El Niño – Un petit garçon qui créait beaucoup de problèmes!

Je m’appelle Esteban, et j’habite en Équateur. Il y a tout juste une semaine, c’était une journée chaude et il faisait très lourd. J’avais l’impression de marcher dans de la vapeur ou de bouger dans du coton humide. Mes amis et moi avons essayé de jouer au ballon, mais c’était tout bonnement impossible. Lorsque mon ami Marco a tapé dans le ballon en l’envoyant en dehors du terrain de jeu, personne n’a couru après. C’était simplement trop d’effort. Même en restant immobiles, nous avions trop chaud.

Vers 15 heures, nous avons décidé de rentrer. Les rues étaient vides et le ciel se couvrait. Il devait bien faire au moins 40 °C  à l’ombre! Je suis arrivé à la maison et aussitôt, papa m’a grondé «Mais où étais-tu? Comme si tu ne savais pas ce qu’il se passe!». J’ai répondu: «Mais qu’est ce qu’il se passe, papa?». Il m’a répondu que depuis le matin, la radio diffusait des prévisions du Service météorologique annonçant une violente tempête qui s’acheminait dans notre direction. «C’est une de celles causées par El Niño, qui amène du très mauvais temps», a-t-il dit en ajoutant «C’est important d’écouter les prévisions météo si tu ne veux pas te faire surprendre par la tempête!».

Alors je suis resté à la maison, et j’ai découvert ce phénomène appelé El Niño. Dans ma langue maternelle, l’espagnol, cela veut dire «le petit garçon». Les premiers colons sur les côtes occidentales d’Amérique du Sud, l’ont baptisé ainsi parce qu’il frappait le plus fort autour de Noël. Ma maman m’a expliqué qu’El Niño se produit lorsque la température des eaux de surface de l’océan, habituellement froides, augmente pendant plusieurs mois. Cela peut engendrer de fortes tempêtes comme celle de la semaine dernière.

Ma maman m’a dit qu’elle m’achèterait un livre sur la météorologie pour que je puisse en apprendre davantage. Peut-être que plus tard je deviendrai météorologue et que ce sera moi qui préviendrai mon papa à propos d’El Niño!