Retour page d'accueil
Juin 2007 Téléchargements & liens

Événements récents

 

Quinzième Congrès météorologique mondial

Le Quinzième Congrès météorologique mondial (Cg-XV) s’est tenu à Genève du 7 au 25 mai 2007 sous la présidence de M. Alexander Bedritskiy, président de l’OMM. Plus de 1 000 délégués venus des 188 pays et territoires Membres de l’OMM y participaient.

Le Congrès a pris des décisions destinées à orienter les programmes scientifiques et techniques de l'OMM et les autres activités relevant de la compétence de l'Organisation, et notamment à renforcer les capacités des SMHN et à assurer une meilleure reconnaissance du rôle joué par ces derniers dans le domaine du développement durable et de la protection des personnes et des biens.

Le Congrès a également adopté pour la prochaine période financière un budget axé sur les résultats et un nouveau cadre de planification stratégique, et il a mis à jour le Règlement financier de l'Organisation.

Le Congrès a noté que l'OMM était très attachée à la transparence, à l'obligation de rendre des comptes, à la participation générale et à la bonne gouvernance, qui sont essentielles pour la saine gestion d'une organisation internationale. Une résolution destinée à renforcer la transparence préconise, entre autres, que tous les Membres soient invités à assister aux sessions du Conseil exécutif de l'Organisation. Les 37 membres sont élus par le Congrès et agissent à titre personnel.

Une perspective socio-économique

D'importantes modifications ont été apportées au préambule de la Convention de l'OMM pour préciser que celle-ci, institution spécialisée des Nations Unies chargée de la météorologie, doit occuper une place centrale parmi les organisations internationales travaillant dans les domaines de l'hydrologie, du climat et de l'environnement.

Aux termes du préambule original, le rôle de l'OMM consistait à coordonner, uniformiser et améliorer les activités météorologiques et connexes dans le monde et à encourager l'échange efficace de renseignements météorologiques et connexes entre pays dans l'intérêt des activités humaines.

Le nouveau préambule décrit le mandat et les domaines d'action de l'OMM, souligne «la nécessité d'œuvrer pour le développement durable, de réduire les pertes en vies humaines et les dommages causés par les catastrophes naturelles et autres phénomènes extrêmes liés au temps, au climat et à l'eau et de protéger l'environnement et le climat mondial dans l'intérêt des générations présentes et futures.»

Il fait de l'OMM un acteur majeur dans le domaine du temps, du climat et de l'eau, investi d’un rôle essentiel dans la protection des personnes et des biens et dans la sauvegarde des générations futures.

Le nouveau préambule souligne «qu'il importe de disposer d'un système international intégré d'observation, de collecte et de traitement des données, et de diffusion de données et produits météorologiques, hydrologiques et connexes».

Il réaffirme par ailleurs l'importance décisive de la mission des SMHN dans «l'observation et la compréhension des conditions météorologiques et climatiques ainsi que dans la prestation des services météorologiques, hydrologiques et connexes nécessaires pour répondre aux besoins nationaux». Il indique que cette mission devrait couvrir les domaines suivants: sauvegarde des personnes et des biens; protection de l'environnement; contribution au développement durable; acquisition de données météorologiques, hydrologiques, climatologiques et environnementales, sur de longues périodes; promotion de capacités endogènes; exécution des engagements internationaux et contribution à la coopération internationale.

Protection des personnes et des biens

Le Congrès a fait de la réduction des risques de catastrophes sa priorité absolue et a approuvé un plan d'action à cet effet qui devrait contribuer à limiter les pertes en vies humaines et les dommages causés aux moyens de subsistance et aux biens en cas de catastrophes d’origine météorologique, hydrologique et climatique. Il a souligné que «les investissements dans les services météorologiques, hydrologiques et climatologiques étaient un facteur essentiel de la protection des personnes, des moyens de subsistance et des biens et de l'instauration d'un développement durable». Le Congrès a noté l'accroissement potentiel des catastrophes hydrométéorologiques dues à la variabilité et à l'évolution du climat et le rôle capital qu'étaient appelés à jouer l'OMM et les SMHN dans tous les aspects de la réduction des risques de catastrophes.

