Climat

Le climat et le changement climatique ainsi que l’impact du réchauffement climatique sur notre planète

© Yvonner Pijnenburg-Schonewille

Chaque décennie est plus chaude que la précédente.
La banquise arctique fond à vue d’œil.
La mer a atteint son plus haut niveau depuis 3000 ans.

Les climats changent constamment. Mais cette fois-ci, c’est différent. L’homme est la cause d’une grande partie de ce changement, et il se produit à une vitesse fulgurante. C’est ce que l’on appelle le changement anthropique. Les scientifiques pensent que notre planète se réchauffe plus vite que jamais auparavant.

Ces changements rapides sont largement dus à l’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

© Sergey Novikov

«Le climat, c'est ce à quoi l'on s'attend; le temps, c'est ce que l'on obtient.» – Mark Twain.

Le climat est l’ensemble des conditions météorologiques moyennes d’une région pendant une longue période de temps. Les climats ont une variabilité saisonnière.

Sous quel type de climat vivez-vous ? De l’Arctique aux tropiques en passant par le désert, il existe différents types de climats sur Terre. Ils peuvent être classés de plusieurs façons, mais le classement habituel se fait selon le type de végétation:

  • Forêts tropicales: des forêts denses à végétation luxuriante et aux précipitations abondantes
  • Flore des déserts chauds: arbustes qui poussent au raz du sol et petits arbres ligneux sur des terres arides
  • Forêts décidues tempérées: arbres à larges feuilles décidues et conifères (sempervirent) en climat tempérés
  • Toundra: Arbustes nains, herbes et joncs, mais pas d’arbre, dans des régions à températures basses et des étés courts

Téléchargements:
Les jeunes en action contre les changements climatiques [PDF]

© NOAA El Niño, des eaux plus chaudes que la moyenne dans l’est du Pacifique équatorial (en orange sur la carte), influe sur le temps dans le monde entier.

Le climat fluctue constamment – avec les saisons ou d'une année à l'autre. L’hiver passe et devient printemps. Certains étés sont plus chauds que d’autres. Certaines années il pleut davantage que d’autres. C’est ce que l’on appelle la variabilité du climat.

Le climat moyen est déterminé à partir d’un calcul des conditions sur 30 ans. Ces moyennes créent une référence qui permet de comparer le temps actuel au climat. L’on peut ainsi répondre à des questions telles que «ce mois-ci (ou cette année-ci) est-il plus chaud que la moyenne ?».

Les causes de la variabilité naturelle du climat comprennent notamment: les cycles et les tendances de l’orbite terrestre, le rayonnement solaire incident, la composition chimique de l’atmosphère, la circulation des océans et son interaction avec l’atmosphère, ainsi que la biosphère (ensemble du vivant).

El Niño est l’un des principaux moteurs de variabilité naturelle du climat. El Niño signifie «le petit garçon» en espagnol parce que le phénomène se manifeste autour de Noël, à intervalle de quelques années. Il augmente la température, habituellement plutôt fraîche, des eaux en surface de l’est de l’océan Pacifique et dure plusieurs mois.

L’on sait qu’El Niño a provoqué des épisodes de sécheresse et des feux de forêts en Australie, en Indonésie et dans certaines régions d’Amérique du sud, mais aussi qu’il a affaibli la mousson d’été en Asie du Sud entre autres. El Niño est à l’origine de fortes précipitations et de crues dans certaines régions d’Afrique de l’est

La Niña, qui signifie «la petite fille», est caractérisé par des températures océaniques inhabituellement froides de l’est de l’océan Pacifique équatorial. Les effets de La Niña sont généralement contraires à ceux de El Niño. 

Liens utiles:
El Niño et La Niña [vidéo]
Le Nasara de Nuages – Pacific Climate Change Science

© daulon L'effet de serre

Qu’est-ce que le réchauffement climatique? Imaginez une couverture qui recouvrirait la Terre.

Le dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz qui retiennent la chaleur dans notre atmosphère, font office de couverture qui retient la chaleur et réchauffe la planète.

Cet effet de serre est ce qui rend la Terre propice à la vie. Sans lui, la température moyenne sur Terre serait de -18 °C, soit trop froid pour la plupart des êtres vivants.

Le problème est que nous surchargeons notre atmosphère en gaz à effet de serre en brûlant des combustibles fossiles (comme le pétrole, le charbon et le gaz naturel) pour chauffer nos foyers, faire rouler nos voitures, produire de l’électricité, etc. Ce phénomène est exacerbé par la destruction des forêts tropicales qui absorbent le dioxyde de carbone.

