 

Le service d’hydrométéorologie du Guyana a organisé un salon du livre de deux jours à la Bibliothèque nationale. La manifestation a été relatée dans l’éditorial de la Guyana Chronicle et dans un programme radio local. 

L’Observatoire de Hong Kong (Chine) a ouvert ses portes pendant plusieurs jours; le public y était invité à se mettre dans la peau d’un présentateur météo de la télévision pendant que le personnel expliquait comment les prévisions étaient réalisées.  

Le Service météorologique du Kenya a organisé un grand nombre d’activités auxquelles étaient conviés des représentants des agences des Nations Unies, des ministères, du secteur privé ainsi que des étudiants, des enseignants et le grand public.

Le centre météorologique national de la Jamahiriya arabe libyenne a célébré la Journée météorologique mondiale 2006 sur le campus de l’Université de Garyounis à Benghazi. Une station d’observation a été inaugurée, un calendrier arabe a été produit, le film de l’OMM a été projeté, une exposition sur les bulletins climatiques et météorologiques a été organisée ainsi qu’un colloque scientifique sur le thème de la Journée.  

À l’Île Maurice, les services météorologiques ont organisé un atelier d’une demi-journée dans leurs locaux. D’éminentes personnalités et divers secteurs socio-économiques y ont participé.  

Aux Pays-Bas, la couverture média a été particulièrement remarquable selon l’Institut météorologique national, dont les efforts ont débouché sur des entretiens dans des émissions de télévision et de radio dans tout le pays ainsi que sur plusieurs articles dans les journaux et sur les sites web.

Le Département de météorologie du Pakistan a organisé une exposition de trois jours consacrée aux instruments et aux cartes à l’Institut de météorologie et de géophysique de Karachi. D’autres activités similaires se tenaient également à Lahore. Toutes ont fait l’objet de reportages à la télévision et d’articles dans la presse.  

Roshydromet a organisé à Moscou une conférence de presse à laquelle ont assisté plus de 25 journalistes. Elle a donné lieu à plusieurs articles et émissions de télévision. Ailleurs dans la Fédération de Russie, des tables rondes, des réunions et des conférences scientifiques sur le thème de la Journée météorologique mondiale 2006 ont également été largement couvertes par la presse. 

Le dramatique tsunami de décembre 2004 était encore dans les esprits à l’Agence nationale de l’environnement de Singapour lors de l’inauguration du système de surveillance sismique. Le service météorologique a également lancé la première édition de Meteo Flash. Cette publication de huit pages comprenait un insert pratique et facile à comprendre contenant des informations vitales sur les mesures à prendre en cas de catastrophe naturelle. 

En Espagne, la ministre de l’Environnement, Mme Christina Narbona, a participé à une cérémonie à l’Institut météorologique national, qui a retenu l’attention de la télévision, de la radio et de la presse écrite. Des manifestations ont également eu lieu dans quatorze centres régionaux. 

Plusieurs ministres se sont réunis à l’Université de Khartoum, au Soudan, pour visiter une exposition et une station agrométéorologique entièrement rénovée. Cinq communications scientifiques ont été présentées. 

L'institut météorologique national de Tunisie a également fait état d’un 23 mars très réussi, avec la présentation de plusieurs communications scientifiques importantes.  

L'Ouzbékistan a concentré ses activités sur une table ronde au service d’hydrométéorologie au cours de laquelle des rapports ont été présentés sur le thème de la Journée, avec une attention spéciale pour les menaces de coulées de boue et les avalanches. Ces débats ont été largement répercutés dans les médias.  

Des cérémonies très intéressantes ont également eu lieu dans d’autres SMHN du monde, dont le Costa Rica, Macao (Chine), le Pérou, la Pologne, l’Uruguay et le Venezuela.  

Le thème de la Journée météorologique mondiale de l’an prochain sera “Météorologie polaire: compréhension des incidences à l’échelle planétaire”, confirmant ainsi que ces régions sont particulièrement sensibles au réchauffement global et doivent faire l’objet de nouvelles recherches si nous voulons mieux comprendre la nature de leur influence sur le reste de la planète.

Version imprimable français
Archives MétéoMonde
Il y a 50 ans...
Anniversaires
Événements météorologiques et climatiques à fort impact
 
Liens
Galerie d'art
GEO
Année polaire internationale (IPY)