Le Congrès a souligné l'importance des systèmes d'alerte aux tsunamis et des nouveaux systèmes opérationnels de prévision et d'avis dans le domaine maritime ainsi que le rôle majeur des stratégies relatives au fonctionnement et au maintien en service de ces systèmes. La prévention des risques de catastrophes et les dangers maritimes associés à la gestion des zones côtières devraient être considérés comme des questions urgentes. L'OMM coordonne six centres météorologiques régionaux spécialisés (CMRS) dans le monde qui s'occupent de prévenir les catastrophes imputables aux cyclones tropicaux.

Le projet de démonstration concernant la prévision des conditions météorologiques extrêmes, lancé l'année dernière dans le sud-est de l'Afrique, devrait être étendu à tout le continent africain et à d'autres régions, notamment aux pays en développement. L'OMM mise sur la coopération régionale entre SMHN, gouvernements et organismes chargés de la gestion des risques de catastrophes pour fournir des avis plus efficaces et améliorer ainsi la protection des personnes et des biens. Le Congrès s'est dit favorable à l'organisation d'ateliers communs sur les projets de démonstration en matière de prévision de phénomènes météorologiques violents, qui insistent sur l'importance d'une communication appropriée des messages d'alerte.

Le Congrès a préconisé le renforcement des activités menées par l'OMM dans le domaine de l'hydrologie et de la mise en valeur des ressources en eau. Il a posé des jalons pour une stratégie mondiale de gestion des crues éclairs en approuvant la Stratégie et le Plan d'action de l'OMM pour le renforcement de la coopération entre les SMHN en vue d'améliorer la prévision des crues, dont le Système international de lutte contre les crues éclairs, qui couvre la planète entière, est une composante importante.

La nécessité de renforcer les plans de développement et de modernisation des SMHN des pays les moins avancés (PMA) s'inscrit dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement. Le Congrès a reconnu qu'il «fallait des compétences très poussées pour élaborer des messages porteurs de sens et exploitables à l'échelle locale à partir d'informations et de connaissances scientifiques hautement pertinentes sur le plan mondial». Il a rappelé l'importance du Programme de l'OMM en faveur des PMA et a insisté sur la nécessité d’y affecter des ressources suffisantes pour en assurer la mise en œuvre. À cet égard, il a invité les Membres, les organismes de financement bilatéraux et multilatéraux, notamment la Banque mondiale, les banques régionales de développement, les ONG et le secteur privé à contribuer au Fonds d'affectation spéciale de l'OMM pour les SMHN des PMA.

Le Congrès a souligné qu'il importait que l'OMM se fasse mieux connaître dans le cadre des activités régionales et a appuyé les efforts déployés par le Secrétaire général pour renforcer les bureaux régionaux de l'Organisation afin de mieux servir les Membres.

Quelques autres points en bref

Le Congrès a pleinement approuvé, dans le cadre des activités de coopération technique et des activités régionales de l'OMM, diverses mesures prises par l'Organisation ainsi que des propositions d'actions visant à renforcer l'assistance technique ainsi que les services fournis aux Membres, par une mobilisation accrue des ressources, l'élaboration de programmes ainsi qu'une plus grande participation des bureaux régionaux aux activités de coopération technique. Il a mesuré l'impact positif considérable de la formation phare qui s'est déroulée en Chine en octobre 2006, et qui était fondée sur les capacités d'apprentissage à distance du Laboratoire virtuel pour la formation dans le domaine de la météorologie satellitale. Plus de 2 000 participants de 120 pays différents ont pendant plusieurs jours reçu une formation sur la compréhension et l'exploitation des données satellitales.

Des décisions ont été prises pour renforcer le Programme de la Veille météorologique mondiale, notamment en ce qui concerne l'amélioration des instruments et des méthodes d'observation et l'aide aux pays en développement pour renforcer leurs capacités opérationnelles. Le Congrès a par ailleurs souligné qu'il était nécessaire «de fournir en permanence des données météorologiques de haute qualité, compatibles et homogènes, qui sont de la plus grande importance pour les activités d'exploitation et de recherche des Membres de l'OMM». La robustesse des instruments et l'interopérabilité des technologies utilisées sont également importantes. Le Congrès a en outre décidé de “renforcer l'intégration des systèmes d'observation de l'OMM”. Une résolution concernant le programme de météorologie maritime et d'océanographie vise à améliorer la continuité et le chevauchement des systèmes d'observation de l'océan in situ et à partir de l'espace, et à favoriser le passage des systèmes expérimentaux à la phase d'exploitation.