Et notre planète se réchauffe, à grande vitesse. Ce réchauffement aura des répercussions sur le temps, le climat et le niveau de la mer.

La solution?  Nous devons radicalement réduire la quantité d’émissions qui retiennent la chaleur. Nous devons utiliser moins de combustible fossile, investir dans l’énergie propre et renouvelable, et réduire la déforestation tropicale.

Que pouvez-vous faire?

  • Marcher, aller à vélo et prendre les transports publics au lieu de conduire une voiture.
  • Lorsqu’il est nécessaire de prendre la voiture, en choisir une qui consomme peu.
  • Essayer de limiter les voyages en avion.
  • Baisser le chauffage en hiver.
  • Réduire l’air conditionné en été.
  • Éteindre les lumières et les ordinateurs lorsque vous ne les utilisez pas.
  • Prendre des brèves douches plutôt que de longs bains.

Que faites-vous d'autreÉcrivez-nous pour ajouter votre histoire sur ce site.

Téléchargements:
Les jeunes en action contre les changements climatiques [PDF]

Liens utiles:
Changement climatique – enfants et jeunes sur le site de la FAO
Climate Challenge de Belgique

© Photobank gallery Des palmiers malmenés par un ouragan.

La recrudescence des phénomènes météorologiques extrêmes devient de plus en plus visible.

On ne peut pas affirmer avec certitude qu’un phénomène météorologique donné est causé par le changement climatique. Mais déjà en 1990, les scientifiques commençaient à nous prévenir que l’un des effets du réchauffement climatique serait une augmentation du nombre et de la gravité des vagues de chaleur et de froid, des sécheresses, des tempêtes, des crues, etc.

Parmi les phénomènes extrêmes de 2013, citons les suivants:

  • Le typhon Haiyan (Yolanda), l’une des tempêtes les plus violentes jamais enregistrées, a dévasté les Philippines au mois de novembre
  • L’Australie a connu la période de 12 mois consécutifs la plus chaude jamais enregistrée
  • Le Japon a connu son été le plus chaud
  • En Europe, le Danube et l’Elbe ont subi les crues les plus graves depuis 1950
  • L’Angola et la Namibie ont vécu la pire sécheresse de ces 30 dernières années

Liens utiles: 
Dans le Sud: des phénomènes extrêmes [vidéo]

 

© Jorg Hackemann Smog et poussière dans l’air au dessus de Bangkok, Thaïlande.

Fumée. Poussière. Suie. Cendres. Brume sèche.

Elles sont toutes composées d’aérosols: de minuscules particules de matière et/ou des gouttes de liquide en suspension dans l’atmosphère et dans l’air que nous respirons.

90 % des aérosols sont le fruit de processus naturels.  Les volcans crachent des cendres dans l’atmosphère, la poussière est transportée dans l’air depuis les déserts, le sel de mer est projeté par le vent, les particules de charbon s’élèvent lors de feux de forêts, etc.

Les 10 % restants proviennent de sources artificielles, de la combustion des combustibles fossiles ou de déchets par exemple, et sont souvent un désagrément dans les zones urbaines et industrielles.

Les aérosols ont un impact majeur à la fois sur le climat et sur notre santé.  En termes de climat, les particules dans l’air diffusent ou absorbent la lumière qui nous arrive du soleil, tout en retenant la lumière qui veut quitter la Terre après avoir rebondi à sa surface. Ils peuvent également ensemencer les nuages ou modifier leur formation, altérant ainsi les précipitations.

Puisque les aérosols affectent le climat, les projections du changement climatique doivent les prendre en compte. Les aérosols sont mesurés et surveillés au sein des observatoires mondiaux des aérosols, ainsi que par satellite et depuis des aéronefs. Toutefois, la science ayant pour vocation d’expliquer exactement comment les aérosols affectent le climat et le changement climatique en est encore à ses balbutiements.

Liens utiles:
Les Aérosols, CNES

© Darren Begley

Avez-vous déjà entendu parler de prévision climatique ?  

Prévoir le climat n’est pas une mince affaire. Les prévisions d'El Niño comptent parmi les plus grandes réussites. Ces prévisions et d’autres prévisions saisonnières sont utilisées dans les domaines de la santé, la gestion des catastrophes, l’agriculture et la pêche.

À l’heure actuelle, les scientifiques s’emploient à améliorer les prévisions du climat des années et même des décennies à venir. Il s’agit d’un immense défi car, en raison du changement climatique, le passé n’est désormais plus un indicateur fiable de l’avenir.