Regardons l’avenir en face.

Fort heureusement, les gouvernements ne contestent plus, au vu des éléments scientifiques, la réalité du changement climatique et la nécessité de prendre d’urgence des mesures. Il faudra redoubler d’efforts pour développer des technolo- gies propres, notamment dans le secteur de l’énergie, en multipliant les investissements dans ce domaine. Mais nous ne partons pas de zéro. Nous avons déjà à notre disposition tout un éventail de techniques et de moyens d’action qu’il convient d’appliquer à plus grande échelle. Pour ce faire, chacun doit apporter sa pierre à l’édifice, qu’il s’agisse du simple citoyen, des collectivités locales, des entreprises, des organisations de la société civile, des gouvernements ou encore des agences du système des Nations Unies.

La science continuera de jouer un rôle déterminant dans la lutte contre le changement climatique. Grâce à des observations systématiques – et de meilleure qualité – du climat, il sera possible d’évaluer les progrès accomplis en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et des activités de recherche scientifique plus ciblées nous aideront à mieux comprendre l’évolution du climat au niveau national et régional ainsi que ses conséquences et les mesures à mettre en œuvre pour s’y adapter. Les avancées de la science aideront aussi la communauté internationale à trouver des solutions pratiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’acheminer vers un monde plus respectueux de l’environnement.

L’Organisation météorologique mondiale est déterminée à apporter son soutien dans ce domaine. Elle coparraine et accueille le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, qui produit régulièrement des rapports d’évaluation sur lesquels s’appuient les politiques, mais aussi le secrétariat du Système mondial d’observation du climat et du Programme mondial de recherche sur le climat. Les centres climatologiques régio- naux de l’OMM et les forums sur l’évolution probable du climat, toujours plus nombreux, contri- buent à renforcer les moyens d’action des régions et des pays. Par ailleurs, l’OMM se propose de mettre au point un système intégré de surveil- lance des gaz à effet de serre, ce qui permettra aux décideurs de suivre les progrès accomplis en matière de réduction des émissions.

Les Services météorologiques et hydrologiques nationaux et leurs partenaires collaborent, via l’OMM, à la mise en œuvre du Cadre mondial pour les services climatologiques. Les services climatologiques permettent de transposer les connaissances scientifiques en mesures concrètes afin de favoriser l’adaptation au changement climatique et l’atté- nuation de ses effets ainsi que le développement durable. En intégrant les informations sur le climat, les prévisions clima- tiques ainsi que d’autres données et informations, notamment socio-économiques, dans des produits adaptés aux besoins des utilisateurs, les prestataires de services climatologiques donnent aux décideurs des moyens d’agir pour gérer les risques et exploiter les opportunités liés au climat, comme c’est déjà le cas dans les secteurs sensibles aux conditions climatiques tels que l’agriculture, les ressources en eau, la gestion des catastrophes, la santé publique et l’énergie.

Comme il représente un défi fondamental pour l’humanité, le changement climatique est pris en compte dans les objectifs de développement durable des Nations Unies, qui guideront l’action de la communauté internationale jusqu’en 2030. En s’appuyant sur les meilleures données scientifiques disponibles et forte de la volonté politique de ses dirigeants et du soutien de l’opinion publique, celle-ci parviendra à bâtir un monde à la fois respectueux de l’environnement et économiquement prospère.

Pour en savoir plus sur la science du climat au service des décideurs, vous pouvez consulter ces sites web: