Retour page d'accueil
Octobre 2007 Téléchargements & liens

La Niña: le retour

Les travaux de recherche menés ces dernières décennies ont grandement contribué à mettre en lumière l’importance de l’influence qu’exercent les interactions de l’atmosphère et de l’océan dans la zone intertropicale de l’océan Pacifique sur les caractéristiques du temps et du climat à l’échelle planétaire. Pendant les épisodes El Niño par exemple, les températures de surface de la mer sont bien supérieures à la normale dans les secteurs central et oriental du Pacifique tropical, alors que, dans ces mêmes régions, elles deviennent inférieures à la normale pendant les épisodes La Niña. Ces variations de température sont étroitement corrélées avec d’importantes fluctuations du climat observées dans le monde entier. Une fois amorcées, ces anomalies peuvent durer une année entière, voire davantage. Ainsi, l’intense épisode El Niño de 1997/98 a été suivi d’une anomalie La Niña de longue durée, qui a commencé vers le milieu de 1998 pour se terminer au début de 2001. Si les épisodes El Niño/La Niña influent sur la probabilité d’occurrence de certains régimes climatiques dans le monde entier, leurs conséquences ne sont jamais exactement les mêmes. De plus, bien qu’il y ait en général une corrélation entre l’intensité des épisodes El Niño/La Niña et leurs effets à l’échelle du globe, il est toujours possible qu’un épisode ait de graves incidences dans certaines régions, indépendamment de son intensité.

Innondation

Photo: Associated Press

Il existe plusieurs moyens de prévoir l’évolution des conditions propres à l’océan Pacifique. Des modèles dynamiques complexes permettent d’établir des projections à partir de la situation actuellement observée. Des modèles de prévision statistique peuvent aussi mettre en évidence certains signes précurseurs. Les analyses de la situation présente auxquelles procèdent des spécialistes apportent en outre un complément d’information, notamment en ce qui concerne l’interprétation des incidences de l’évolution de la situation sous la surface de l’océan. Quelle que soit la méthode de prévision utilisée, on s’efforce de prendre en compte les effets des interactions de l’océan et de l’atmosphère sur le système climatique.

Ce sont les données météorologiques et océanographiques recueillies par les systèmes d’observation nationaux et internationaux qui permettent de surveiller et de prévoir les épisodes ElNiño et LaNiña. De nombreux organismes, instituts de recherche et Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) déploient des efforts concertés pour étudier de près les phénomènes El Niño et La Niña afin d’améliorer les prévisions et de tenter d’expliquer la variabilité du climat et ses incidences. L'échange et le traitement de ces données s'effectuent dans le cadre de programmes coordonnés par l'OMM. La Commission de climatologie de l’OMM (CCl) et le Programme climatologique mondial (PCM) invitent instamment toutes les communautés à développer des partenariats et à collaborer afin d’enrichir les résultats et d’encourager les synergies.

Le bulletin Info Niño/Niña est établi en collaboration avec l'Institut international de recherche sur le climat et la société et avec le concours des SMHN, des centres régionaux et mondiaux de prévision et de recherche et d'experts indépendants. Il est publié en principe tous les trimestres. Ce bulletin de l’OMM fournit une vue d’ensemble globale de la situation actuelle et des prévisions pour les saisons prochaines. De leur côté, les prévisions saisonnières spécifiques à un pays ou à une région, tels que celles des SMHN ou d’entités régionales similaires, procurent des informations détaillées sur les incidences et autres facteurs susceptibles d’influer sur le climat local. S’agissant des stratégies de parade, il importe donc de prendre en considération les prévisions climatiques saisonnières de portée régionale et locale et de ne pas se fonder uniquement sur la présence du phénomène El Niño ou La Niña.

temperatures
Des températures de surface de la mer plus froides que la moyenne ont été observées dans le Pacifique tropical en juillet, août et septembre 2007, indiquant le développement d’un épisode de La Niña (Source: NOAA/NCDC)

 

