Décembre 2007

Activités de l'OMM

line

Mieux prévenir les crues éclair / La Niña est de retour, sous une forme atypique / WMO World Climate Applications and Services Programme and Climate Information and Prediction Services / Météorologie maritime / Changement climatique et tourisme /Météorologie aéronautique

line

Mieux prévenir les crues éclair

L’OMM soutien ses Membres dans leur lutte contre les crues éclair en améliorant les systèmes d’alerte précoce et en renforçant les capacités au niveau local afin de répondre de manière adéquate à ces phénomènes extrêmes.

Les collectivités doivent être en alerte permanente contre les crues éclair et veiller à ce que des systèmes soient mis en place pour enregistrer rapidement l’élévation des niveaux d’eau. Ces prévisions peuvent permettre de commencer à évacuer les populations des zones à risque.

crues

Les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) font face à des défis complexes s’agissant de prévoir quand et où les crues éclair frapperont. Les services de crise sont confrontés à des dilemmes analogues en raison du délai d’alerte restreint dont ils disposent.

En octobre 2007, l’OMM a copatronné un atelier réunissant des représentants des SMHN, des services d’intervention en cas de catastrophe et les collectivités locales d’Europe centrale et orientale – une région qui a subi de lourdes pertes humaines et économiques à la suite de crues éclair. L’objectif de cette manifestation consistait à réduire la vulnérabilité des communautés exposées à ces phénomènes.

Il est ressorti que la mise en place d’une stratégie nationale globale pouvait aider à coordonner les différentes parties afin de à minimiser les pertes et réduire la vulnérabilité des collectivités locales. A cet effet, il est primordial de sensibiliser le public par le biais des écoles et des médias. Le secteur privé, de son côté, peut fournir des ressources pour les interventions d’urgence et les opérations de relèvement.

Certains pays de la région ont renforcé leurs capacités de surveillance, de prévision et d’alerte alors que d’autres bataillent encore pour trouver les financements nécessaires à de tels investissements.

L’OMM conduit le Programme associé de gestion des crues qui soutient les pays par une politique intégrée de gestion des crues. Cette démarche s’attache à mettre en valeur aussi bien les terres que les ressources en eau dans un même bassin fluvial et vise à donner son ampleur maximale à l’exploitation rationnelle des plaines d’inondation, tout en réduisant autant que possible les pertes en vies humaines.

haut

line

La Niña est de retour, sous une forme atypique

Le bulletin Info Niño/Niña publié par l’OMM le 31 octobre indiquait qu’un épisode de La Niña était observé dans le centre et l'est du Pacifique équatorial, avec des températures de surface de la mer inférieures d'environ 1,5°C à la normale. Les manifestations de ce phénomène devraient persister durant les trois premiers mois de 2008.

L'ampleur des anomalies actuelles de la température de surface de la mer dans le centre et l'est du Pacifique équatorial se situe dans la moyenne si l'on se réfère aux précédents épisodes LaNiña. Toutefois, l'épisode actuel se démarque sensiblement de ses prédécesseurs dans la mesure où l'on a constaté dans l'océan Indien un refroidissement général au large de la côte nord de l'Australie, autour des îles occidentales de l'Indonésie, alors que c'est généralement une anomalie chaude qui est associée dans cette région à un épisode La Niña survenant à l'échelle du bassin. En outre, l'enchaînement des événements qui ont conduit à la situation actuelle est inhabituel vu que les conditions dénotant un épisode La Niña ne se sont véritablement installées qu'après une interruption, entre avril et juin, de l'évolution amorcée dans ce sens.

sunset

Tant que perdurera cette situation, il faut s'attendre à des régimes climatiques inhabituels – qui ne sont pas caractéristiques d'un épisode La Niña – dans les régions continentales adjacentes. Ainsi, certaines régions d'Afrique orientale ont connu des précipitations anormalement abondantes tandis qu'une sécheresse persistante sévit dans de nombreuses régions de l'Australie.

Dans ces circonstances, il est nécessaire, pour pouvoir gérer le plus efficacement possible les risques liés au climat, de consulter soigneusement les prévisions climatiques saisonnières élaborées par les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) pour des régions précises.

L'OMM continuera de suivre de près l'évolution de la situation de concert avec les SMHN.

Le bulletin Info Niño/Niña est établi en collaboration avec l'Institut international de recherche sur le climat et la société et avec le concours des SMHN, des centres régionaux et mondiaux de prévision et de recherche et d'experts indépendants.

LA NIÑA ET LE DIPÔLE DE L’OCEAN INDIEN

Le fait que les températures océaniques observées entre l'Australie et la partie occidentale de l'océan Indien soient inférieures à la normale est lié à la phase positive du dipôle de l'océan Indien, un mode de variabilité du système climatique découvert récemment.

