Plus chaud

Le monde vient de vivre l'année, la période de cinq ans et la décennie les plus chaudes jamais répertoriées, et notre siècle compte 15 des 16 années les plus chaudes jamais constatées.

En 2015, la température moyenne à la surface du globe a pulvérisé tous les records précédents, dépassant d'environ 0,73 °C la normale calculée pour la période 1961-1990, qui est de 14 °C. Pour la première fois, la température a franchi le seuil symbolique que constitue un réchauffement de 1 degré Celsius par rapport à l'ère préindustrielle (1880-1899). Ce chiffre représente déjà plus de la moitié de la limite, fixée à 2 °C, au-delà de laquelle la vie sur Terre deviendra de plus en plus précaire.

En 2015, les températures à l'échelle mondiale ont continué d'augmenter, principalement sous les effets conjugués des émissions de gaz à effet de serre et d'un épisode El Niño de forte intensité, qui a eu pour effet d'accentuer le réchauffement. Il a fait particulièrement chaud dans une grande partie de l'Amérique du Sud, en Afrique, un peu partout en Europe, dans le nord-est de l'Eurasie, au Moyen-Orient et dans l'ouest de l'Amérique du Nord. L'Asie et l'Amérique du Sud ont enregistré des records de chaleur à l'échelle du continent.

Les années 2011 à 2015 représentent la période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée. Selon des évaluations scientifiques, le changement climatique a multiplié par dix, voire plus, le risque de vagues de chaleur durant cette période.

La décennie 2001-2010 est la plus chaude jamais répertoriée. La température moyenne à la surface du globe présente une anomalie positive de 0,47 °C environ par rapport à la normale de la période 1961-1990. En outre, chacune des quatre dernières décennies a été plus chaude que la précédente.

Plusieurs grandes vagues de chaleur sont survenues depuis le début du siècle, notamment en Inde en 2002 et 2003, où elles ont fait à chaque fois plus d’un millier de victimes. Quant à la canicule qui s’est abattue sur l'Europe durant l'été 2003, elle a causé la mort de plus de 66 000 personnes. Enfin, une vague de chaleur intense a frappé la Fédération de Russie en juillet/août 2010.

On assiste à une diminution du nombre de journées et de nuits froides et à une augmentation du nombre de journées et de nuits chaudes, ce qui a des incidences majeures sur la santé humaine, la production agricole et les écosystèmes.

Les océans stockent plus de 90 % de la chaleur piégée par les gaz à effet de serre et vont continuer de se réchauffer tout au long de ce siècle.

Enfin, l'Arctique se réchauffe environ deux fois plus vite que la Terre dans son ensemble, et les conséquences pour le reste de la planète seront profondes et durables.

En bref

À Furnace Creek (Greenland Ranch), en Californie (États-Unis d'Amérique), le thermomètre a affiché 56,7 °C (134 °F) le 10 juillet 1913, soit la température la plus élevée jamais observée à la surface du globe.

Le record de chaleur pour l'hémisphère austral est détenu par la localité d'Oodnadatta, en Australie, où le mercure a atteint 50,7 °C.

 

Regions tab