Selon l’Info Niño/Niña du 20 juillet 2007, il était assez probable qu'un épisode La Niña survienne avant la fin de l'année. Par la suite, plusieurs centres de prévision du climat ont enregistré l’apparition de conditions révélatrices d’un épisode La Niña (cf. figure ci-dessus). L’OMM et l’IRI sont en train d’élaborer le prochain bulletin d’information qui sera publié fin octobre 2007. Quelques incidences probables de La Niña ont déjà été rapportées. Le Japon a connu des températures extrêmement élevées de manière continue d’août à septembre. De fortes précipitations se sont abattues sur la plupart des régions d’Asie du sud, d’Asie du sud-est, sur le sud de la Chine, le Japon et l’ouest de l'Afrique où elles ont conduit à de graves inondations. Jusqu’à ce jour, la saison des ouragans de l’Atlantique (juin – novembre) compte trois tempêtes dénommées (Andrea, Barry et Chantal), ce qui est légèrement au-dessus de la moyenne pour juin et juillet. En septembre 2007, le climat régnant sur les îles du Pacifique tropical a été marqué par la disparition de la convection sur l’ouest et l’est de Kiribati et plus à l’est, par un record de précipitations au Vanuatu, en Nouvelle-Calédonie et sur certaines régions de Fiji; par des pluies largement inférieures à la moyenne à Kiribati, Tuvalu, au nord des îles Cook et des Marquises ainsi que par des températures plus chaudes que la normale dans le Pacifique Sud subtropical, enregistrant même des records à certains endroits de Fiji. La Nouvelle-Calédonie, par exemple, a enregistré en septembre 305 pour cent de la quantité de pluies mensuelle (trois fois plus que la normale), un résultat qui se place dans les trois mois de septembre les plus arrosés pour la période comprise entre 1951 et 2007. Mais si beaucoup de ces anomalies climatiques sont caractéristiques de La Niña, les conditions actuelles sont plutôt atypiques sur l’Afrique orientale (pluies inhabituellement abondantes) et l’Australie (sécheresse). Selon toute vraisemblance, les conditions régnant sur l’océan Indien, telles que la présence d’une phase positive du dipôle de l’océan Indien, jouent un rôle dans ces situations régionales atypiques. Ces observations soulignent la nécessité de se référer à des prévisions régionales détaillées, qui associent les incidences du phénomène El Niño/La Niña à d’autres influences afin d’obtenir les meilleures estimations des régimes météorologiques régionaux et locaux.

Inondations du Sahel de 2007: La Niña en cause?

Au Sahel, la saison des pluies 2007 s’est distinguée non seulement par l’ampleur des dommages subis par les populations déjà fragiles mais également par son étendue géographique allant du Sénégal à l’ouest au Soudan et au Kenya à l’est. Les inondations ont fait quelque 250 victimes et plus de 650000 sans abri. Les études menées à bien au milieu des années 1990 ont fait état d’une relation statistique significative entre le phénomène El Niño/Oscillation australe (ENSO) et les précipitations dans divers endroits du continent africain. En ce qui concerne la ceinture du Sahel, le phénomène La Niña s’est révélé étroitement lié à la saison humide (juillet – septembre). Cela a pu être le cas pour l’été cette année: les conditions sont caractéristiques d’un épisode La Niña au large des côtes sud américaines jusqu’au centre du Pacifique tropical.

cartes

Cartes composites de données pluviométriques La Nina indiquant une forte probabilité d’occurrence d’une saison humide durant juillet, août et septembre sur l’Afrique occidentale et centrale de 1950 à 1995
Les zones grisées indiquent une saison sèche (moyenne saisonnière <5 cm et moyenne annuelle <15 cm). Années El Niño froides (par ordre croissant): 1956, 1967, 1961, 1964, 1975, 1955, 1988, 1954, 1973, 1970 (source: IRI)

 

Dernier Info Niño/Niña (en anglais)

 

Version imprimable Français
Archives MétéoMonde
Il y a 50 ans...
Anniversaires
événements à fort impact
 
Liens
Galerie d'art
GEO
Année Polaire Internationale
Nouvelles
Programmes
Publications
Contact for content: pwmu[at]wmo.int - WMO - OMM ©2007 Geneva, Switzerland