Dans sa phase positive, le dipôle de l'océan Indien se manifeste par des anomalies froides de la température de surface de la mer dans l'est de l'océan Indien équatorial, près des côtes indonésiennes et australiennes, et par des anomalies chaudes dans l'ouest, près des côtes malgaches. La phase négative a des caractéristiques inverses.

haut

line

WMO World Climate Applications and Services Programme and Climate Information and Prediction Services

Sand- and duststorms

En collaboration avec plusieurs partenaires, l’OMM est en train de mettre sur pied un système de réduction des risques destiné à aider les pays à faire face aux violentes tempêtes de sable et de poussière.

Les vents de tempêtes soufflant sur les déserts peuvent transporter des milliers de tonnes de particules de sable et de poussière à travers les continents et les déposer sur les villes. Ces particules sont composées d’aérosols minéraux qui aggravent les maladies cardiovasculaires et respiratorires chez les hommes et les animaux. Elles peuvent également être porteuses de maladies, telles que les spores responsables de la fièvre du désert en Amérique du nord et du sud alors que les tempêtes de poussière ont plutôt été rattachées à des épidémies de méningite à travers le continent africain. Les zones exposées aux tempêtes de poussière présentent des incidences d’asthme.

La désertification, qui peut être liée au changement climatique, ajoutée à des techniques de sylviculture et d’agriculture inappropriées, accentue l’érosion provoquée par les tempêtes de sable et de poussière. La conjonction de ces facteurs aboutit à long terme au transport et au dépôt par voie aérogène de nutriments et de matériaux toxiques, tels que les engrais, les herbicides, les pesticides et les déchets chimiques qui accompagnent les particules du sol.

tempete   L’OMM veille à ce que toutes les régions du monde touchées par les tempêtes de sable et de poussière aient accès à des prévisions et des analyses.

De nombreux pays pourraient tirer parti d'un système d'alerte mondial permettant de coordonner et de fournir des prévisions détaillées diffusées par les centres météorologiques. Ces prévisions indiqueraient quand et où des panaches de sable et de poussière se produiront et fourniraient aux gouvernements, aux entreprises et aux collectivités des renseignements susceptibles de minimiser les incidences de tels phénomènes.

Le système d’alerte financé par les Membres de l’OMM peut informer les usagers jusqu’à cinq jours à l’avance sur les risques de tempêtes de sable et de poussière par le biais de centres nationaux d’alerte et d’évaluation. Deux centres de coordination régionaux sont en train d’être installés en Chine et en Espagne et un autre est à l’étude en Amérique du nord ou du sud.

Trois groupes d’acteurs interviennent dans ce travail: des experts en modélisation, qui fournissent les prévisions à l’aide de techniques de prévision numérique; des experts en observation, qui fournissent des observations et des informations obtenues par satellites, par des réseaux de surface ainsi que par aéronefs et des utilisateurs qui mettent en œuvre ces prévisions et informations. Au sein de ce deernier groupe, on trouve aussi bien des agences gouvernementales spécialisées dans la réduction des risques que les médias, les professionnels de la santé et les chercheurs.

Grâce à une coopération aux niveaux régional, national et mondial, les prévisions en matière de tempêtes de sable et de poussière ainsi que les alertes et les évaluations afférentes peuvent être mieux ajustées aux besoins des usagers.

WMO Sand and Dust Storm Warning System

haut

line

Météorologie maritime

La prévision des ondes de tempêtes

Les ondes de tempête sont un danger maritime considérable qui peut provoquer de lourdes pertes humaines et matérielles et inonder d’importantes zones de basses terres littorales. Il s'agit d'un phénomène étroitement lié aux cyclones tropicaux et extra-tropicaux, raison pour laquelle les Services météorologiques et hydrologiques nationaux sont normallement chargés des services d'alerte et de prévisions des ondes de tempêtes.

Or, les capacités en matière de prévision de ces phénomènes ont besoin d’être renforcées et d’autres actions internationales doivent être développées - par exemple sous la forme d’ateliers de renforcement des capacités sur les ondes de tempête et la prévision des vagues afin de soutenir le développement des systèmes d’alerte des risques d’origine maritime.

Par le biais de leur Commission mixte d’océanographie et de météorologie maritime (CMOM), l’OMM et la Commission océanographique intergouvernementale (UNESCO) ont organisé un colloque scientifique et technique afin d’échanger les idées en matière de modélisation, de prévision et de simulation rétrospective des ondes de tempête tropicales et extra-tropicales. Cette manifestation fut également l’occasion de contribuer au développement de produits, tels que les cartographies des zones inondables et les systèmes d’information géographique.

Les orientations des recherches à venir ont été tracées et des apports ont été fournis pour la partie dynamique du Guide de la prévision des ondes de tempêtes qui est actuellement en préparation par la CMOM et qui met en évidence les nouveaux développements.

