Retour page d'accueil
Juin 2007 Téléchargements & liens

Quatrième rapport d'évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), copatronné par l’OMM, vient de finaliser son Quatrième rapport d’évaluation qui analyse les effets actuels et futurs du réchauffement global et explore les moyens de s’y adapter (voir également l’édition d’avril de MétéoMonde).

D’après les conclusions du rapport, les rivières, les lacs, la faune, les glaciers, le permafrost, les littoraux, les vecteurs de maladies de la planète ainsi que de nombreux autres éléments de l’environnement naturel et physique réagissent déjà aux effets des émissions de gaz à effets de serre d’origne anthropique.

La hausse des températures accélère le cycle hydrologique si bien que les rivières et les lacs gèlent plus tard dans l’automne et les oiseaux migrent et nichent plus tôt au printemps.

Les scientifiques sont convaincus que si le réchauffement global se poursuit, certains évènements météorologiques et certains phénomènes extrêmes deviendront de plus en plus fréquents et gagneront en étendue ou en intensité.

Une élévation importante du niveau de la mer conjuguée à d’autres manifestations peut avoir de vastes incidences pour la planète, notamment après le 21e siècle.

ile

Au cours des décennies qui viennent, l’Arctique, l’Afrique subsaharienne, les petits États insulaires, les zones côtières de faible élévation, les écosystèmes naturels ainsi que les ressources en eau et la production agricole propres à certaines régions seront particulièrement menacés. L’objectif de l’OMM est de renforcer les capacités des Service météorologiques et hydrologiques nationaux afin qu’ils soient mieux à même de fournir des alertes précises et rapides aux communautés exposées, dans une perspective de développement durable. Les SMHN seront également mieux aptes à transmettre des informations importantes à leurs homologues d’autres pays.

Les experts du GIEC sont toutefois d'avis que des mesures prises à temps afin d'améliorer les prévisions climatiques saisonnières, la sécurité alimentaire, les ressources en eau potable, les réactions aux catastrophes et aux situations d’urgence, les systèmes d’alerte précoce de la famine ainsi que les assurances peuvent réduire les effets du changement climatique futur tout en générant de nombreux avantages concrêts dans l’immédiat.

Si les scientifiques ont acquis une meilleure compréhension des incidences futures des changements climatiques sur la planète, c’est en grande partie grâce à la multiplication des études de terrain et des jeux de données mis à leur disposition et à la cohérence accrue des données d’observation et des résultats des modèles du climat.

Il convient d’approfondir et d’améliorer nos systèmes de recherche et de surveillance et acquérir davantage d’expérience quant à la meilleure façon de s’adapter aux nouvelles conditions climatiques.

Ce rapport souligne aussi que des mesures d’adaptation appropriées – dans les pays développés et surtout dans les pays en développement particulièrement vulnérables – sont également nécessaires pour faire face aux changements climatiques en cours. Réduire le risque d’impact climatique sur l’infrastructure, sur des secteurs allant de l’agriculture aux services de soins de santé et sur les communautés nécessite non seulement des investissements, mais aussi une planification efficace, afin que cette stratégie soit au cœur du processus de décision plutôt qu’à sa marge.

Au nombre des activités d’adaptation actuellement menées figure le drainage partiel des lacs glaciaires, la modification des modes de subsistance à la suite de la fonte du permafrost et l’utilisation de plus en plus fréquente de la neige artificielle dans les stations de ski.

Un certain nombre de mesures ont déjà été prises en prévision des futurs changements climatiques, par exemple en tenant compte de l’élévation du niveau de la mer dans la conception d’infrastructures telles que des ponts ou dans l’aménagement de littoraux.

 

Bilan 2007 des changements climatiques

Les rapports compilés par les trois Groupes de travail du GIEC fournissent un état détaillé et actualisé des connaissances en matière de changement climatique.

Les bases scientifiques physiques - résumé à l’intention des décideurs (Groupe de travail I) a été publié à Paris le 2 février 2007.

Le volet consacré aux incidences du changement climatique et aux mesures d'adaptation – résumé à l’intention des décideurs (Groupe de travail II) a été rendu public à Bruxelles le 5 avril 2007.

Quant au rapport sur les mesures d’atténuation - résumé à l’intention des décideurs (Groupe de travail III), il a été publié à Bangkok, Thaïlande le 4 mai 2007.

Les résumés à l’intention des décideurs sont disponibles en anglais au format pdf sous www.ipcc.ch.

Le Rapport de synthèse qui intègre les informations relatives aux six domaines étudiés sera rendu public lors de la 27e session du GIEC en novembre 2007, à Valence, Espagne.

 

Version imprimable Français
Archives MétéoMonde
Il y a 50 ans...
Anniversaires
événements à fort impact
 
Liens
Galerie d'art
GEO
Année Polaire Internationale
Nouvelles
Programmes
Publications
Contact for content: pwmu[at]wmo.int - WMO - OMM ©2007 Geneva, Switzerland