Le Congrès a noté que dans la mesure où la recherche dans le domaine des prévisions météorologiques est une composante essentielle de la stratégie de l'OMM visant à réduire les risques liés aux catastrophes naturelles par des systèmes d'alerte et des mesures d'atténuation des effets de ces catastrophes, les vastes projets de recherche météorologique coordonnés à l'échelle mondiale sur la prévision d'ensemble, la prévision régionale haute résolution, la prévision immédiate reposant sur l'utilisation de radars météorologiques et la recherche concernant les tempêtes tropicales et la mousson seront maintenus pour servir les Membres et la société dans son ensemble grâce à la fourniture de moyens de prévision plus puissants, aux fins de la protection des êtres humains et de l'environnement.

En ce qui concerne la météorologie aéronautique, l'accent a fortement été mis sur la coopération avec l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), les fournisseurs de services à la navigation aérienne, les compagnies aériennes, les pilotes et les aéroports pour concevoir de nouveaux produits ciblés en matière de prévisions d'aérodromes et de zones terminales plus vastes. L'augmentation rapide du trafic aérien dans de nombreuses régions a rendu l'aviation extrêmement dépendante des prévisions et avertissements concernant les phénomènes météorologiques susceptibles d'affecter la capacité des aérodromes et des voies aériennes chargées.

Le Congrès a indiqué combien il était déterminant de maintenir une couverture géostationnaire complète autour du globe et il a appelé l'attention sur la nécessité d'assurer la diffusion continue des données de satellites dans la région de l'océan Indien, en particulier aux Membres exposés aux cyclones tropicaux. Il a reconnu le caractère essentiel du projet de Système mondial d'interétalonnage des instruments satellitaires, lancé en 2005, qui a notamment pour objet de garantir la stabilité et la précision des mesures effectuées par satellite à partir de différents instruments et relevant de différents programmes, mais aussi d'établir un lien entre ces mesures et des références absolues et de permettre le réétalonnage des données archivées (voir la rubrique «Dans la presse» de cette édition). Le Congrès a très favorablement accueilli le projet de Service mondial intégré de diffusion de données, qui a la capacité de fournir un accès rentable aux données et produits de satellites provenant de sources multiples grâce à la technique de la diffusion vidéonumérique par satellite (DVB-S).

L'OMM contribue pour une large part au Système mondial des systèmes d'observation de la Terre (GEOSS), en fournissant des données mondiales grâce aux réseaux d'observation météorologique, hydrologique et climatologique des SMHN. Ces données sont essentielles pour répondre aux besoins de la société dans le domaine de la réduction des risques liés aux catastrophes naturelles et du développement durable. Le Congrès a par ailleurs approuvé les activités de l'OMM en rapport avec le Groupe sur l'observation de la Terre (GEO) et il est convenu que toutes les données considérées comme essentielles aux termes de la résolution 40 du douzième Congrès devraient être accessibles, aux fins de la communauté internationale, par l'intermédiaire des arrangements d'interopérabilité élaborés pour le GEOSS, et que les Membres de l'OMM devraient tirer profit des autres données relatives à l'environnement auxquelles le GEOSS donne accès.

Le Congrès a, dès 1976, appelé l'attention de la communauté internationale sur la variabilité et l'évolution du climat et leurs effets. L'OMM, qui a jeté les bases scientifiques d'une action au niveau international visant à comprendre le réchauffement de la planète et à lutter contre ses effets néfastes, voit son mandat renforcé. Ayant envisagé la tenue éventuelle d'une troisième Conférence mondiale sur le climat en 2009, le Congrès a décidé que compte tenu de l'intérêt croissant pour les applications en matière de prévision climatique, l'OMM devait prévoir d'organiser une manifestation de cinq jours, dont trois jours et demi seraient consacrés aux aspects scientifiques et un jour et demi aux aspects stratégiques à haut niveau, pouvant déboucher sur une Déclaration ministérielle. Une telle conférence pourra avoir des répercussions bénéfiques à court terme en contribuant à la prévention des catastrophes et la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et devrait aider l'OMM à créer une passerelle entre les milieux scientifiques et les utilisateurs finals. La première Conférence mondiale sur le climat a eu lieu en 1979 et la deuxième en 1990.

Le Congrès a pris la mesure du rôle majeur joué par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, qui relève de l'OMM et du PNUE, dans l'élaboration et la diffusion des évaluations scientifiques, techniques et socio-économiques sur lesquelles sont fondées les politiques formulées au plan international en matière de changement climatique. Le Congrès a exhorté les Membres à participer activement aux travaux de cet organe.

Le Programme mondial de recherche sur le climat, coparrainé par l'OMM, la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO et le Conseil international pour la science continuera d'œuvrer à l'amélioration des prévisions climatiques. Ce programme vise à mieux comprendre les effets de l'activité humaine sur le climat pour aider les Membres, par exemple, à élaborer des stratégies d'adaptation au changement climatique.

Le Congrès a reconnu que la production et l'autosuffisance alimentaires demeurent au premier rang des priorités de nombreux pays. Il a noté qu'il convient de soutenir le développement de l'agriculture par des produits, services et stratégies destinés à faciliter la prise de décisions au jour le jour par les exploitants agricoles et la planification à plus long terme. Le Congrès a souligné les besoins qui existent dans différents domaines: diffusion de l'information, notamment des alertes, aux exploitants agricoles, agriculture respectueuse de l'environnement, gestion des risques liés au climat, assurance contre les risques d'origine météorologique et dérivés météorologiques.

Le Programme de la Veille de l'atmosphère globale (VAG) contribue à la lutte contre la détérioration de l'environnement grâce à des activités de recherche et de surveillance coordonnée de l'atmosphère (gaz à effet de serre, ozone, aérosols). Ce programme appuie les conventions internationales telles que la Convention de Vienne pour la protection de la couche d'ozone et la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Le Congrès a recommandé que les services et les produits tels que les bulletins OMM/VAG sur les gaz à effet de serre et le bulletin sur la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique continuent d'être élaborés. En ce qui concerne la Convention de Vienne et son protocole de Montréal, le Congrès a souligné que les Membres devaient appuyer le Programme de la VAG en contribuant à la surveillance de l'état de la planète et à la mise en œuvre de la stratégie relative aux observations intégrées de la chimie de l'atmosphère à l'échelle du globe. Il a par ailleurs encouragé les Membres à alimenter le Fonds d'affectation spéciale de la Convention de Vienne pour la protection de la couche d'ozone consacré à la recherche et à l'observation systématique, aux fins du renforcement des capacités des pays en développement.

Le Congrès a pris note avec intérêt du Laboratoire géostationnaire international, qui a pour objet de favoriser la constitution de partenariats dans le cadre de missions de démonstration de nouveaux instruments en orbite géostationnaire. Des activités de coopération ont été mises en place dans le cadre d'une mission éventuelle en orbite fortement inclinée fondée sur le projet Artica de la Fédération de Russie, qui devrait permettre d'obtenir de meilleures observations des régions polaires. À l'initiative du Canada, le Congrès a demandé que soit étudiée la possibilité de créer un programme de Veille mondiale de la cryosphère, dans le contexte de l'Année polaire internationale, lancée par l'OMM et le Conseil international pour la science.

Conférences scientifiques

M. Peter Lemke (Allemagne) a donné la Conférence de l'OMI sur le thème «Météorologie polaire: influence de l'Arctique et de l'Antarctique sur l'atmosphère de la planète». Mme Heather Auld (Canada) a présenté un exposé sur «L'évaluation des risques en tant qu'élément déterminant de la prévention des risques de catastrophes et l'importance du rôle des SMHN à cet égard» et M. Zhang Wenjian (Chine) sur «Le système intégré d'observation de la Terre: perspectives scientifiques et moyens nécessaires à son fonctionnement futur».

Le Congrès a été immédiatement suivi par une brève session du Conseil exécutif (28-30 mai).

Pour davantage d’informations, voir les programmes scientifiques et techniques de l’OMM et les programmes copatronnés ainsi que les Communiqués de presse publiés durant le Congrès.

 

 

Version imprimable Français
Archives MétéoMonde
Il y a 50 ans...
Anniversaires
événements à fort impact
 
Liens
Galerie d'art
GEO
Année Polaire Internationale
Nouvelles
Programmes
Publications
Contact for content: pwmu[at]wmo.int - WMO - OMM ©2007 Geneva, Switzerland