Le colloque a également fourni un soutien technique aux Services météorologiques et hydrologiques nationaux et autres agences nationales dans la fourniture de prévisions et de services d’alertes.

ONDE DE TEMPÊTE

Une onde de tempête est une élévation anormale du niveau de l’eau due à un cyclone tropical ou à une tempête extra-tropicale – un phénomène océanique lié à des facteurs météorologiques. Des ondes de tempêtes potentiellement dangereuses se produisent le long des côtes comportant des basses terres qui laissent pénétrer les eaux ou sur des plans d’eau tels que les baies, les estuaires, les lacs et les rivières. En ce qui concerne les situations fluviales, l’onde de tempête est une poussée d’eau de mer faisant gonfler la rivière.

Lors d’une tempête typique, la poussée touche environ 150 à 200 km km de côtes sur une période de plusieurs heures. Les tempêtes de plus grande envergure se déplaçant lentement peuvent toucher des bandes de littoral considérablement plus longues.

 

damage

Dommages provoqués par une onde de tempête

Voir également l’article de fond «Le réseau de flotteurs profilants atteint son but»

Programme de météorologie maritime et d’océanographie de l’OMM

haut

line

Changement climatique et tourisme

Le tourisme est un secteur économique majeur faisant partie intégrante des sociétés modernes, à la fois dans les pays développés et dans les nations en développement. Il s’agit d’un élément crucial dans les actions de lutte contre la pauvreté qui s’inscrit dans les Objectifs du Millénaire pour le développement formulés par les Nations-Unies. Le tourisme est toutefois vulnérable à la variabilité et au changement climatique et certaines de ses activités ont même des incidences sur le climat lui-même.

La deuxième Conférence internationale sur les changements climatiques et le tourisme (Davos, Suisse, octobre 2007) était une manifestation conjointe de l’Organisation mondiale du tourisme de l’ONU, du Programme des Nations Unies pour l’environnement et de l’OMM. Elle a souligné la nécessité pour le secteur du tourisme de réagir rapidement à la modification du climat s’il veut connaître une croissance durable. Les participants ont convenu de prendre des mesures en vue de limiter ses émissions de gaz à effet de serre, que causent tout particulièrement les transports et les installations d’hébergement, d’adapter les entreprises et les destinations touristiques à la modification des régimes climatiques, de mettre à profit les technologies existantes et naissantes pour accroître le rendement énergétique et, enfin, de garantir des ressources financières suffisantes pour aider les régions et les pays qui en ont besoin.

skieur  

A l’initiative de la conférence de Davos, un rapport intitulé «Changement climatique et tourisme: faire face aux défis mondiaux» est en cours de préparation. Il servira de base au développement d’outils pratiques qui pourront être utilisés par les responsables politiques et économiques du secteur touristique afin de promouvoir une croissance durable de cette industrie.

Ces mesures font partie intégrante des activités du système des Nations Unies en vue de développer un cadre commun pour relever les défis posés par le changement climatique.

haut

line

Météorologie aéronautique

Les Services météorologiques nationaux (SMN) remplissent un large éventail de tâches et de fonctions adressées à une multitude de groupes d’utilisateurs ayant différents besoins; l’un d’entre eux est l’aéronautique.

Ils investissent dans des systèmes d’observation météorologique, des installations de prévisions et des programmes de recherche afin d’améliorer et d’étendre leurs services. L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pose le principe de «l’utilisateur payeur». Ce qui permet de recouvrer les coûts des services de navigation aérienne de l’aviation civile auprès des prestataires de services.

Les services de météorologie aéronautique font partie intégrante des services de navigation et sont de ce fait recouvrables auprès des usagers.

Afin d’évaluer si les SMN perçoivent une contribution équitable par rapports aux coûts engagés, il est nécessaire d’analyser les services de météorologie aéronautique fournis à l’aviation civile. L’OMM a aidé à concevoir un cadre institutionnel pour la Communauté de l’Afrique de l’Est (Burundi, Kenya, Rwanda, République-Unie de Tanzanie et Ouganda) ce qui va permettre de mettre en pratique un recouvrement des coûts approprié.

avion  

En ce qui concerne l’espace aérien national et la nature internationale de l’aviation civile, il est nécessaire de standardiser et de mettre en place des infrastructures de gestion de la qualité au niveau régional/national. L’OMM et l’OACI ont développé des orientations afin d’aider les SMN à mettre en œuvre ces infrastructures.

Programme de météorologie aéronautique de l’OMM

line

haut

 

 

 

 

 

 

 


Liens
  Progammes
  Nouvelles
  Catalogue des publications
  Année Polaire Internationale
  GEO
  Portail des Nations Unies sur le changement climatique

Archives MétéoMonde
 
 
Contact: Éditrice MétéoMonde - WMO ©2008 Genève, Suisse

 

 

.