Journée météorologique mondiale world map
Acceuil > Journée météorologique mondiale

Le climat et vous

Message de Michel Jarraud, Secrétaire général de l'OMM, à l'occasion de la Journée météorologique mondiale 2011

  M. Jarraud
   

Selon Tite-Live (59 av. J.-C.-17 ap. J.-C.) et son Histoire de Rome, le lustre était, dans la Rome antique, une période de cinq ans entre deux recensements successifs, dont le premier a été instauré par le sixième roi de la Rome antique, Servius Tullius, au VIe siècle avant J.C. Cette périodicité s’est maintenue comme un cycle naturel dans les premiers temps de la République romaine et, de nos jours, le terme sert encore à désigner, dans certaines langues, une période de cinq ans.

Pour l’OMM, le lustre qui s’est achevé fin 2010 laissera sûrement le souvenir d’une période préparatoire essentielle pour la mise en place des services climatologiques. En novembre 2005, lors de la Conférence technique de l’OMM sur le climat en tant que ressource qui s’est tenue à Pékin, tous les pays ont été invités à mobiliser leurs capacités pour mieux répondre à l’accroissement de la demande de tels services dans nos sociétés, étant donné que le climat présente à la fois des aspects physiques dont peut dépendre la disponibilité de certaines ressources naturelles, et notamment des énergies renouvelables, et des aspects informationnels qui peuvent servir, potentiellement au moins, à faciliter le processus de décision sur le plan socio-économique. De plus, le climat en tant que ressource peut exercer une influence considérable sur la gestion d’autres ressources naturelles et contribuer à optimiser les rendements agricoles et la sécurité alimentaire, la gestion des ressources en eau, les mesures prises dans le domaine de la santé et nombre d’autres applications majeures, ce qui pose des défis particulièrement stimulants à l’ingéniosité de la communauté hydrométéorologique internationale.

Peu après, la Conférence de l’OMM sur la variabilité du climat et le changement climatique: levée des incertitudes et gestion des risques (Espoo, Finlande, juillet 2006) a été l’occasion de souligner que, si le climat constitue bel et bien une ressource essentielle, nous sommes cependant très vulnérables à sa variabilité et à ses changements. De fait, on s’est rendu compte que, si des mesures devaient être prises d’urgence pour gérer les risques liés à la variabilité et à l’évolution du climat, d’autres devaient être aussi mises en œuvre pour profiter des avantages que peuvent procurer les informations et les services climatologiques, en particulier dans les divers secteurs socio-économiques susceptibles d’en tirer profit en vue de maximiser leur efficacité et leur productivité, tout en contribuant à la gestion de ces risques.

En mars 2007, l’OMM a organisé à Madrid une conférence internationale sur le thème «Sécurité et avenir de l'humanité: les avantages socio-économiques des services météorologiques, climatologiques et hydrologiques», qui a fourni une occasion exceptionnelle de procéder à un large échange de vues, d’attentes et de connaissances entre les divers secteurs concernés, dans le but d’optimiser le processus de décision. C’est également en 2007 que le GIEC, coparrainé par l’OMM, a publié son quatrième Rapport d’évaluation et reçu le prestigieux prix Nobel de la paix et que le Quinzième Congrès météorologique mondial est convenu de convoquer, avec le concours de partenaires, la troisième Conférence mondiale sur le climat (CMC-3), dans le même esprit que les deux précédentes conférences mondiales sur le climat organisées par l’OMM en 1979 et 1990.

Peu de temps avant que ne débute la CMC-3, le Conseil exécutif de l’OMM a décidé à sa soixante et unième session (juin 2009) qu’en 2011, la Journée météorologique mondiale – qui commémore l’entrée en vigueur de la Convention de l’OMM le 23 mars 1950 – aurait pour thème «Le climat et vous».

Toutefois, plutôt que de limiter ce thème à une seule année, on pourrait très bien en faire le thème officieux du lustre qui s’est achevé fin 2010, lorsque l’Équipe spéciale de haut niveau a présenté à l’OMM le rapport requis par le segment de haut niveau de la CMC-3, où figurent en particulier les propositions concernant le Cadre mondial pour les services climatologiques (CMSC), les principes de sa mise en place, la structure recommandée, les modes de gouvernance envisageables et les éventuelles priorités initiales.

Comme l’OMM en a fait état dernièrement, 2010 a été l’année la plus chaude jamais observée, à égalité avec 1998 et 2005, l’écart entre les valeurs pour ces trois années étant inférieur à la marge d’incertitude. Cela confirme simplement la tendance au réchauffement à long terme mentionnée dans le rapport du GIEC, d’autant plus que les dix années les plus chaudes jamais observées sont toutes postérieures à 1997. De plus, sur la décennie 2001-2010, la température moyenne à l’échelle du globe est supérieure de près d’un demi-degré à la moyenne pour la période 1961-1990, soit la plus élevée jamais enregistrée sur une décennie depuis le début des relevés climatiques instrumentaux.

Dans moins de deux mois, en mai prochain, le rapport de l’Équipe spéciale de haut niveau sera l’un des principaux sujets dont débattront les Membres de l’OMM pendant le Seizième Congrès météorologique mondial, laissant ainsi présager une nouvelle ère de coopération pour la fourniture d’informations et de services climatologiques à l’appui du processus de décision.

Les activités menées par l’OMM dans le domaine du climat sont aujourd’hui largement perçues comme des contributions clés à la sécurité et au bien-être des populations et à la concrétisation d’avantages économiques pour tous les pays. Cela nous rapproche encore de l’esprit de notre mandat fondateur, la Convention de l’OMM, qui est entrée en vigueur il y a soixante et un an à cette même date, ainsi que de l’héritage transmis par l’Organisation météorologique internationale (OMI) établie par le Premier Congrès météorologique international (Vienne, septembre 1873).

Ces activités favoriseront aussi la réalisation d’un autre objectif crucial de l’OMM: réduire de moitié, d’ici 2019, le nombre de victimes des catastrophes d’origine météorologique ou hydrologique par rapport à la moyenne pour la période 1994-2003. Elles serviront en outre les objectifs de la quatrième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés, qui aura lieu prochainement à Istanbul, de même que les objectifs du Millénaire pour le développement, notamment ceux visant à réduire l’extrême pauvreté et la faim et à préserver l’environnement.

Je voudrais donc, au nom de l’OMM, profiter de la célébration de la Journée météorologique mondiale de 2011 pour exprimer notre gratitude à l’ensemble de nos collègues des 189 Membres de l’OMM qui ont activement concouru, ces dernières années, à l’accomplissement de ces objectifs primordiaux et à qui revient le mérite de promouvoir la complémentarité entre «le climat et vous».

 

top
© Organisation Météorologique Mondiale | OMM, 7bis, avenue de la Paix, Case postale No. 2300, CH-1211 Geneva 2, Switzerland - Tel.: +41(0)22 730 81 11 - Fax: +41(0)22 730 81 81 Nous contacter Copyright | Confidentialité | Messages frauduleux | Responsabilité | Directives | Achat | Nations Unies | Accessibilité